Biden souligne son soutien à l’accord de Belfast alors que les tensions augmentent

Le président américain Joe Biden est «sans équivoque» dans son soutien à l’accord de Belfast, a déclaré la Maison Blanche, à la suite de la décision surprise de Londres de prolonger la période de grâce pour les contrôles post-Brexit sur certaines marchandises entrant en Irlande du Nord en provenance de Grande-Bretagne.

«Il a été le fondement de la paix, de la stabilité et de la prospérité pour tout le peuple d’Irlande du Nord», a déclaré la porte-parole du président Jen Psaki à propos de l’accord, interrogée par l’europe-infos.fr à Washington sur le différend sur l’application du protocole.

En vertu du protocole, les contrôles devraient commencer en avril sur certaines marchandises transitant de la Grande-Bretagne vers l’Irlande du Nord. Cependant, dans une démarche unilatérale, le gouvernement britannique a annoncé cette semaine qu’il prolongerait la période de grâce jusqu’en octobre, une décision qui a aggravé les tensions entre Londres, Bruxelles et Dublin.

Postes d’inspection

Londres ne s’attend pas à ce que les dispositions relatives aux inspections soient achevées d’ici octobre. Au lieu de cela, des sources de haut niveau ont déclaré que les contrôles seraient partiellement plutôt que pleinement opérationnels d’ici là. Le gouvernement britannique estime que la construction des postes nécessaires aux contrôles – suspendue par le ministre DUP Gordon Lyons le week-end dernier – devrait se poursuivre.

Downing Street a défendu jeudi la décision controversée, qui a provoqué des menaces de poursuites judiciaires de Bruxelles, insistant sur le fait qu’elle n’était pas en violation du droit international.

Le porte-parole du Premier ministre Boris Johnson a déclaré que le gouvernement restait attaché au protocole et qu’il avait informé cette semaine «au niveau officiel» la Commission européenne et le gouvernement irlandais de sa décision.

Groupe des amis de l’Irlande

L’UE et l’Irlande n’ont été informées que mardi que l’action unilatérale était envisagée pour mercredi. Il est entendu à la fois fortement déconseillé de procéder de cette manière.

Le gouvernement doit solliciter une réunion urgente avec le groupe des Amis de l’Irlande au Congrès américain au sujet de la décision de Londres. Lors d’une réunion du sous-comité du Cabinet sur le Brexit jeudi, il a été convenu que le ministre des Affaires étrangères, Simon Coveney, contacterait le groupe bipartisan influent sur la question.

Les ministres présents à la réunion du comité, présidée par le Taoiseach, auraient exprimé des inquiétudes quant au fait que les syndicalistes exagéraient l’impact du protocole sur l’Irlande du Nord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *