Barnier décidera de la course à la présidentielle française «  à l’automne  »

PARIS – Michel Barnier a évoqué mercredi une course à la présidence française en 2022 dans une interview accordée à l’hebdomadaire Le Point.

Barnier, l’ancien négociateur en chef de l’UE sur le Brexit, a déclaré qu’il ferait clairement connaître ses intentions présidentielles «à l’automne», dans une interview intitulée «Je veux…»

Barnier, qui s’exprimait avant la sortie de son livre «La grande illusion», a été présenté comme l’une des options pour le parti de centre-droit Les Républicains (LR), même si les favoris restent Bruno Retailleau, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand .

LR reste indécis sur la manière de faire le choix, se demandant s’il faut choisir un système de type primaire ou simplement soutenir un candidat soi-disant «naturel», bien que cette dernière option dépendrait des résultats des élections régionales de juin.

Pécresse et Bertrand sont tous deux des dirigeants régionaux qui souhaitent être réélus, mais Bertrand a déjà annoncé qu’il se présenterait à la présidence, quel que soit le choix de son ancien parti (il a quitté LR en 2017 mais a été vanté pour un retour).

Barnier préfère éviter une primaire, arguant que la course primaire du parti en 2016 était «l’origine des divisions et du ressentiment personnel» entre les concurrents.

En février, Barnier a lancé un groupe appelé Patriot and European pour rassembler des législateurs partageant les mêmes idées. «J’ai un certain nombre d’idées et de propositions à faire, sur tous les sujets», avait alors déclaré Barnier à France Info, notamment «l’autorité de l’État, la décentralisation et une croissance respectueuse de l’environnement».

Poussé sur ses divergences avec Emmanuel Macron dans l’interview de Le Point, Barnier, ancien ministre des Affaires étrangères et ministre de l’Agriculture, s’est demandé si certaines des mesures fiscales pré-pandémique du président avaient été pleinement comprises, et a déclaré qu’il préférerait réduire les impôts sur la production, à rendre les entreprises françaises plus compétitives.

Mardi, Barnier a été invité au Parlement européen alors que les députés se préparaient à ratifier l’accord commercial UE-Royaume-Uni qu’il a négocié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *