L’UE appelle la Turquie à annuler le retrait du traité protégeant les femmes

La Commission européenne exhorte la Turquie à revenir à un traité international visant à lutter contre la violence à l’égard des femmes après le retrait d’Ankara du pacte.

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a publié samedi un décret annulant la ratification par son pays de la Convention d’Istanbul, un accord du Conseil de l’Europe portant le nom de la ville où il a été forgé. Cette décision a déclenché des manifestations dans plusieurs villes turques.

Dimanche, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a apporté son soutien au traité, appel à tous les signataires de ratifier le traité et d’ajouter: «Les femmes méritent un cadre juridique solide pour les protéger.»

Tard samedi, le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a déclaré que le bloc «ne peut que regretter profondément et exprimer son incompréhension» face à la décision d’Ankara. «Nous exhortons la Turquie à revenir sur sa décision», a-t-il a écrit.

Erdoğan n’a donné aucune raison pour sa décision, mais les conservateurs en Turquie ont fait valoir que la convention sape les structures familiales traditionnelles. Des débats similaires se déroulent en Pologne et plusieurs signataires européens – dont la Hongrie et le Royaume-Uni – n’ont pas encore ratifié le traité.

Les dirigeants nationaux européens ont également critiqué cette décision.

Heiko Maas, ministre des Affaires étrangères de l’Allemagne, a déclaré que le départ de la Turquie de la Convention était un «pas en arrière et un faux signal à l’Europe».

«Aucune tradition ne justifie de remettre en question la protection des femmes contre la violence», at-il écrit sur Twitter samedi tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *