La Turquie met en garde contre une «  blessure  » aux relations après que Biden ait reconnu le génocide arménien

La Turquie a déclaré qu’elle avait convoqué l’ambassadeur américain pour protester contre la reconnaissance par le président Joe Biden du massacre des Arméniens au début du XXe siècle comme un génocide. Il a averti que la décision avait laissé une « blessure profonde » dans les relations entre les deux alliés de l’OTAN.

La déclaration de Biden samedi selon laquelle le massacre des Arméniens de 1915 dans l’Empire ottoman constituait un génocide a suscité l’indignation à Ankara.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavusoglu, a déclaré qu’il « rejetait entièrement » la décision américaine.

«Les mots ne peuvent pas changer ou réécrire l’histoire. Nous n’avons de leçons à tirer de personne sur notre histoire », at-il tweeté en réaction à la déclaration de Biden.

Le ministère turc des Affaires étrangères a par la suite convoqué l’ambassadeur américain David Satterfield pour lui faire part de la réaction du pays, déclarant que la décision de Biden avait causé « une blessure dans les relations difficile à réparer », selon l’agence de presse d’Etat Anadolu.

Un communiqué du ministère des Affaires étrangères a déclaré que l’annonce de Biden était une « grave erreur » qui « sape notre confiance mutuelle et notre amitié ».

Bien que Ronald Reagan ait qualifié les meurtres de génocide, Biden est devenu le premier président américain à reconnaître officiellement le massacre en tant que tel, lorsqu’il a déclaré que les Américains honoraient «tous ces Arméniens qui ont péri dans le génocide qui a commencé il y a 106 ans aujourd’hui.

Le ministère des Affaires étrangères de l’Arménie a accueilli favorablement les commentaires de Biden. «Le message du président américain perpétue cette forte tradition américaine de défendre la vérité et la justice», a-t-il déclaré dans un communiqué.

La décision fait partie des tensions persistantes dans la région. Le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan a annoncé aujourd’hui qu’il démissionnait pour ouvrir la voie à de nouvelles élections législatives. Il fait face depuis des mois aux appels des officiers de l’armée à démissionner suite à la défaite de la guerre de l’année dernière avec l’Azerbaïdjan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *