L’économie européenne touchée par les restrictions relatives aux coronavirus au début de 2021

FRANCFORT – L’économie européenne s’est contractée au premier trimestre de l’année alors qu’une nouvelle vague d’épidémies de coronavirus a contraint les pays de la région à de nouveaux verrouillages.

Les données préliminaires d’Eurostat ont montré que le PIB de la zone euro s’est contracté de 0,6% sur le trimestre au cours des trois premiers mois de l’année, tandis que l’UE s’est contracté de 0,4% sur la même période. Le faible début de 2021 fait suite à une contraction de 0,7% dans la zone euro et de 0,5% dans l’UE au dernier trimestre de 2020, lorsque la deuxième vague du coronavirus a balayé le continent.

Par rapport au même trimestre de l’année précédente, le PIB corrigé des variations saisonnières a diminué de 1,8% dans la zone euro et de 1,7% dans l’UE au premier trimestre 2020 après avoir reculé de 4,9% dans la zone euro et de 4,6% dans l’UE trimestre précédent, le communiqué a montré.

« Maintenant, c’est aussi officiel. L’économie de la zone euro est revenue en récession au cours du semestre d’hiver 2020/21 », a déclaré l’économiste de la Commerzbank Christoph Weil après la publication des données. « Mais une forte reprise devrait bientôt commencer. »

Plus tôt ce mois-ci, la Banque centrale européenne a déclaré que les données économiques entrantes, les enquêtes et les indicateurs à haute fréquence indiquaient une reprise de la croissance au deuxième trimestre.

La BCE s’attend à ce que la zone euro affiche un fort rebond au second semestre de cette année à mesure que la campagne de vaccination contre le coronavirus progresse et que la région peut progressivement lever les mesures de verrouillage. La zone euro devrait croître de 4% cette année et de 4,1% en 2022, selon les projections de mars.

Les prévisions légèrement plus anciennes de la Commission européenne placent la croissance de la zone euro à 3,8% pour cette année et la suivante, tout en projetant une croissance pour l’Union européenne dans son ensemble de 3,7% cette année et de 3,9% en 2022.

Pourtant, les données de vendredi confirment que l’Europe accuse un retard significatif par rapport aux États-Unis, qui en début de semaine ont fait état d’une croissance robuste au début de cette année.

Dans un communiqué séparé, Eurostat a également signalé que l’inflation annuelle de la zone euro avait augmenté de 1,6% en avril, marquant la plus forte hausse en deux ans. Les hausses de prix ont été tirées par une flambée de 10,3% des prix de l’énergie. La plupart des économistes et des décideurs s’attendaient à ce qu’une augmentation significative de la pression sur les prix cette année, approchant peut-être même le taux de la BCE d’un peu moins de 2%, reste temporaire et s’atténue à nouveau en 2022.

Cet article fait partie de POLITICOService de police premium de: Pro Financial Services. De la zone euro, de l’union bancaire, de la CMU, etc., nos journalistes spécialisés vous tiennent au courant des sujets qui guident l’agenda politique des services financiers. E-mail [email protected] pour un essai gratuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *