Le sommet des dirigeants de l’UE se tiendra pratiquement alors que la pandémie fait rage

Les chefs d’État et de gouvernement de l’UE tiendront un sommet par visioconférence la semaine prochaine alors que les infections à coronavirus augmentent à nouveau dans plusieurs pays, a déclaré le président du Conseil européen, Charles Michel annoncé dimanche.

Michel avait fait grand espoir que les 27 dirigeants nationaux seraient en mesure de se rencontrer physiquement à Bruxelles pour leur sommet régulier de mars. Sa décision de passer à un format virtuel a souligné à la fois la grave situation sanitaire et son acceptation de l’impossibilité politique pour les dirigeants de voyager après que plusieurs d’entre eux ont ordonné des mesures de verrouillage renouvelées ou plus strictes ces derniers jours.

L’Italie, la France et la Pologne sont parmi les pays à durcir leurs mesures en réponse à ce qui est décrit comme une troisième vague d’infections. D’autres, comme la Belgique, reportent les assouplissements prévus des restrictions.

L’augmentation des taux, associée à la lenteur du déploiement des vaccins par l’UE, a conduit à des signes de colère et de frustration croissantes du public. Des manifestations anti-lockdown ont eu lieu samedi dans plusieurs pays de l’UE, dont l’Autriche, la Finlande, l’Allemagne et la Roumanie.

Les dirigeants ont également été critiqués pour des messages publics médiocres qui ont sapé la confiance du public, en particulier dans le vaccin AstraZeneca, qui a de nouveau été déclaré jeudi sûr par l’Agence européenne des médicaments après que plusieurs pays aient suspendu son utilisation en raison de préoccupations concernant des effets secondaires graves.

Lors du sommet de jeudi et vendredi, les dirigeants devaient discuter de la pandémie, en particulier du programme de vaccination en difficulté, mais aussi d’un éventail d’autres sujets, y compris une discussion stratégique sur la politique russe et des plans pour faire avancer une taxe unilatérale sur les entreprises numériques géantes. si un accord international ne peut être conclu.

Il n’était pas immédiatement clair si le format vidéo nécessiterait des modifications de l’ordre du jour, mais en général, les réunions virtuelles ne permettent pas autant de débats et de négociations dynamiques qu’en personne. Le porte-parole de Michel, Barend Leyts, a déclaré que le président poursuivrait les consultations avec les dirigeants dans les jours à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *