Le Sénat américain présente une résolution pour soutenir l’accord de Belfast

Le Sénat américain a présenté une résolution en faveur de l’accord de Belfast à la veille de la Saint-Patrick, dernier signe de soutien bipartisan au processus de paix en Irlande du Nord.

La résolution – qui a été parrainée par le démocrate Robert Menendez et la républicaine Susan Collins – a été portée au débat avant les engagements de mercredi entre le Taoiseach Michael Martin et des personnalités américaines de haut niveau pour la Saint-Patrick. On s’attend à ce qu’un vote sur la résolution ait lieu le mois prochain, peut-être pour coïncider avec l’anniversaire de la signature de l’accord de paix de 1998.

Comme l’a rapporté la semaine dernière l’europe-infos.fr, la résolution exprime son soutien «à l’application intégrale» de l’accord et aux efforts ultérieurs «pour soutenir la paix sur l’île d’Irlande».

Il stipule également que tout accord commercial nouveau ou modifié entre les États-Unis et le Royaume-Uni devrait tenir compte du fait que les conditions de l’accord de Belfast sont remplies.

Il est également fait mention du protocole de l’Irlande du Nord – qui fait actuellement l’objet d’une vive controverse entre Londres et Bruxelles, à la suite de la décision britannique de retarder unilatéralement l’introduction de certains contrôles douaniers entre le Nord et la Grande-Bretagne. Il appelle également à «une attention et une action continues pour résoudre les injustices de la violence passée, y compris la violence parrainée par l’État».

«L’accord du Vendredi saint a été une réalisation historique qui a établi un cadre pour une paix durable», a déclaré M. Menendez, le démocrate du New Jersey qui préside la commission des relations extérieures du Sénat. «Cependant, le travail de l’accord reste inachevé. Avant la Saint-Patrick, nous appelons à une attention et une action renouvelées pour mettre en œuvre les dispositions de l’accord, y compris l’adoption d’une déclaration des droits et la responsabilité pour les injustices passées.

La républicaine Susan Collins, qui représente l’État du Maine au Sénat américain, a rappelé le travail de l’ancien sénateur du Maine George Mitchell dans la négociation de l’accord de Belfast.

«Au cours des deux dernières décennies, les dirigeants politiques d’Irlande du Nord, ainsi que les gouvernements irlandais et britannique, ont fait d’énormes progrès, même si des problèmes importants restent non résolus», a-t-elle déclaré. «Notre résolution encourage toutes les parties à continuer d’œuvrer à la mise en œuvre de l’Accord du Vendredi saint, ainsi que des accords ultérieurs qui promeuvent la paix et la stabilité sur l’île d’Irlande.»

La résolution a été cosignée par 13 sénateurs, dont les sénateurs Cory Booker, Chris Murphy et le chef de la majorité au Sénat Chuck Schumer.

Le dévoilement de la résolution précède les engagements de mercredi par le Taoiseach, qui comprend une réunion virtuelle bilatérale avec le président Joe Biden. M. Martin rencontrera également le vice-président Kamala Harris et la présidente Nancy Pelosi. Mercredi également, une réunion avec le caucus des Amis de l’Irlande – un groupe bipartite de membres du Congrès qui célèbre sa quarantième année d’existence en ce jour de la Saint Patrick. Un hommage au regretté John Hume aura également lieu mercredi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *