La réouverture des repas à l’intérieur était raisonnable à l’époque, mais elle s’est retournée contre lui

Le désir d’être justifié est une impulsion humaine naturelle. Qui ne veut pas avoir raison, en particulier sur les questions de controverse publique? Cela est vrai même pendant une pandémie déchaînée.

Le gouvernement a décidé en décembre de rouvrir les magasins et les restaurants à l’intérieur selon des règles de distanciation sociale, tout en permettant également plus de mélange des ménages à l’approche de Noël. Il a divergé du conseil de Nphet de procéder avec plus de prudence. De nombreux autres médecins et scientifiques ont également critiqué la décision à l’époque, tandis que de nombreux groupes de pression des entreprises l’ont soutenue à des degrés divers.

La décision a été suivie d’une flambée presque verticale de l’infection qui menace la santé de nos plus vulnérables. Beaucoup de nos familles, amis et voisins tomberont malades avec Covid-19 ce mois-ci et certains mourront. Ce fait solennel importe beaucoup plus en ce moment qu’un débat sur la sagesse de la décision du gouvernement. Mais, comme nous sommes tous humains, ce débat a inévitablement surgi.

Pour bien juger la décision de s’écarter de l’avis de Nphet pour des raisons économiques, elle doit être examinée dans le contexte du moment où elle a été prise. La crédibilité de Nphet dans la rue à l’époque n’a pas été aidée par le fait que le verrouillage rigoureux de six semaines qu’il recherchait pour octobre et novembre n’avait rien produit de près de l’amélioration des taux d’infection promise.

Les gens étaient épuisés. Les recherches d’Amárach pour l’État soutiennent la conclusion selon laquelle, à l’époque, plus de gens ont accepté la décision de rouvrir qu’ils n’étaient insatisfaits que c’était trop risqué. Malgré les suggestions contraires des fontes de sagesse qui peuplent les médias sociaux, cela me semble incontestable. Les données se trouvent sur le site Web du ministère de la Santé; un tiers seulement des personnes souhaitaient des restrictions plus sévères à la fin du mois de novembre. L’insatisfaction n’est venue que plus tard, alors que les choses se déroulaient.

Défendre les emplois

Le gouvernement a fait une tentative compréhensible pour défendre les emplois et pour faire de la place pour alléger la pression sur la santé mentale des gens. Même leurs critiques les plus ardents ne soutiendraient pas que les décideurs ont décidé de nuire aux gens. S’ils le font, ils ne se disputent pas de bonne foi. Les politiciens ne sont pas des monstres. Aucun être humain avec une once d’intégrité ou de compassion n’aurait soutenu la réouverture de l’économie dans la mesure où c’était s’il avait su, ou avait été averti, qu’elle allait contribuer à 5000 cas par jour dès le premier week-end de Janvier. Personne n’a prédit cela.

Les magasins ne sont pas une source d’infection généralisée et il existe peu de preuves crédibles pour montrer le contraire. Le véritable problème en jeu ici est la décision de rouvrir la salle à manger intérieure. On ne sait actuellement pas dans quelle mesure cela est directement responsable de la recrudescence actuelle, par rapport à l’irresponsabilité générale des gens lorsqu’ils se mélangent à la maison et à l’impact encore inconnu de la nouvelle variante britannique plus transmissible du virus.

J’ai du mal à accepter que 20 jours de repas en salle à eux seuls aient mis à genoux l’infrastructure sanitaire du pays. Nphet suggère que la nouvelle variante britannique pourrait être responsable de seulement 10% des cas, mais cela est basé sur un petit échantillon. Il me semble incongru de suggérer que la nouvelle variante qui ravage notre plus proche voisin, avec laquelle nous avons des liens physiques inextricables, n’est pas également un facteur majeur ici. Mais des gens mieux qualifiés que moi régleront cet argument plus tard.

L’ampleur de la culpabilité de l’hospitalité dans la situation actuelle n’a jamais vraiment été reflétée dans les données des grappes. Mais, étant donné les risques associés aux personnes se mélangeant à l’intérieur sans masque, il a clairement joué un rôle et peut-être même un rôle majeur. Seul un idéologue borgne le nierait. J’ai soutenu la décision de rouvrir les restaurants à l’intérieur parce que je me sentais obligé de parler au nom des dizaines de milliers de travailleurs et de propriétaires de PME dont les moyens de subsistance étaient jetés sur un feu de joie par des restrictions conçues ou soutenues par des personnes à plein salaire, travaillant à domicile, pas une telle insécurité économique.

Il est probablement juste de dire que de nombreuses personnes, peut-être même la plupart, auraient peut-être accepté en novembre la fermeture continue des restaurants à l’intérieur jusqu’en décembre si elle leur avait été vendue comme une décision cruciale du gouvernement.

Mais il existe une tyrannie de la majorité. Il y a peu de preuves que la majorité qui n’a pas été touchée par la fermeture continue de l’hospitalité a eu beaucoup de difficultés avec cela. Il existe de nombreuses preuves que les dizaines de milliers de personnes directement touchées et leurs familles en ont été victimes. Ces gens n’allaient pas bien, Jack. Mon sentiment de compassion pour eux reste intacte, même maintenant.

Sagesse rétrospective

Mais il est évident que la décision de rouvrir la salle à manger à l’intérieur a contribué d’une manière ou d’une autre à ce qui se passe actuellement. Par conséquent, avec le recul, vous pouvez affirmer que la décision de rouvrir tous les restaurants à l’intérieur dès le 4 décembre a peut-être été la mauvaise. Il doit alors s’ensuivre que, avec beaucoup d’autres, j’ai peut-être eu tort de l’appuyer. J’ai personnellement ressenti la douleur de Covid-19 et je ne le souhaite à personne, et certainement pas comme le prix d’une soirée.

Les considérations économiques reviendront plus tard, mais pour le moment, elles doivent passer au second plan. Le moment est venu pour nous tous d’accepter que nous sommes en mode crise et que nous nous efforçons à tout moment d’écraser à nouveau la courbe de l’infection et de protéger la santé et la vie de ceux qui nous entourent. Faire quelque chose maintenant qui risquerait de nuire à la santé publique serait un acte d’irresponsabilité morale flagrante.

L’économie doit attendre un peu que cette crise soit contenue. S’il n’est pas contenu, l’économie sera de toute façon ruinée par un effondrement de la confiance du public. Ceux d’entre nous qui s’inquiètent de l’économie ne peuvent pas éviter cela.

Alors, que faisons-nous après cela? Nous pourrions nous embrouiller jusqu’à ce que les vaccins prennent le dessus. Il y a aussi une nouvelle poussée de la part des partisans d’une politique «zéro Covid» pour imiter l’approche de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. Cela signifie prendre la douleur d’un long verrouillage draconien et sceller efficacement les frontières de la nation dans la mesure du possible, pour éliminer la transmission communautaire et «revenir à la normale».

Je n’accepte pas que les frontières scellées puissent être décrites comme quelque chose de proche de la normalité pour une petite économie ouverte qui repose sur le commerce et les investissements étrangers, et qui fait partie d’un marché unique avec 26 autres pays qui, nous le savons, adopteront une approche différente. .

L’Irlande serait une valeur aberrante dans l’Union européenne. Les risques fiscaux et économiques liés à un statut aberrant pour un petit pays comme le nôtre ne peuvent être simplement écartés. Ces risques n’existent pas au même degré en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Mais même si nous écrasons la courbe de toute façon au cours des prochaines semaines, il est temps pour nous d’aérer davantage ces problèmes. Ayons cette discussion, calmement, et sachant que l’arrivée imminente des vaccins signifie que, quoi qu’il en soit décidé, nous ne serons pas perdus à jamais dans ce gouffre de désespoir.

Affaires Aujourd’hui

Recevez les dernières nouvelles et commentaires commerciauxINSCRIVEZ-VOUS ICI

  • MATHI DESIGN KANSAS - Table design de repas interieur/exterieur Marron
    La table Kansas se présente comme une table d'intérieur avec son plateau en bois recyclé.Sa particularité est son traitement avec une finition en NITROCELLULOSE, ce qui facilite l'usage et l'entretien du plateau et lui permet également d'être utilisée à l'extérieur.Plateau: bois recyclé en provenance d'Inde
  • Le Chti Gourmand Repas en 2 ou 3 services au choix à emporter ou en livraison pour 1 ou 2 personnes au restaurant Le Chti Gourmand
    Un repas chaleureux à déguster à l’intérieur de son chez soi
  • lampe berger Baguettes parfumées Belle Epoque Havane avec recharge Coffret cadeau Tentation Santal 200 ml - Marron
    Bâtonnets de parfum Belle Epoque Havane de Lampe Berger. Le support est en verre coloré. Le support est dans un design classique, a un bouchon décoratif décoré en métal luxueux et a une capacité de 290 ml. Le design en fait un classique intemporel à l'intérieur. Le parfum inclus est Santal Temptation, un

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *