Gove: l’UE a ouvert la «  boîte de Pandore  » avec le déménagement de la frontière nord-irlandaise

LONDRES – Le règlement du Brexit pour l’Irlande du Nord « ne fonctionne pas pour le moment », a déclaré le ministre britannique du Cabinet Michael Gove, accusant l’UE d’avoir ouvert la « boîte de Pandore » alors qu’elle cherchait à bloquer les vaccins contre les coronavirus entrant au Royaume-Uni à la fin du mois dernier.

S’exprimant devant une commission de la Chambre des communes, Gove a décrit la décision avortée de l’UE de déclencher l’article 16 du protocole d’Irlande du Nord, un arrangement frontalier spécial post-Brexit destiné à préserver l’accord de paix du Vendredi saint, comme « un moment où la confiance s’est érodée ».

La Commission européenne a rapidement annulé sa décision d’invoquer la mesure d’urgence à la suite d’un tollé diplomatique de la part des ministres du Royaume-Uni, d’Irlande et d’Irlande du Nord. Cependant, Gove a déclaré qu’il restait préoccupé par le précédent créé.

« Même si l’UE a déclaré qu’elle n’invoquerait pas l’article 16 à cette occasion, elle n’a pas pris l’engagement solennel et contraignant de ne jamais le faire », a-t-il déclaré. « La boîte de Pandore a été ouverte et c’est inquiétant. »

Le vice-président de la Commission européenne, Maroš Šefčovič, homologue de Gove au sein du comité mixte créé pour superviser le protocole, doit se rendre jeudi à Londres pour de nouvelles discussions sur la frontière, a déclaré Gove.

Les approvisionnements alimentaires et les commandes en ligne entrant en Irlande du Nord ont subi des retards depuis que le protocole – dans lequel le Royaume-Uni a accepté de nouveaux contrôles des marchandises franchissant la frontière de la mer d’Irlande – est entré en vigueur le 1er janvier. Le personnel portuaire a également fait l’objet de menaces, à la suspension de certains contrôles.

Gove a déclaré que le protocole «peut être fait fonctionner» avec «raffinement». Le Royaume-Uni a déjà appelé à une prolongation des « délais de grâce » qui limitent les contrôles sur certains produits, tels que ceux transportés par les grands supermarchés, jusqu’en 2023.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *