Covid-19: les enseignants demandent à repenser la reprise des cours d’éducation spéciale

L’un des principaux syndicats d’enseignants a appelé le ministère de l’Éducation à reconsidérer ses projets de reprendre l’éducation spéciale en personne plus tard cette semaine.

À la suite d’une réunion d’urgence de ses membres lundi soir, l’Organisation nationale irlandaise des enseignants (INTO) a déclaré que les problèmes de sécurité «graves» des enseignants ayant des besoins spéciaux n’ont pas été correctement traités.

Plus tôt lundi, environ 16 500 assistants spéciaux (SCN) et enseignants ont assisté à un webinaire du ministère de l’Éducation sur Covid-19 adressé par des responsables de la santé publique avant la réouverture prévue des écoles pour besoins spéciaux jeudi.

Le webinaire, qui a été diffusé en direct sur YouTube en raison d’une demande écrasante, a été organisé pour répondre à certaines des préoccupations des enseignants en raison du retour en classe.

Dans un communiqué, INTO a déclaré que les enseignants restent «naturellement et à juste titre inquiets» pour leur propre sécurité et celle de leurs élèves alors que les niveaux d’infection dans la communauté restent élevés.

«Bien que les enseignants de tout le pays aient hâte de retourner en classe, ils ont peur», a déclaré la présidente du syndicat, Mary Magner. Elle a ajouté que les enseignants se sont engagés à soutenir leurs élèves vulnérables, mais que «la sécurité du personnel est vitale».

Le secrétaire général d’INTO, John Boyle, a déclaré que le gouvernement devait assumer la responsabilité de «la mauvaise communication et des messages contradictoires au cours des deux dernières semaines».

Il a dit que bien que des progrès aient été réalisés sur certaines préoccupations clés ces derniers jours, il reste encore du travail à faire avant que le syndicat puisse être convaincu que les écoles peuvent rouvrir en toute sécurité. Il a déclaré que le syndicat continuerait de travailler avec le syndicat Fórsa et avec le ministère de l’Éducation.

Dans un communiqué, le ministère de l’Éducation a déclaré que la ministre de l’Éducation, Norma Foley, avait engagé des «engagements intensifs» avec des partenaires de l’éducation la semaine dernière. Il a déclaré qu’une «entente commune» avait été conclue entre le ministre et les fonctionnaires du ministère avec les partenaires de l’éducation. Le ministère a déclaré que l’engagement se poursuivrait.

Le médecin-chef adjoint, le Dr Ronan Glynn, a déclaré au webinaire que la santé publique avait continué à donner la priorité à l'ouverture d'écoles pendant la pandémie, lorsque cela était possible.  Photographie: Colin Keegan / Collins Dublin

Le médecin-chef adjoint, le Dr Ronan Glynn, a déclaré au webinaire que la santé publique avait continué à donner la priorité à l’ouverture d’écoles pendant la pandémie, lorsque cela était possible. Photographie: Colin Keegan / Collins Dublin

Le porte-parole de l’éducation ouvrière, Aodhán Ó Ríordáin, a déclaré que le «désordre» actuel est «entièrement du fait du ministère».

M. Ó Ríordáin a déclaré que l’approche de partenariat pour la réouverture des écoles, qui, selon lui, est efficace depuis septembre, a été «endommagée par une mauvaise gestion» par le ministère de l’Éducation.

«Toute tentative du gouvernement de blâmer les syndicats pour sa propre ineptie doit être rejetée par tous ceux qui veulent vraiment voir un retour en toute sécurité des élèves ayant des besoins éducatifs spéciaux», a-t-il ajouté.

Bon nombre des SNA qui se sont abonnés au webinaire du ministère de l’Éducation sont membres de Fórsa, dont le comité de l’éducation doit se réunir mardi pour discuter de son plan d’action.

Le médecin-chef adjoint, le Dr Ronan Glynn, a déclaré au webinaire que la santé publique avait continué de donner la priorité à l’ouverture d’écoles pendant la pandémie, dans la mesure du possible, mais que cela avait été contrecarré par la flambée de la maladie ces dernières semaines.

«Il n’y a pas d’environnement à risque nul, mais cela étant dit, le défi que nous avons tous en tant que société est d’équilibrer les risques et les avantages et de regarder les choses en rond», a-t-il déclaré.

Entre septembre et décembre, les taux d’incidence chez les enfants étaient bien inférieurs à ceux de la population générale, selon le webinaire – en octobre, 10% seulement des cas étaient liés à des flambées scolaires.

«L’expérience acquise à ce jour correspond au fait que les écoles en elles-mêmes sont un environnement sûr mais. . . chaque fois que vous avez des niveaux de transmission comme celui-ci, la réalité est que les écoles et tout ce que nous proposons sont menacés et malheureusement, cela s’est produit », a déclaré le Dr Glynn.

L’avis officiel adressé au Gouvernement en janvier était que les écoles devaient fermer pendant une période définie, mais que des mesures devaient être prises pour protéger les enfants les plus vulnérables.

Discussions en cours

Des discussions avec divers groupes représentatifs sont en cours sur ce sujet et sur des questions plus générales concernant la réouverture des écoles en général.

Il est entendu qu’un certain nombre d’obstacles subsistent pour obtenir l’approbation des enseignants et des SCN. Il s’agit notamment de la garde d’enfants pour les membres du personnel qui reprendraient leurs fonctions d’enseignement et d’une certaine reconnaissance de ceux qui ont des problèmes de santé sous-jacents. La composition des listes et les horaires sont également à l’étude.

Pendant ce temps, les discussions relatives aux écoles en général et la perspective du retour des élèves du certificat de fin d’études en février – un objectif clé de la ministre de l’Éducation Norma Foley – devraient se poursuivre tout au long de cette semaine et la prochaine.

Des sources pédagogiques ont déclaré que l’optimisme pour un certain retour à l’enseignement en salle de classe augmentait à mesure que les taux de Covid continuent de baisser, mais tout développement de ce type serait soumis à des conseils de santé publique et au confort du personnel enseignant.

«Toutes les parties prenantes participent à des réunions en cours et évaluent la situation», a déclaré Michael Gillespie, secrétaire général du Syndicat des enseignants d’Irlande (TUI). «Chaque enseignant veut revenir à l’enseignement en face à face le plus tôt possible, mais là où il y a confiance et confiance dans le système.»

L’Association des enseignants du secondaire d’Irlande (ASTI) a déclaré que les contacts sont en cours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *