Biden publie une vague de décrets liés à Covid

Le président américain nouvellement élu, Joe Biden, a rapidement démantelé l’agenda de l’ancien président Donald Trump, lançant une vague d’actions de l’exécutif au cours de ses premiers jours en fonction.

M. Biden, qui a prêté serment en tant que 46e président des États-Unis mercredi, a signé hier 10 décrets relatifs à la crise de Covid, un jour après avoir dévoilé une série d’initiatives, y compris un engagement à rejoindre les accords de Paris sur le climat.

S’exprimant à la Maison Blanche jeudi, M. Biden a livré un message clair aux Américains sur la pandémie de coronavirus, promettant un «effort de temps de guerre» pour lutter contre la crise.

«Les choses vont continuer à empirer avant de s’améliorer», a-t-il dit, prévoyant que le nombre de morts atteindra 500 000 morts le mois prochain. «Nous ne sommes pas entrés dans ce pétrin du jour au lendemain et il faudra des mois pour changer les choses.»

Décrivant sa stratégie Covid, y compris un plan de déploiement de vaccins, il a ajouté: «Nous sommes dans une urgence nationale, et il est temps de la traiter comme une seule».

«Au cours de la dernière année, nous n’avons pas pu compter sur le gouvernement fédéral pour agir avec l’urgence, la concentration et la coordination dont nous avions besoin, et nous avons vu le coût tragique de cet échec.

Voyage

M. Biden a réitéré les mesures annoncées précédemment exigeant que les passagers arrivant aux États-Unis présentent la preuve d’un test négatif et se conforment aux directives fédérales d’auto-quarantaine et d’auto-isolement. Alors que M. Biden s’est engagé à livrer 100 millions de vaccins dans les 100 premiers jours de son mandat, certains experts ont fait valoir que cet objectif était trop bas. La logistique de l’administration des vaccins dans un pays de 300 millions d’habitants, où les États conservent un pouvoir significatif sur la politique de santé, sera un défi.

Plus tard, le Dr Anthony Fauci, spécialiste des maladies infectieuses, a déclaré qu’il était convaincu que les cas avaient plafonné. Interrogé sur ses sentiments à propos de son travail avec le nouveau président, M. Fauci a répondu: «C’est un peu un sentiment libérateur.» Se référant aux commentaires antérieurs de M. Trump sur l’hydroxychloroquine en tant que traitement de Covid, il a déclaré: «Je ne prends aucun plaisir à être en position de contredire le président.

Auparavant, les dirigeants mondiaux ont salué la décision du nouveau président américain de rejoindre l’accord de Paris sur le changement climatique de 2015. «Bienvenue à nouveau», a tweeté le président français Emmanuel Macron.

On s’attend à ce que M. Biden tienne son premier appel avec un dirigeant étranger vendredi lorsqu’il s’entretiendra avec Justin Trudeau du Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *