Saint Jean de Dieu avertit le gouvernement d’un éventuel effondrement désordonné

L’un des principaux fournisseurs de services d’invalidité et de santé mentale du pays, St John of God Community Services, a averti le gouvernement qu’il pourrait potentiellement faire face à un effondrement désordonné avec des implications majeures pour jusqu’à 8000 enfants, adolescents et adultes qui en dépendent.

Il a déclaré au ministre de la Santé Stephen Donnelly que sans le soutien de l’État pour faire face à un déficit historique accumulé de plus de 32 millions d’euros, il pourrait faire face à «une liquidation en tant qu’entité solvable ou autre».

Il a averti que cela pourrait l’amener à vendre des actifs et des propriétés pour faire face à ses dettes. Il a suggéré qu’un tel scénario pourrait avoir des implications importantes pour les milliers de personnes auxquelles il fournissait des services.

St John of God Community Services est un fournisseur de soins de santé bénévole, avec son propre conseil d’administration et sa propre direction. Il reçoit chaque année un financement du HSE pour exploiter des services et emploie environ 2 500 personnes.

Elle est techniquement connue sous le nom d’organisme visé à l’article 38, ce qui signifie que son personnel est considéré comme du personnel de la fonction publique.

Il a annoncé en septembre dernier qu’il cesserait de gérer la majorité de ses services de santé, en raison d’une crise de financement. Il a déclaré à l’époque qu’il transférerait la responsabilité des services au HSE sur une période de 12 mois. Au cours de cette période, le HSE pourrait soit prendre les dispositions nécessaires pour exécuter les services lui-même, soit les transférer à un autre opérateur.

Le HSE a ensuite accordé un financement de plus de 139 millions d’euros cette année pour permettre à l’organisation de continuer à exploiter son niveau actuel de services jusqu’à l’automne prochain. Il a également reçu des fonds supplémentaires pour faire face à l’impact de la pandémie de Covid-19.

Cependant, il a averti le ministre dans une lettre des conséquences potentielles graves de son déficit accumulé – qui s’élève désormais à 32,5 millions d’euros – et des implications que cela pourrait avoir sur ses projets de liquidation et de transition ordonnées.

Financement insuffisant

Il est entendu que St John of God Community Services – avec un certain nombre d’autres organisations bénévoles du secteur – soutient que ses déficits ont été encourus en grande partie parce que le montant du financement fourni au fil des ans par l’État était insuffisant pour couvrir le niveau de services qu’on lui a demandé de fournir.

Clare Dempsey, directrice générale des services communautaires de Saint-Jean-de-Dieu, a déclaré au ministre dans la lettre que le HSE avait parfois fait référence au cours des derniers mois pour apporter une résolution à la crise de financement de l’organisation, mais qu’aucune proposition à cet égard n’avait été avancée.

Elle a déclaré que la question du déficit impayé était «extrêmement préoccupante».

«Si cette question n’est pas traitée rapidement, cela pourrait soulever un point d’interrogation quant à savoir si le service risque de se liquider en tant qu’entité solvable ou autrement. Cela, à son tour, peut déclencher une éventuelle vente d’actifs et de propriétés afin de s’acquitter de tous les engagements en cours, ce qui compromettrait gravement le transfert ordonné et le fonctionnement futur des services de jour et résidentiels dont dépendent actuellement 8 000 enfants, adolescents et adultes.

Dimanche soir, les Services communautaires de Saint-Jean-de-Dieu n’ont pas commenté le contenu de sa lettre au ministre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *