Le vote tactique pro-syndical frustre les nationalistes écossais

EDIMBOURG – Lors des élections législatives écossaises, le vote tactique des partisans pro-syndicaux s’avère une force puissante qui pourrait bien priver le Parti national écossais pro-indépendance de Nicola Sturgeon d’une majorité globale.

Avec le décompte en cours après les élections de jeudi, Sturgeon cherche à obtenir un mandat pour tenir un deuxième référendum sur l’indépendance. Une majorité globale de sièges pour son parti au Parlement écossais ferait pression sur le Premier ministre britannique Boris Johnson pour qu’il en accorde un, bien que les nationalistes soutiennent qu’une simple majorité de députés indépendantistes issus de plusieurs partis devrait suffire.

Le parti est en passe de rester confortablement le plus grand parti avec une position légèrement améliorée grâce à une poignée de gains de circonscription jusqu’à présent. Mais les espoirs d’une majorité du SNP semblent de plus en plus minces après que le parti de Sturgeon n’a pas réussi à remporter plusieurs sièges cibles clés des titulaires syndicalistes en place.

Sturgeon a fait valoir vendredi que gagner une majorité globale était «toujours un long coup». Son parti souligne le système électoral semi-proportionnel qui rend les majorités unipartites très difficiles à atteindre – bien que le SNP ait réussi l’exploit en 2011.

Les efforts de vote tactique organisé par les électeurs unionistes semblent avoir joué un rôle clé. Dans la principale cible du SNP, Dumbarton, détenu par les travaillistes, un grand mouvement des conservateurs s’est traduit par une majorité plus large pour le président sortant, alors que les électeurs conservateurs se tenaient le nez et soutenaient le parti le plus susceptible de vaincre les nationalistes.

À Eastwood, un triplé marginal entre les deux partis unionistes et le SNP s’est transformé en une victoire relativement confortable pour l’ancien chef conservateur écossais Jackson Carlaw. Le vote travailliste y a chuté d’environ 4 000, les conservateurs étant le principal bénéficiaire.

Une histoire similaire a émergé dans les circonscriptions à travers l’Écosse. À deux sièges différents à Édimbourg, les députés travaillistes et libéraux démocrates ont vu leur vote augmenter considérablement aux dépens des autres partis unionistes, les aidant à tenir le SNP dans des concours que les nationalistes espéraient vivement gagner. À Galloway et à West Dumfries, les conservateurs ont résisté au défi du SNP en augmentant la part des voix aux dépens du Labour. Cependant, les nationalistes ont réussi à récupérer Edinburgh Central aux conservateurs.

Bien que cela puisse paraître long, le SNP pourrait encore décrocher les sièges dont il a besoin pour une majorité à un seul parti lors du vote de liste régional séparé – et imprévisible. La liste récompense les partis qui réussissent moins bien dans les circonscriptions, ce qui rend difficile pour le SNP de décrocher les sièges supplémentaires dont il a besoin.

Mais le vote tactique est également un facteur sur la liste régionale, et cela pourrait profiter aux partisans de l’indépendance. Les Verts écossais devraient bien réussir grâce aux votes de liste des partisans de l’indépendance qui comprennent que le SNP a peu de chances de remporter de nombreux sièges de cette façon.

Le parti Alba d’Alex Salmond visait à recueillir des votes tactiques sur la liste des partisans de l’indépendance qui ont voté le SNP au scrutin de circonscription, mais il semble peu probable qu’il remporte des sièges. L’ancien premier ministre écossais a reproché à son successeur, Sturgeon, d’avoir décidé de ne pas encourager ses partisans à voter Alba ou Green sur la liste et de laisser ainsi les opposants syndicalistes «par la porte dérobée».

Les résultats complets de la liste régionale et des circonscriptions restantes sont attendus plus tard samedi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *