Le gouvernement néerlandais fait appel après que le tribunal a ordonné la levée du couvre-feu contre les coronavirus

Un tribunal néerlandais a ordonné au gouvernement de lever le couvre-feu nocturne du coronavirus dans le pays, affirmant que la mesure violait la liberté de mouvement et le droit à la vie privée.

Les juges de La Haye ont également fait valoir mardi que le couvre-feu, en vigueur de 21 heures à 4 heures 30 dans tout le pays, avait été imposé en utilisant une loi d’urgence – permettant au parlement d’être contourné – même s’il n’y avait pas d ‘ »urgence aiguë ».

Le gouvernement a déclaré qu’il ferait appel de la décision immédiatement et utiliserait un soi-disant appel d’urgence, dans lequel un juge est invité à suspendre la décision en attendant le résultat de l’appel.

Bien que la décision de mardi matin soit « un revers », le Premier ministre Mark Rutte a déclaré qu’il pensait que le gouvernement avait « de solides arguments » pour faire appel. « Si le couvre-feu n’avait pas la bonne base juridique pour le moment, cela ne signifie pas qu’il n’est pas nécessaire. »

Rutte, qui est actuellement Premier ministre par intérim mais espère revenir au poste après les élections du mois prochain, a ajouté: « La suspension de la mesure aurait une conséquence immédiate et grave pour la lutte contre le coronavirus ». Il a appelé tout le monde à rester à la maison mardi soir.

L’affaire a été portée par le groupe de campagne Viruswaarheid (« vérité sur le virus »), qui a critiqué la politique du gouvernement sur la pandémie et prétend que le coronavirus est moins mortel que les scientifiques le disent. Le groupe a également organisé des marches qui ont parfois abouti à la violence.

Le ministre de la Justice, Ferd Grapperhaus, a déclaré que le Cabinet travaillait également sur une loi d’urgence pour établir une nouvelle base légale pour le couvre-feu « dès que possible ». Cependant, il a ajouté que cette loi serait « superflue », car le gouvernement soutient que le couvre-feu est déjà juridiquement valable.

Les partis d’extrême droite – qui ont également fait campagne contre les verrouillages – n’ont pas tardé à se jeter sur le gouvernement.

«Alors Rutte a enfermé à tort les Pays-Bas après neuf heures du soir. J’ai ignoré ma motion adoptée. J’ai quand même passé ce terrible couvre-feu. Et maintenant à juste titre [got] rebondi très fort », Geert Wilders, chef du Parti pour la liberté, tweeté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *