L’Irlande souffle et souffle mais ce n’est pas suffisant car la France gagne

Irlande 13 France 15

La détermination et la résilience de l’Irlande sont incontestables. Ils ont résisté à toutes sortes de bouleversements avant et pendant ce match et, à de nombreuses reprises, ils ont à nouveau regardé une équipe bien entraînée, mais finalement la France les avait à bout de bras pour gagner à juste titre à l’Aviva pour la première fois en une décennie.

Dans la qualité des coups de pied arrêtés, il y avait beaucoup à admirer, et à partir de 15-3 et apparemment un dossier battu, l’Irlande a profité de sa chance pour prendre le résultat en prolongation. Ils pourraient également réfléchir tristement sur quelques moments clés qui les ont opposés, notamment James Lowe à deux doigts de marquer le premier essai du match.

Les Français rajeunis avaient des porteurs de balle plus puissants et, il faut le dire, un jeu de déchargement beaucoup plus raffiné, à la fois dans la façon dont ils utilisaient leur jeu de jambes et dans l’anticipation de leurs coéquipiers – probablement affinés depuis leurs années de formation.

En comparaison, et en partie en conséquence, l’Irlande n’a pas pu accélérer le rythme de la manière dont la France le pouvait et, en vérité, elle a perdu le duel de coups de pied en seconde période en perdant également trop de plaqués.

Contrairement aux prévisions météo, le torrent de pluie et de vent du matin s’est apaisé avant le coup d’envoi et l’air était si lourd que les conditions douteuses auraient été meilleures dans le sud de la France.

La Marseillaise n’a jamais été conçue pour être jouée dans un contexte silencieux et en temps normal, le sentiment fébrile d’anticipation aurait été aggravé par Iain Henderson, dans son premier acte en tant que capitaine, chargeant le premier dégagement de Brice Dulin dès le coup d’envoi.

Le bal, heureusement pour la France, a ricoché dans les bras de Gabin Villière. Contre cela, peu de temps après quand Jamison Gibson-Park est devenu aveugle, Villiere a frappé sur sa tentative d’interception alors qu’il aurait eu une course sans faute vers la ligne.

L’Irlande a contrôlé la bataille territoriale pendant une grande partie du premier trimestre grâce aux coups de pied tactiques intelligents et variés de Gibson-Park et de Billy Burns, ainsi qu’aux coups de pied d’essuie-glace à longue distance de Lowe et à la poursuite de Keith Earls et Hugo Keenan.

Le Français Damian Penaud marque un essai lors de la victoire des Six Nations contre l’Irlande à l’Aviva Stadium. Photo: James Crombie / Inpho

Cela dit, l’Irlande a peut-être exagéré les hauts et les bas et une autre caractéristique du jeu était à quel point la France était composée, en particulier Dulin, dans les airs et en sortant.

Cela a également aidé l’Irlande à encaisser les deux premiers lancers français et à forcer un roulement au quatrième, mais ils semblaient plus dangereux en gardant le ballon en main, conservant à nouveau une bonne forme et trouvant les bords, bien que la défense de la France ait été féroce.

Burns, dont le jeu général était bon, a raté un penalty mais c’était après que Matthieu Jalibert ait fait de même, et peu de temps après son absence, Burns a ouvert le score après un bon jeu de pieds d’Earls sur l’aile droite et une belle ligne de Keenan à partir de laquelle Bernard Le Roux se leva.

Lorsque Le Roux a été condamné pour avoir fait trébucher Earls alors qu’il chassait un autre coup de pied de Gibson-Park, l’Irlande a joué un jeu de grève sur l’alignement suivant, regroupant le milieu de terrain français avec des pistes leurres alors que Gibson-Park frappait Robbie Henshaw au milieu et Burns, sur l’écharpe, trouva Hugo Keenan dans l’espace.

La passe de ce dernier a semblé un peu trop tôt, donnant à Dulin une chance de faire son tacle, même s’il avait besoin d’un coup supplémentaire de Gael Fickou. Au départ, en effet, les officiels ont accordé l’essai, mais les rediffusions ont montré que Fickou avait suffisamment fait pour traîner l’orteil droit de Lowe sur le bord de la ligne de touche. Ce n’était pas une affaire de pouces, ni même d’un pouce. C’était moins que ça.

Presque immédiatement, la France a frappé après avoir défendu un autre assaut aérien pour Dulin pour trouver de l’herbe en aval et forcer un alignement à 40 mètres.

Cette fois, l’Irlande n’a pas contesté. Jalibert était le créateur en chef avec un jeu de jambes habile et un déchargement à l’intérieur de Julien Marchand, qui a fait sauter le ballon pour Antoine Dupont et il a lancé une longue passe large à Damian Penaud.

Depuis le recyclage sur la droite, ils sont rapidement allés large à gauche, la passe de rebond de Jalibert frappant Fickou et, alors que Gibson-Park est sorti de l’aile alors qu’il n’en avait peut-être pas besoin, le déchargement a libéré le capitaine Charles Ollivon pour l’essai.

Jalibert s’est converti et après, un autre combat de déchargement dangereux de leurs grands hommes, a fait 10-3 à la mi-temps après que Cian Healy ait choisi «la mauvaise voie» pour sortir d’un ruck aux yeux de l’arbitre Luke Pearce.

L’Irlande a eu un sursis tout-puissant à la reprise lorsque Marchand a cassé le tacle de Rob Herring et a été remorqué par Lowe. À partir du recyclage, la tentative de passe de Dupont a été canalisée sur la tête de Paul Willemse.

Non pas que l’équipe locale se soit sentie trop chanceuse. Burns a ensuite boité avant qu’un Healy et Henderson ensanglantés se soient affrontés pour s’attaquer au toujours éminent Gregory Alldritt, tous deux partant pour les HIA.

L’Irlande était toujours en vie, Josh van der Flier réalisant quelques gros jeux, mais lui et Gibson-Park ont ​​accidentellement retourné le ballon à la base et le knock-on de Lowe en couvrant un ballon haut a donné à la France une mêlée offensive.

Fickou l’a embarqué pour lancer le jeu et avec une balle rapide et un avantage de pénalité, Jalibert a changé de jeu avec une longue passe à Dulin. Alors que Lowe est sorti de son aile sans effet une fois de plus, Dulin a déchargé Penaud pour terminer dans le coin.

À partir de rien, l’Irlande a reçu une bouée de sauvetage. Ollivon a battu Ultan Dillane au lancer de Rónan Kelleher à l’avant, mais Kelleher a fermement saisi le ballon et a démontré à la fois son rythme et sa force avec une belle finition sur la ligne de touche.

Rónan Kelleher a ramené l'Irlande dans le match avec un essai après être sorti du banc.  Photo: Dan Sheridan / Inpho

Rónan Kelleher a ramené l’Irlande dans le match avec un essai après être sorti du banc. Photo: Dan Sheridan / Inpho

Lorsque Ross Byrne a été plaqué haut par Willemse, il a quitté Henderson, maintenant de retour pour reprendre le poste de capitaine de CJ Stander, il ne fait aucun doute qu’il prendrait le 45 mètres au but et il l’a réussi.

Même ainsi, l’Irlande s’est accrochée à vie après que Jalibert a frappé le poteau avec une pénalité de 45 mètres, et Will Connors a été brutal sur le dos d’une mêlée française inquiétante pour gâter Dupont. Vivant de déchets, les excellents Gibson-Park et Lowe ont failli faire une évasion Kiwi-esque.

Il y a eu une dernière attaque en prolongation mais, bien que courageuse jusqu’au bout, il ne devait y avoir aucune répétition de Paris en 2018.

Séquence de notation: 21 minutes Stylo Burns 3-0; 29 minutes Ollivon essayez, Jalibert avec 3-7; 38 minutes stylo Jalibert 3-10; (mi-temps 3-10); 56 minutes Penaud essayez 3-15; 57 minutes Kelleher essayer, Byrne avec 10-15; 65 min stylo Byrne 13-15.

IRLANDE: Hugo Keenan; Keith Earls, Garry Ringrose, Robbie Henshaw, James Lowe; Billy Burns, Jamison Gibson-Park; Cian Healy, Rob Herring, Andrew Porter; Tadhg Beirne, Iain Henderson (capitaine); Rhys Ruddock, Josh van der Flier, CJ Stander. Remplaçants: Ross Byrne pour Burns, Ed Byrne pour Healy (43-57 et 69 mins), Ultan Dillane pour Henderson (43-59 mins) et pour Beirne (73 mins), Tadhg Furlong pour Porter (53 mins), Rónan Kelleher pour Herring ( 56 min), Will Connors pour van der Flier (65 min), Jordan Larmour pour Earls (68 min). Non utilisé: Craig Casey.

FRANCE: Brice Dulin; Damian Penaud, Arthur Vincent, Gaël Fickou, Gabin Villière; Matthieu Jalibert, Antoine Dupont; Cyril Baille, Julien Marchand, Mohamed Haouas; Bernard le Roux, Paul Willemse; Anthony Jelonch, Charles Ollivon (capitaine), Gregory Alldritt. Remplaçants: Uini Atonio pour Haouas (56 min), Dylan Cretin pour Jelonch, Teddy Thomas pour Penaud (tous deux 67 min), Romain Taofifenua pour Willemse (70 min), Pierre Bourgarit pour Marchand, Hassane Kolingar pour Baille (tous deux 76 min). Non utilisé: Baptiste Serin, Anthony Bouthier.

Sinbinned: Le Roux (24-34 min).

Arbitre: Luke Pearce (Angleterre).

  • MONCANAPE.COM Chesterfield Canapés fixes Velours "easy clean" qui se nettoie à l'eau, 100% polyester (Ce velours dit : "hôtelier" est utilisé en hôtellerie et dans les palaces, gage de très grande qualité et simplicité d'entretien)
  • MONCANAPE.COM Ellie Canapés fixes Velours "easy clean" qui se nettoie à l'eau, 100% polyester (Ce velours dit : "hôtelier" est utilisé en hôtellerie et dans les palaces, gage de très grande qualité et simplicité d'entretien)
  • MONCANAPE.COM Hugo Canapés convertibles Tissu chiné ou Velours "easy clean" qui se nettoie à l'eau, 100% polyester (Ce velours dit : "hôtelier" est utilisé en hôtellerie et dans les palaces, gage de très grande qualité et simplicité d'entretien)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *