Le commerce du Royaume-Uni avec l’UE s’effondre après la période de transition du Brexit

Le commerce de la Grande-Bretagne avec l’UE s’est effondré de plus d’un tiers au cours du premier mois de 2021 après la fin de la période de transition du Brexit, selon de nouvelles données de l’Office for National Statistics.

Les données montrent des baisses plus faibles des échanges avec les pays non membres de l’UE, indiquant les premiers signes de l’impact du Brexit sur la position commerciale du Royaume-Uni.

Les exportations de marchandises de la Grande-Bretagne vers l’UE ont diminué de 38% en janvier par rapport au même mois en 2020. Les importations de marchandises du Royaume-Uni en provenance de l’UE ont chuté de 16%.

Cela est cohérent avec le fait que la Grande-Bretagne n’a pas encore imposé de contrôles à l’importation sur les marchandises, mentionné Thomas Sampson, professeur agrégé d’économie à la London School of Economics.

En comparaison, les exportations de marchandises de la Grande-Bretagne vers les pays non membres de l’UE ont été réduites de 8% en janvier, ses importations en provenance de pays tiers ayant chuté de 9%. Les exportations totales du Royaume-Uni ont chuté de 25 pour cent et les importations de 20 pour cent au cours de ce mois.

La plus forte baisse des exportations de marchandises du Royaume-Uni vers l’UE a touché le secteur des aliments et des animaux vivants, chutant de plus de moitié à 54 pour cent. Le coup n’est pas surprenant, a déclaré Sampson, car ces secteurs ont été soumis à des contrôles sanitaires et phytosanitaires complets à la frontière de l’UE et que certains produits sont désormais soumis à des restrictions.

Sampson a déclaré que les baisses de janvier pourraient être en partie dues à l’accumulation de marchandises avant la fin de la transition vers le Brexit.

«Ces données sont un signe de la tension que subissent actuellement les entreprises britanniques», a déclaré Ana Boata, responsable de la recherche macroéconomique chez l’assureur de crédit commercial Euler Hermes. «Alors que certaines des barrières non tarifaires au commerce, telles que l’augmentation des formalités administratives et le remplissage de formulaires, seront aplanies à court terme, la combinaison du COVID-19 et du Brexit se révélera en fin de compte ralentir la croissance. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *