Un prêtre a abusé «  sexuellement et physiquement  » de garçons au Belvedere College dans les années 1970

Un prêtre jésuite a maltraité des garçons du Belvedere College, dans le centre-ville de Dublin, alors qu’il y enseignait dans les années 1970, a confirmé la congrégation, deux ans après avoir été confronté à une ancienne victime au sujet du secret entourant l’affaire.

Le père Joseph Marmion «a abusé des garçons sexuellement, émotionnellement et physiquement alors qu’il faisait partie du personnel enseignant du Belvedere College dans les années 1970», ont déclaré les jésuites dans un communiqué.

Le père Marmion a également enseigné au Crescent College de Limerick et au Clongowes Wood College.

La déclaration de mardi faisait suite au contact avec les jésuites début 2019 par un ancien élève du Belvedere College. Étudiant au Collège dans les années 1970, à l’âge de 13 ans, il a été abusé sexuellement et émotionnellement par le père Marmion, enseignant au Belvédère de 1969 à 1978. Le prêtre est décédé en 2000.

Dans leur déclaration de mardi, les jésuites ont déclaré qu’ils l’avaient publié «suite à un engagement avec un ancien élève lui-même maltraité, dans l’espoir que d’autres qui auraient pu souffrir se manifesteraient et obtiendraient le soutien dont ils pourraient avoir besoin».

Ils ont également déclaré qu’ils «étaient en contact depuis de nombreuses années avec d’autres qui ont été maltraités par Joseph Marmion alors qu’ils étaient de jeunes étudiants. Ils ont parlé d’abus sexuels et d’intimidation physique et émotionnelle de sa part. Nous pensons que le secret imposé par Joseph Marmion peut encore empêcher certaines victimes et survivants d’accéder à l’aide et au soutien ».

Ces derniers jours, ont-ils déclaré, «un ancien élève a écrit sur son expérience de Joseph Marmion et a raconté les histoires d’autres personnes qui lui ont parlé et qui ont également été terriblement blessés. Nous nous efforçons d’atteindre ces personnes et de leur offrir notre soutien si elles le souhaitent ».

Toutes les informations concernant les abus reçues par la congrégation ont été partagées avec la Garda, Tusla et d’autres autorités compétentes, ont-ils déclaré.

Réattribué

En 1977, les jésuites ont reçu des informations de parents alléguant des abus sexuels au Belvedere College. «En conséquence, il a été décidé que Joseph Marmion soit retiré du personnel du Belvédère à partir de la fin de l’année universitaire 1977/1978», ont-ils déclaré.

Le P. Marmion «a ensuite passé un an en congé sabbatique à Paris avec la communauté jésuite Saint François Xavier. Il a ensuite été affecté à la communauté jésuite de Gardiner Street. En 1990, il a été nommé aumônier de l’hôpital privé St. Vincent. Nous reconnaissons que ces nominations ultérieures n’auraient pas dû être effectuées. »

La déclaration a continué que «bien que cette communication particulière se rapporte à des abus survenus au Belvedere College, Joseph Marmion a également enseigné au Crescent College de Limerick et au Clongowes Wood College. Tous les efforts seront faits pour communiquer ces informations aux anciens élèves de toutes les écoles ».

Le provincial jésuite, le père Leonard Moloney, a déclaré qu’il avait rencontré l’homme qui, en 2019, avait déclaré que le père Marmion l’avait maltraité. «Il m’a dit clairement qu’il était préoccupé par les autres qui pourraient également avoir souffert et qu’il fallait leur offrir une réponse et un soutien de manière proactive».

Le père Moloney a poursuivi: «Cet homme m’a également fait savoir qu’il croyait que les autres victimes de violence pouvaient être aidées en reconnaissant qu’eux aussi avaient été terriblement blessés. Il a demandé que nous nommions son agresseur, Joseph Marmion SJ, publiquement et que nous rendions cette information largement disponible afin d’atteindre le plus d’anciens élèves possible ».

Il a dit que c’était «une question de profond regret pour moi personnellement et pour la Compagnie de Jésus que des enfants aient été maltraités alors qu’ils étaient sous notre garde. Nous sommes vraiment désolés. Les mots ne suffisent jamais. » Ils avaient «par le passé présenté des excuses et invité les victimes et les survivants d’abus commis par des membres de la Société à se manifester et à demander de l’aide. Nous le faisons encore aujourd’hui. Ces efforts doivent toujours être continus ».

Le père Moloney a également salué l’homme qui s’est manifesté en 2019 avec des plaintes contre le père Marmion et «qui nous a demandé de suivre cette voie. Sa demande, faite uniquement par souci d’autrui, a été un exemple pour nous tous ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *