Sondage: les élèves français s’opposent à la loi interdisant les symboles religieux dans les écoles

Une majorité de lycéens français pensent qu’eux-mêmes et leurs camarades de classe devraient être autorisés à porter des symboles religieux tels qu’un hijab ou une kippa, a révélé un sondage.

Les «symboles religieux ostentatoires» sont interdits dans les écoles depuis 2004 dans le cadre de la Constitution française laïcité brin de laïcité, et les politiciens conservateurs ont discuté de l’interdiction du voile islamique dans les universités.

Selon l’enquête IFOP – publiée mercredi et sondée lycée les élèves âgés majoritairement de 15 à 18 ans – 52 pour cent des lycéens français estiment que cela devrait être renversé, un taux deux fois plus élevé que la population adulte (25 pour cent). Un peu moins de la moitié (49 pour cent) des élèves du secondaire sont en faveur de permettre aux employés de la fonction publique, tels que les enseignants ou les policiers, de porter également des vêtements religieux.

Le sondage intervient six mois après l’assassinat de l’enseignant Samuel Paty, qui montrait des caricatures du prophète Mahomet en classe, et comme le projet de loi du gouvernement français sur le «séparatisme» – qui vise à renforcer les outils juridiques dont dispose le gouvernement pour freiner le radicalisme islamiste en France – est débattue au parlement. Ces événements ont relancé un débat tendu sur ce laïcité est et dans quelle mesure le gouvernement devrait réglementer la pratique religieuse.

De plus en plus de lycéens ont un point de vue différent sur ce laïcité signifie vraiment, par rapport aux adultes français. Environ 29% d’entre eux pensent que la vision française de la laïcité consiste avant tout à «mettre toutes les religions sur un pied d’égalité» (contre 19% des adultes français). Seulement 11% d’entre eux pensent qu’il s’agit principalement de «réduire l’influence des religions dans notre société» (ce que 26% des adultes croient).

De plus, 43% des lycéens pensent que les lois actuelles laïcité – qui a été pour la plupart codifiée par une loi de 1905 et renforcée par l’interdiction des signes religieux de 2004 – sont discriminatoires envers au moins un groupe religieux. Plus d’un tiers (37%) d’entre eux – et 81% des lycéens musulmans – pensent qu’ils sont islamophobes.

  • Décrypter les symboles dans l'art

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *