La Grèce conclut un accord de passeport vaccinal avec Israël comme «  essai routier  »

La Grèce et Israël ont signé lundi un accord qui permettra aux personnes vaccinées contre le coronavirus de se déplacer librement entre les deux pays une fois le voyage redémarré.

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a poussé l’UE à adopter un passeport de vaccination commun pour aider l’industrie du tourisme, mais Bruxelles a hésité, limitant jusqu’à présent son soutien à des fins médicales uniquement. Les opposants aux passeports vaccinaux ont signalé des inquiétudes concernant la discrimination et la vie privée.

Les deux pays ont déjà des «passeports verts» en vigueur au niveau national. L’accord d’aujourd’hui pour reconnaître mutuellement ces certificats de vaccination a été signé lors d’une visite de Mitsotakis à Jérusalem, au cours de laquelle le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il autoriserait les voyages «sans aucune limitation, sans auto-isolement, rien.

«Je m’attends à ce que ce que nous ferons avec Israël soit un essai de ce que nous pouvons faire avec d’autres pays», a déclaré Mitsotakis.

Mitsotakis a félicité Netanyahu pour la campagne de vaccination du pays – Israël est en avance en ce qui concerne le nombre de personnes qui ont reçu le vaccin – et a déclaré qu’il était impatient d’accueillir des touristes israéliens en Grèce une fois que les Grecs auront été vaccinés et que les restrictions de voyage pourront être levé.

Dimanche, les autorités grecques ont étendu les restrictions de voyage pour tous les vols internationaux. Toutes les arrivées doivent effectuer un test PCR négatif effectué jusqu’à 72 heures avant le vol et mettre en quarantaine pendant sept jours. Tous les vols internationaux vers Israël sont actuellement interdits.

«Je m’attends à ce que d’ici avril nous ayons réprimé beaucoup plus l’épidémie et que nous progressions rapidement avec le plan de vaccination[s]», A ajouté le Premier ministre grec.

Mitsotakis, un grand partisan d’un certificat de vaccination de l’UE, a été le premier dirigeant à soumettre l’idée à la Commission européenne en janvier dans une lettre adressée à la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, rapportée par POLITICO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *