Borrell: l’UE n’a pas de ressources pour lutter contre la désinformation en provenance de Chine

Le service extérieur de l’Union européenne n’a ni les ressources ni l’autorité pour contrer efficacement les attaques hybrides en provenance de Chine, a déclaré aujourd’hui son chef des affaires étrangères Josep Borrell.

« Aujourd’hui, nous n’avons pas le mandat d’étudier la désinformation sur la Chine », a déclaré Borrell, qui dirige le Service européen pour l’action extérieure (SEAE), aux membres de la commission spéciale du Parlement européen sur les ingérences étrangères.

Il a déclaré que le bloc avait subi des pressions permanentes au cours de l’année écoulée de la part de pays déformant les informations et diffusant de la désinformation pour faire avancer les intérêts politiques. Mais alors que l’UE a intensifié son travail pour démystifier les campagnes de désinformation de Moscou, « nous avons très peu de ressources pour étudier la désinformation en Chine. »

Il a ajouté que le SEAE n’avait pas les ressources « nécessaires » pour contrer les campagnes chinoises visant à influencer la politique européenne.

Les attaques hybrides « ont ciblé nos valeurs démocratiques, notre espace d’information et même notre infrastructure, notre infrastructure critique » pendant la pandémie, a-t-il déclaré, qualifiant la crise sanitaire mondiale de « véritable terrain d’essai pour de nouvelles tactiques hybrides ».

Le département de désinformation du service extérieur de l’UE dispose d’une unité East Stratcom dédiée aux campagnes de désinformation russes. D’autres responsables surveillent les campagnes du monde entier, mais ils manquent de personnel et de ressources pour gérer le nombre croissant d’attaques hybrides.

Borrell a déclaré que l’Europe était un désavantage dans ses efforts pour se protéger des campagnes de désinformation de la Russie visant l’Europe: « Nous n’avons pas la capacité de produire massivement des informations présentant nos points de vue », a-t-il déclaré, ajoutant que l’UE n’avait que la capacité de signaler et d’appeler. des campagnes de désinformation comme «réponse» aux campagnes massives de désinformation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *