Le programme de vaccination de l’hôpital irlandais a pris fin après avoir donné des doses restantes à une école d’élite

AccueilActualitésLe programme de vaccination de l'hôpital irlandais a pris fin après avoir...

Le programme de vaccination de l’hôpital irlandais a pris fin après avoir donné des doses restantes à une école d’élite

DUBLIN – L’un des meilleurs hôpitaux d’Irlande ne sera pas autorisé à continuer à administrer les vaccins COVID-19 après avoir inoculé des enseignants dans une école privée d’élite plutôt que ses propres patients à haut risque.

Les médias irlandais ont rapporté que le directeur général de Beacon Hospital, Michael Cullen, avait personnellement téléphoné à l’école que fréquentent ses propres enfants, St. Gerard’s, pour offrir des vaccins à ses enseignants et à son personnel.

Cela a enfreint les règles des autorités sanitaires pour déterminer qui doit être protégé en premier dans un contexte de déploiement national inopinément lent des vaccins. Le gouvernement a initialement déclaré que Beacon pouvait continuer à administrer les vaccins mais, face à un tollé public croissant, a annulé sa décision samedi.

«La fourniture de vaccins par l’hôpital Beacon à une école était tout à fait inappropriée et totalement inacceptable», a déclaré le ministre de la Santé Stephen Donnelly, qui a ordonné une enquête.

L’épisode a touché un nerf dans un pays où le népotisme est courant et où les personnes liées aux écoles payantes bénéficient d’avantages d’initiés, notamment de faire la queue pour les vaccins.

Beacon Hospital, situé dans la banlieue sud aisée de Dublin, appartient à l’un des hommes les plus riches d’Irlande, le magnat des télécommunications Denis O’Brien. À environ 12 kilomètres au sud, surplombant la mer d’Irlande et la station balnéaire de Bray, se trouve l’école Saint-Gérard. Les frais de scolarité de ses 760 étudiants dépassent 7400 € par tête, ce qui en fait l’un des plus chers d’Irlande.

Cullen a déclaré que l’hôpital avait offert les vaccins au personnel de St. Gerard après la fin des vaccinations prévues pour la journée et qu’il restait environ 20 doses.

Le PDG de l’hôpital a admis que la décision violait les instructions du gouvernement de donner la priorité aux personnes âgées, aux travailleurs de la santé et aux personnes souffrant de problèmes de santé à haut risque. «Cela a été fait sous la pression du temps et dans le but de garantir que les vaccins ne se perdent pas», a-t-il déclaré.

Son excuse a rendu furieux les patients de l’hôpital qui vivent beaucoup plus près que l’école et ne sont toujours pas vaccinés.

«Nous sommes tous les deux tellement en colère et frustrés. C’est un coup de pied dans les dents » dit Aoife Stokes, dont la mère de 64 ans est une patiente cancéreuse à Beacon en attente de son premier vaccin.

«Comment le Beacon n’a-t-il pas une liste d’attente de ses propres patients dans les catégories vulnérables?» elle a dit. «C’est très difficile à comprendre. Cela semble honteux.

- Advertisement -spot_img
Actualités
- Advertisement -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici