L’avantage injuste de la réélection de Macron: ses adversaires

Appuyez sur play pour écouter cet article

PARIS – Passez du temps en France ces jours-ci et vous pourriez être pardonné de penser que le président Emmanuel Macron n’a pas une chance de flocon de neige en enfer d’être réélu l’année prochaine.

Les Français sont furieux du rythme glacial de la campagne de vaccination contre le COVID-19 et de la pénurie de vaccins, ajoutant à la colère accumulée face aux mensonges et aux dissimulations concernant le manque de masques faciaux lorsque la pandémie a frappé pour la première fois, et la pénurie de tests pendant qu’elle propager. Beaucoup pensent que le jeune président centriste est arrogant, technocratique et dédaigneux envers les pauvres ou les moins capables.

Pourtant, malgré le bruit et la fureur, les manifestations de rue, les actes de désobéissance civile et les grognements sans fin, Macron a une bonne chance de remporter un deuxième mandat de cinq ans en mai 2022. Pas parce que les gens l’aiment ou pensent nécessairement qu’il fait du bon travail – son la base de soutien de base est à peine un quart des électeurs – mais parce qu’il a la chance d’avoir une opposition désespérément divisée.

Décimé par l’implosion du Parti socialiste et l’effondrement des républicains conservateurs traditionnels en 2017, le paysage politique français reste un champ de décombres.

Le parti La République en Marche de Macron – réuni à la hâte avec des politiciens de deuxième rang et des militants de la société civile après son ascension fulgurante vers le palais de l’Elysée – n’a pas réussi à s’enraciner profondément dans le pays. Mais rien d’autre n’a repoussé non plus.

La gauche est une pagaille de groupes dissidents et de fiefs rivaux. Les républicains, déchirés par des ambitions personnelles, ont des bases de pouvoir locales et régionales, mais ils n’ont pas de leader national unificateur et sont pressés par l’occupation par Macron du terrain économique et social de centre-droit. Ses réformes du droit du travail, des chemins de fer SNCF et du système fiscal ont déclenché des manifestations mais – jusqu’à ce que le coronavirus frappe – elles avaient commencé à stimuler la croissance et à faire baisser le chômage.

Les sondages d’opinion montrent que l’adversaire le plus probable de Macron sera encore une fois Marine Le Pen, la populiste d’extrême droite anti-immigration qu’il a battue en 2017. Bien qu’elle ait abandonné son opposition à l’euro, elle fait toujours peur aux classes moyennes. Rien ne suggère qu’elle peut muter d’un mégaphone pour la rage populaire contre l’élite en un chef d’État alternatif plausible.

Dans le système hyper-présidentiel français, où toutes les décisions majeures sont prises à l’Elysée, la responsabilité s’arrête au bureau de Macron. Dans la pandémie, cela lui a d’abord donné les avantages de la fonction en temps de crise, mais cela l’a également laissé de plus en plus seul sur la ligne de feu.

Macron a été plus exposé depuis qu’il a limogé son populaire Premier ministre Edouard Philippe, qui a menacé de surpasser son maître, et l’a remplacé en juillet par le peu connu de centre-droit Jean Castex – un technocrate non charismatique.

Alors que la pandémie se prolonge et que les dommages économiques s’accumulent, les chaînes d’information grouillent de professionnels de la santé se plaignant d’être surchargés et sous-récompensés, accusant Macron de ne pas avoir imposé un verrouillage plus strict et déplorant des dépenses insuffisantes en santé et en recherche.

Les artistes de la scène sont à l’antenne jour et nuit pour fustiger le président pour avoir sacrifié la culture à Mammon en gardant les supermarchés ouverts mais les musées, les théâtres et les salles de concert fermés. Les chefs étoilés et les humbles propriétaires de café lui crachent de la colère pour avoir paralysé le secteur de l’hôtellerie.

Et pourtant, même au milieu de cet hiver de mécontentement, il y a peu de signes d’une opposition qui espère gagner du terrain.

Le Pen a essayé de tout canaliser, du scepticisme en matière de vaccination à la fureur anti-lockdown, mais n’a pas réussi à élargir son soutien de base, suggèrent les sondages – malgré un effort pour adoucir son image en se qualifiant en tant qu’éleveur de chats agréé pendant le verrouillage. Bien qu’elle se soit précipitée pour se distancier de l’ancien président américain Donald Trump après que ses partisans se soient déchaînés à travers le Capitole, elle reste une perdante collatérale de sa défaite. Son parti National Rally est fauché et lourdement endetté.

Pour ce qu’ils valent à ce stade précoce, les sondages d’opinion effectués en janvier ont donné à Le Pen une mince avance sur Macron au premier tour de scrutin, avec environ 25% contre 24%. Un sondage a révélé que l’avance du président sur elle lors d’un second tour de scrutin s’était réduite à 52-48, mais aucune ne l’a jusqu’à présent mise en avant.

Personne d’autre ne s’en approche même. Le conservateur le mieux placé est Xavier Bertrand, ancien ministre de la Santé, du Travail et des Affaires sociales, président de la région nord des Hauts-de-France. Il traîne un tiers éloigné, avec environ 16 pour cent de soutien. D’autres politiciens de centre-droit comme Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France qui comprend Paris, et Laurent Wauquiez, un ancien leader plus radical des républicains, obtiennent de moins bons résultats.

À gauche, le vétéran anticapitaliste eurosceptique Jean-Luc Mélenchon, qui a remporté un énorme 19,6% en 2017, a déclaré sa détermination à se présenter à nouveau. Les sondages suggèrent que le soutien à l’orateur fougueux est tombé à environ 10%. Sa présence de division anéantirait toute chance de la gauche de s’unir derrière un seul candidat au premier tour, et donc d’atteindre le second tour. Mais à moins d’une mauvaise santé, il est difficile de le voir abandonner, surtout en faveur d’un socialiste de centre-gauche.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, une socialiste qui gouverne la capitale en alliance avec les Verts, vote moins de 10%, à peine plus que le porte-étendard vert le mieux placé, Yannick Jadot, qui a dirigé la campagne réussie du parti au Parlement européen mais qui a des rivaux amers parmi membres moins pragmatiques.

Parmi les autres prétendants socialistes possibles figurent l’ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira, une icône de gauche et poète de la Guyane française, et Arnaud Montebourg, un ancien ministre de l’Industrie protectionniste qui a troqué la politique pour une start-up apicole après avoir été renvoyé pour dissidence en série par l’ancien. Président socialiste François Hollande. Hollande semble aussi avoir envie d’un retour tout à fait improbable.

Une semaine, c’est long en politique, comme l’a dit Harold Wilson, et 15 mois est une éternité.

La France a peut-être rattrapé les vaccinations et vaincu le COVID-19 au printemps 2022 – ou elle est peut-être encore aux prises avec la pandémie. Les touristes peuvent être revenus et les bars et restaurants peuvent être pleins – ou l’économie peut encore être mise bas par des restrictions. Les électeurs peuvent être traumatisés par davantage d’attaques terroristes chez eux ou par des victimes lors d’opérations militaires au Sahel. Les arguments sur la place de l’islam en France, ainsi que sur la loi et l’ordre, ne manqueront pas de figurer dans la campagne.

Compte tenu de l’humeur nationale inconstante, un populiste en dehors du spectre politique pourrait soudainement fédérer un mouvement de mécontentement. L’une de ces figures est Didier Raoult, spécialiste des maladies infectieuses et héros local à Marseille qui a défendu l’hydroxychloroquine – depuis discréditée – comme traitement du COVID-19. Il incarne la révolte provinciale contre les «experts» et l’establishment.

Si la situation était vraiment désastreuse, une autre possibilité lointaine serait un appel de la droite au repêchage de l’ancien président Nicolas Sarkozy, un courtier de puissance en coulisses qui n’a encore que 66 ans.

Pour l’instant, l’élection est encore à perdre à Macron.

NOTE D’APPROBATION DU PRÉSIDENT EMMANUEL MACRON

Pour plus de données de sondage de toute l’Europe, visitez POLITICO Sondage des sondages.

  • Bayrol Bordnet Bayrol - nettoyant ligne d’eau
    Bordnet Bayrol Nettoyage de la ligne d’eau facilité Un nettoyant de parois et ligne d’eau est un produit très utile tout au long de l’année pour éviter les taches sur le revêtement de la piscine et les porosités. L’avantage principal du Bordnet de Bayrol c’est qu’il se présente sous la forme d’un spray
  • AQUAEDITION Meuble de salle de bain teck à suspendre vesta l40 cm - vasque noire - sentani
    Meuble de salle de bain VESTA Ce meuble de salle de bain en teck va parfaitement s'intégrer dans une petite salle d'eau. Avec ses 20 cm de profondeur et ses 40 cm de long, il se place aisément dans une petite pièce. Autre avantage très pratique, ce meuble à suspendre ne prend pas de place au sol. La
  • Weleda Lait nettoyant Confort à l'Amande
    Lait nettoyant Confort à l'Amande Ce lait doux et onctueux nettoie en douceur, préserve l’équilibre de la peau et respecte ses fonctions naturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *