Situation de Covid-19 «  extrêmement préoccupante  » malgré une amélioration récente – Glynn

La situation de Covid-19 en Irlande reste «extrêmement préoccupante» malgré quelques signes positifs récents, dira vendredi le médecin-chef adjoint, le Dr Ronan Glynn, à un comité d’Oireachtas.

Le taux d’incidence du virus est resté «très élevé», entre 10 et 15 fois plus élevé que début décembre lorsque le pays a assoupli les restrictions, dira-t-il.

La déclaration liminaire du Dr Glynn au comité de santé d’Oireachtas souligne qu’il y a eu «quelques signes positifs ces derniers jours», montrant que la transmission du virus diminue. Cependant, la situation reste «extrêmement préoccupante avec les personnes âgées et vulnérables les plus exposées», déclarera-t-il.

Le comité entendra les représentants de l’équipe nationale d’urgence de santé publique (Nphet) et de l’exécutif des services de santé (HSE).

À l’heure actuelle, les chiffres dans les hôpitaux avec Covid-19 «suivaient de près les prévisions optimistes du modèle», déclarera le Dr Glynn.

Même avec une baisse continue du nombre de nouveaux cas, le nombre de personnes hospitalisées ne verrait probablement qu’une «très lente diminution» pendant un certain temps, selon son discours d’ouverture.

Selon sa déclaration, le nombre de patients en soins intensifs était à «un niveau très élevé», tandis qu’un «nombre important de patients reçoivent également une assistance respiratoire avancée dans les services généraux».

«Outre l’inquiétude concernant la santé et le bien-être des personnes hospitalisées, il existe un risque évident pour la capacité et le fonctionnement du système de santé au sens large», déclarera le Dr Glynn.

Liam Woods, directeur national des opérations aiguës HSE, doit dire au comité qu’un «nombre significatif» de travailleurs de la santé étaient actuellement en congé. Cela comprenait le personnel qui avait contracté le virus, d’autres qui s’auto-isolaient en tant que contacts étroits et ceux qui avaient besoin de prendre soin des autres à la maison.

«Dans les seuls hôpitaux de soins actifs, plus de 6 500 travailleurs sont actuellement en congé de maladie; 2 500 sont des infirmières et 600 sont des membres du personnel administratif en contact avec les patients », a indiqué son discours d’ouverture.

Le personnel travaillant dans tout le système de santé a été soumis à «d’énormes pressions pendant près d’un an», indique son communiqué.

«La disponibilité et le déploiement d’un vaccin seront un facteur clé pour atténuer les risques d’infection de notre personnel et de nos patients», a-t-il déclaré.

M. Woods soulignera que le nombre d’hospitalisations avec Covid-19 et en soins intensifs avait atteint «des niveaux jamais vus l’année dernière».

La poussée actuelle de Covid-19 était «encore plus difficile» que la première vague du printemps 2020, dira-t-il.

Cette fois, le virus avait évolué et était «beaucoup plus transmissible», et les exigences de distanciation sociale dans les hôpitaux signifiaient que la capacité était réduite, dira-t-il.

Il y avait également un arriéré croissant de nominations et d’opérations programmées qui avaient été reportés depuis la première vague de Covid-19 l’année dernière, souligne son communiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *