La France protège Carrefour d’une prise de contrôle dans une bataille pour la sécurité alimentaire

Paris est prêt à utiliser ses nouveaux pouvoirs de filtrage des investissements au nom de la sécurité alimentaire pour faire en sorte que Carrefour reste français.

Avec une démonstration provocante de patriotisme économique, le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire, a clairement indiqué vendredi que le gouvernement empêcherait le Canada Alimentation Couche-Tard de reprendre le géant de la vente au détail Carrefour.

« Cette crise sanitaire nous a appris une chose – la sécurité alimentaire n’a pas de prix », a déclaré Le Maire dans une interview radio avec le réseau RMC, précisant que Paris n’est « pas favorable à cet accord » et utiliserait son mécanisme de filtrage des investissements pour bloquez-le, si nécessaire. « C’est un non poli, mais clair et définitif. »

La France a étendu ses pouvoirs anti-OPA à de nouveaux secteurs, y compris la distribution alimentaire en 2019. Le Maire s’est dit prêt à les utiliser pour bloquer les Canadiens.

« Nous avons un outil. Il s’avère que nous avons été clairvoyants », a déclaré Le Maire, en espérant qu’il n’aurait pas besoin de l’activer.

La pandémie mondiale donne à la France et aux autres pays de l’UE un argument supplémentaire pour s’opposer aux prises de contrôle étrangères pour des raisons stratégiques au cours d’une phase où le filtrage plus strict des investissements est également devenu un mantra à Bruxelles.

«Nous étions heureux que nos distributeurs, notamment en mars lors du premier lock-out, jouent le jeu de la sécurité d’approvisionnement … la leçon que je tire de tout cela est que la sécurité alimentaire est en effet stratégique pour notre pays et que vous ne donnez pas l’un des grands distributeurs français », a expliqué La Maire, ajoutant que Carrefour est le premier employeur privé en France et représente environ 20 pour cent de l’approvisionnement alimentaire du pays.

Le monde des affaires français craint qu’une telle opposition à la reprise ne donne une image négative et protectionniste de la France au reste du monde, a rapporté le journal Les Echos.

Un syndicat a salué la déclaration de Le Maire, craignant que le rachat n’entraîne des licenciements. Mais l’acheteur canadien est prêt à investir environ 2,9 milliards d’euros dans Carrefour, selon Bloomberg.

La France a traditionnellement été très protectrice de son industrie alimentaire.

Le pays a introduit un contrôle étatique sur les investissements étrangers en 2005, également en réaction aux rumeurs selon lesquelles le géant américain des boissons gazeuses PepsiCo était intéressé par la reprise du géant laitier français Danone. La mesure a été prise par un gouvernement de centre-droit dirigé par Dominique de Villepin, dans lequel Le Maire a été conseiller du Premier ministre de l’époque et le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, était ministre de l’Économie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *