Boris Johnson parle durement de la Chine à la suite des sanctions contre les députés britanniques

AccueilActualitésBoris Johnson parle durement de la Chine à la suite des sanctions...

Boris Johnson parle durement de la Chine à la suite des sanctions contre les députés britanniques

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a promis samedi de rendre les pays en développement moins dépendants de la Chine sur le plan économique, en rencontrant cinq députés sanctionnés par la Chine un jour plus tôt.

“Le Premier ministre a parlé d’explorer des moyens de mettre en place des programmes de réduction pour compenser le niveau de dépendance vis-à-vis de la Chine grâce à l’initiative Belt and Road”, a déclaré un homme politique qui a assisté à la réunion au 10 Downing Street.

La remarque de Johnson sur le projet d’investissement et d’infrastructure de plusieurs milliards de dollars de Pékin a été qualifiée de “spontanée”.

Le Premier ministre tweeté Samedi: “Ce matin, j’ai parlé avec certains de ceux qui ont fait la lumière sur les violations flagrantes des droits de l’homme perpétrées contre les musulmans ouïghours. Je suis fermement avec eux et les autres citoyens britanniques sanctionnés par la Chine.”

Les sanctions chinoises ont soulevé la possibilité de dommages à long terme aux relations déjà glaciales entre le Royaume-Uni et la Chine, qui ont été endommagées par la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong.

Les cinq parlementaires – trois députés, dont l’ancien dirigeant conservateur Iain Duncan Smith, et deux membres de la Chambre des lords – font partie de l’Alliance interparlementaire sur la Chine. Pékin a sanctionné un total de neuf citoyens britanniques pour ce qu’il a appelé “mensonges et désinformation” sur les violations des droits de l’homme contre la minorité ouïghoure du Xinjiang.

“Nous sommes ravis que le Premier ministre ait accepté de nous rencontrer aujourd’hui pour exprimer sa solidarité avec les parlementaires et autres citoyens britanniques sanctionnés par le gouvernement chinois”, ont déclaré les cinq membres de l’IAPC dans un déclaration. “Nous ne nous concentrons pas sur ces sanctions, mais sur les victimes du Parti communiste chinois. Nous saisissons cette occasion pour évoquer à nouveau le sort des Ouïghours, des Tibétains, des Hongkongais et d’autres groupes soumis à la persécution par le gouvernement chinois.”

Pendant ce temps, le Daily Telegraph a rapporté vendredi que certains des députés sanctionnés par la Chine sont confrontés à des menaces de cybersécurité accrues et que le ministère des Affaires étrangères, du Commonwealth et du développement leur a offert un soutien en matière de cybersécurité.

- Advertisement -spot_img
Actualités
- Advertisement -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici