Von der Leyen et Michel se rendront en Turquie la semaine prochaine

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le chef du Conseil européen, Charles Michel, rencontreront le président turc Recep Tayyip Erdoğan la semaine prochaine.

Le couple se rendra en Turquie le 6 avril, le porte-parole de Michel, Barend Leyts mentionné Lundi. Ce voyage intervient après que les dirigeants de l’UE ont accepté la semaine dernière de relancer la coopération avec Ankara sur la migration et le commerce, bien que de manière «progressive, proportionnée et réversible».

Les relations entre l’UE et la Turquie, candidate à l’adhésion, étaient devenues de plus en plus tendues ces dernières années alors que le gouvernement turc intensifiait sa répression des libertés, envoyait des navires dans des eaux internationalement reconnues comme appartenant à Chypre et à la Grèce, devenait impliqué dans des querelles avec divers pays de l’UE. gouvernements et ont émis des menaces – finalement réalisées l’année dernière – d’ouvrir ses frontières et de laisser les migrants entrer librement dans le bloc.

Ces derniers mois, cependant, Erdoğan a opté pour un ton plus doux, promettant un «programme de réforme» national sur les droits de l’homme et les libertés. Les tensions entre la Turquie et la Grèce se sont également atténuées.

Lors du sommet européen de la semaine dernière, les dirigeants ont décidé d’examiner les moyens de maintenir en vie le pacte migratoire de 2016 avec la Turquie et de «travailler sur un mandat» pour moderniser l’union douanière du bloc avec Ankara. Ce dernier est une demande turque clé depuis des années.

En Turquie, pendant ce temps, la répression du gouvernement s’accélère, incitant l’ONG Human Rights Watch à avertir la semaine dernière qu’Erdoğan «démantelait les protections des droits humains et les normes démocratiques… à une échelle sans précédent depuis les 18 années où il est au pouvoir».

Plus tôt ce mois-ci, Erdoğan a retiré la Turquie de la Convention d’Istanbul – un traité du Conseil de l’Europe visant à protéger les femmes contre la violence – par décret présidentiel, déclenchant des manifestations qui se poursuivent. Dans le même temps, les procureurs de l’État ont pris des mesures pour interdire le Parti démocratique du peuple pro-kurde, actuellement le troisième plus grand groupe au parlement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *