L’approche du printemps et de l’été peut aider à supprimer les cas de Covid

Enfermé à la maison pendant des mois, à toutes fins utiles; la télévision diffusant un régime de prévisions malheureuses, encouragé à considérer vos amis et votre famille comme des porteurs potentiels de la peste, chargé d’éviter tout contact humain. Telle est la vie de nos jours.

Mais au cas où vous l’auriez oublié, ce n’est pas vivant.

Notre situation actuelle est inévitable, sans doute, étant donné la vague de Noël. Mais les politiciens doivent se rappeler qu’ils sont élus pour trouver des solutions, plutôt que pour «faire connaître le pessimisme», comme l’a appelé un médecin cette semaine.

Être prudent et conservateur, c’est bien, étant donné ce que nous avons vécu en tant que société, mais ne pas donner espoir ne sera pas pardonné.

Les Dublinois ont été interdits de quitter leur comté depuis près de cinq mois maintenant – à l’exception d’une semaine fatidique à Noël – et le reste du pays n’a guère mieux réussi.

Nos privations, nombreuses et longues, ont été supportées avec une bonne grâce et une acceptation remarquable. Pourtant, sous la surface, il y a sûrement de grandes profondeurs de désespoir, de dépression et d’effondrement économique que la société ne peut se permettre d’ignorer.

Les responsables de la santé publique ont raison de dire que nous ne pouvons pas tout avoir à mesure que nos chiffres s’améliorent et que nous devons nous concentrer sur les priorités. Garder les écoles ouvertes était la priorité du gouvernement, jusqu’à ce qu’il tombe au bord de la route après la vague de Noël.

Aujourd’hui, l’incidence chez les jeunes est tombée en dessous des niveaux en octobre, lorsque les écoles sont restées ouvertes pendant une poussée automnale (bien que, pour l’instant, l’incidence chez les adultes reste plus élevée). Il continue de baisser. Rien de substantiel ne s’est produit depuis l’année dernière, pas même l’arrivée de nouvelles variantes, pour changer le calcul autour des enfants scolarisés.

Les responsables se disent convaincus que les écoles sont des environnements sûrs, mais le processus de réouverture se poursuit à une rafale. (Et, oui, je suis le parent d’enfants d’âge scolaire.)

À mi-chemin d’un saut en parachute, vous commencez à regarder exactement où vous allez atterrir. De même, il est maintenant temps de modifier l’environnement scolaire pour accroître la sécurité et répondre aux préoccupations de santé publique autour du mouvement plus large qui entoure les écoles et même d’envisager de vacciner certains enseignants pour dissiper davantage les problèmes de sécurité.

Sinon, l’Irlande sera à nouveau l’un des derniers pays d’Europe à rouvrir ses écoles.

Coincé au milieu du verrouillage, le récit actuel autour de la pandémie est répétitif et stérile. Les chiffres diminuent, mais pas assez. Les responsables saluent nos efforts, mais mettent en garde contre la complaisance. Les oscillations à court terme des tendances provoquent des inquiétudes et des analyses mal placées. Les informations sur les nouvelles variantes sont inquiétantes mais, pour l’instant, l’ampleur de la menace qu’elles représentent est incertaine.

Avec tant d’incertitude autour de l’approche du gouvernement, de plus en plus de gens s’orientent vers une forme de politique «zéro Covid». Les arguments pour et contre ont été bien répétés ailleurs, mais pour cet écrivain, l’Irlande en hiver a peu de points communs avec l’été australien, ou la Chine à tout moment.

Engourdi, la plupart d’entre nous ont éteint; la semaine dernière, pour la première fois depuis le début de la pandémie, Covid-19 ne figurait pas dans la liste hebdomadaire des 10 articles les plus lus sur le site Web de l’europe-infos.fr.

Pourtant, certains ont trouvé une nouvelle cible de colère parmi ceux qui voyageaient à l’étranger contre les conseils, en particulier les vacanciers, tout en ignorant le fait que la socialisation domestique représentait la majeure partie de notre poussée massive après Noël.

Les voyages n’ont vraiment d’importance en termes de pandémie que lorsque le nombre de cas est faible. L’été dernier, par exemple, après que nos cas domestiques soient tombés à des niveaux infimes, les voyages ont été un «contributeur significatif» à la réémergence de la pandémie dans la deuxième vague, selon une nouvelle étude.

Le renforcement de la quarantaine est une mesure tardive et nécessaire, mais sa principale contribution est probablement de servir de dissuasion aux déplacements, et cela prend déjà effet. Ce que nous devons savoir maintenant, c’est que le suivi des contacts est à la hauteur pour la fin de ce verrouillage.

Raisons d’être positif

Dans notre temps d’arrêt forcé, des mythes ont surgi. Certains agents de santé parlent cette fois de traiter des patients plus jeunes et plus malades. Pourtant, les chiffres ne montrent pas de grand changement dans la répartition par âge des patients de la troisième vague. Vous êtes moins susceptible d’être hospitalisé si vous êtes infecté cette fois-ci. Même si vous vous retrouvez à l’hôpital, vous serez probablement libéré plus rapidement.

D’après ce que nous savons jusqu’à présent, il n’est pas non plus vrai que les enfants sont plus sensibles aux nouvelles variantes qu’ils ne l’étaient l’année dernière.

Il y a d’autres raisons d’être positif. Nous avons réussi à passer un hiver sans grippe, sans parler de la rougeole, des oreillons et d’autres épidémies infectieuses. Nous avons pris ce que la variante britannique plus transmissible pourrait nous lancer et nous l’avons résisté, jusqu’à présent. L’approche du printemps puis de l’été nous mettra le vent dans le dos en termes de dégringolade.

Et, malgré le bruit et le manque de chiffres détaillés, le déploiement du vaccin se déroule aussi vite que prévu. Quelles que soient les contraintes existantes, elles sont externes, soit en raison de problèmes de réglementation ou d’achat de l’UE, soit de la capacité des fabricants à accélérer la production.

Déjà, il semble que les infections diminuent plus rapidement chez les agents de santé que dans la population générale, grâce à l’inoculation du personnel de première ligne.

D’ici Pâques, les personnes les plus vulnérables aux maladies graves causées par Covid-19 auront, espérons-le, été vaccinées; la capacité de la maladie à faire des ravages aura été considérablement réduite. Bien que des injections de rappel soient finalement nécessaires et qu’il y ait une planète entière à protéger, nous pouvons espérer que le pire de la pandémie soit passé.

  • B com BIO Huile de Beauté Edition Limitée Spécial Printemps Eté 100ml
    L' huile de beauté B comme Bio hydrate, nourrit et adoucit votre peau, elle la sublime et lui apporte de l'éclat. Riche en huile d'argan bio du Maroc, à la forte teneur en acides gras insaturés, elle peut également être utilisée comme soin nourrissant pour les cheveux. L'huile de beauté est également riche en
  • vandyck Couette solo d'été - Blanc
    Couette en duvet été de Vandyck. Cette couette en duvet d'été légère est remplie de duvet d'oie d'Europe de l'Est blanc pur à 95%. La housse est en coton agréable, assure une bonne régulation de l'humidité et régule le climat. Attention ! Cette couette ne peut plus être retournée après utilisation pour des
  • Le printemps & l'été à l'honneur - Collectif - Livre
    Plats - Occasion - Bon Etat - Pliure - Weight Watchers GF - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *