La Russie interdit aux hauts responsables de l’UE en représailles aux sanctions

Vendredi, la Russie a interdit au président du Parlement européen David Sassoli, à la vice-présidente de la Commission européenne Věra Jourová et à d’autres hauts fonctionnaires européens d’entrer dans le pays en représailles aux sanctions de l’UE contre les Russes.

Cette décision a suscité une réponse catégorique de la part des dirigeants européens. «Cette action est inacceptable, n’a aucune justification légale et est totalement dénuée de fondement. Il cible directement l’Union européenne, pas seulement les individus concernés », ont déclaré Sassoli, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président du Conseil européen Charles Michel dans une déclaration commune.

« Cette décision est la dernière et frappante démonstration de la façon dont la Fédération de Russie a choisi la confrontation avec l’UE au lieu d’accepter de redresser la trajectoire négative de nos relations bilatérales », ont-ils déclaré. «L’UE se réserve le droit de prendre des mesures appropriées en réponse à la décision des autorités russes.»

Le ministère russe des Affaires étrangères a énuméré Sassoli et Jourová – un homme politique tchèque qui est le vice-président de la Commission pour les valeurs et la transparence et a mené une campagne de l’UE contre la désinformation en provenance de Russie et de Chine – parmi huit fonctionnaires exclus des sanctions imposées par l’UE le mois dernier.

«L’Union européenne poursuit une politique de mesures restrictives illégitimes et unilatérales à l’encontre des citoyens et des organisations russes. Rien qu’en mars 2021, six Russes ont été soumis à des restrictions illégales de l’UE », a déclaré le ministère dans son communiqué.

Parmi les autres responsables interdits par Moscou figuraient Jörg Raupach, procureur de Berlin, un responsable de l’Agence suédoise de recherche pour la défense, trois fonctionnaires des pays baltes et Jacques Maire, membre de la délégation française à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

Le ministère n’a pas expliqué pourquoi ces fonctionnaires spécifiques avaient été visés, mais sa déclaration faisait référence aux sanctions imposées par l’UE les 2 et 22 mars.

Le 2 mars, l’UE et les États-Unis ont imposé des sanctions à de hauts responsables russes en réponse à l’attaque par empoisonnement et à l’emprisonnement du chef de l’opposition Alexei Navalny. Le 22 mars, l’UE a sanctionné deux Russes accusés d’avoir persécuté des homosexuels et des lesbiennes dans la région sud de la Tchétchénie.

Réagissant à l’interdiction d’entrée, Sassoli a écrit sur Twitter: «Apparemment, je ne suis pas le bienvenu au Kremlin? J’en avais un peu soupçonné… Aucune sanction ou intimidation n’arrêtera le [European Parliament] ou moi de défendre les droits de l’homme, la liberté et la démocratie. Les menaces ne nous feront pas taire. Comme l’écrit Tolstoï, il n’y a pas de grandeur là où il n’y a pas de vérité.

Jourová a publié une déclaration provocante, empreinte d’ironie. «Je veux également exprimer mon soutien aux autres qui ont été sanctionnés aujourd’hui. Je suis ravie d’être en si bonne compagnie », a-t-elle déclaré.

«Je continuerai à défendre les droits de l’homme, la liberté des médias et la démocratie. Les efforts constants de la Russie pour semer la désinformation et porter atteinte aux droits de l’homme méritent une réaction forte et continue. Si c’est le prix à payer pour dire la vérité, alors je la paierai volontiers », a-t-elle déclaré.

Manfred Weber, président du groupe du Parti populaire européen au Parlement, a exprimé sa solidarité avec Sassoli et Jourová et mentionné: « Monsieur Poutine, vous pouvez sanctionner autant de députés que vous le souhaitez, mais vous ne nous réduirez pas au silence. »

Un diplomate de l’UE a déclaré que la Russie utilisait une stratégie de la carotte et du bâton avec le bloc – offrant son vaccin contre le coronavirus Spoutnik V comme une carotte à des «amis» tout en frappant des membres «raisonnables» de l’UE avec des sanctions.

«Quelqu’un dans l’UE fera-t-il au moins preuve d’assez de courage pour convoquer l’ambassadeur de Russie? [Vladimir] Chizhov? demanda le diplomate.

Jacopo Barigazzi, Lili Bayer et Maïa de La Baume ont contribué au reportage.

Cet article a été mis à jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *