«  Inquiétude  » de la Commission concernant la détention d’immigrants britanniques de ressortissants de l’UE

LONDRES – La Commission européenne a déclaré lundi que les conditions et la durée de la détention de certains ressortissants de l’UE dans les centres de retrait des migrants britanniques sont une «source de préoccupation».

POLITICO a rapporté la semaine dernière qu’une trentaine de citoyens de l’UE, dont des ressortissants allemands, grecs, italiens, roumains et espagnols, avaient été détenus à la frontière britannique et détenus dans ces centres jusqu’à sept jours avant d’être renvoyés dans leur pays d’origine. Cela reflète le traitement que les ressortissants de pays tiers se trouvant dans la même situation sont depuis longtemps confrontés.

Dans une déclaration lundi, un porte-parole de la Commission a déclaré qu’il s’agissait d’une «question consulaire» soulevée lors des réunions de la semaine dernière entre la délégation de l’UE à Londres, la présidence portugaise de l’UE et les pays membres.

« Cela ne semble pas être une tendance généralisée car un petit nombre de citoyens européens sont concernés », a déclaré le porte-parole. « Néanmoins, la délégation de l’UE suit de près cette affaire, en particulier les conditions et la durée de la rétention, qui sont une source de préoccupation. »

Vendredi, le Royaume-Uni a libéré une Espagnole détenue dans un centre de retrait pour immigrants près de Londres après quatre jours de détention, mais n’a pas rendu son passeport espagnol. La femme avait été mise en isolement après la détection de cas de COVID-19 dans l’aile du centre où elle était détenue.

À la suite du Brexit, les citoyens de l’UE ne peuvent pas entrer au Royaume-Uni à des fins de travail sans visa de travail ni statut de programme d’établissement de l’UE, qui garantit le droit de séjour de ceux qui vivaient en Grande-Bretagne avant de quitter l’UE.

Les ressortissants de l’UE peuvent entrer en Grande-Bretagne sans visa pour le tourisme et y rester jusqu’à 180 jours. La UK Border Force est en droit de refuser l’entrée aux ressortissants de l’UE si les fonctionnaires ont des motifs raisonnables de soupçonner qu’ils ont l’intention de travailler dans le pays mais ne peuvent pas produire de visa de travail. Les fonctionnaires ne peuvent cependant pas demander aux citoyens de l’UE leur statut de résident dans le cadre du programme de règlement de l’UE avant la date limite de dépôt des candidatures le 30 juin.

La Commission a ajouté qu’elle «est prête à soutenir les États membres dans la mesure du possible». La délégation de l’UE partagera «toutes les informations connexes avec le [U.K.] Home Office », a ajouté le porte-parole.

Interrogé lundi sur une réponse, le porte-parole officiel du Premier ministre Boris Johnson a refusé de commenter des cas individuels et a déclaré qu’il n’était au courant d’aucune situation similaire rencontrée par les ressortissants britanniques dans l’UE.

«De toute évidence, nous nous attendrions à ce que tout le monde, quel que soit son statut de résident, soit traité de la bonne manière, mais je ne vais pas entrer dans des circonstances individuelles», a-t-il ajouté. «Les citoyens de l’UE sont nos amis et voisins, nous voulons qu’ils restent au Royaume-Uni, c’est pourquoi nous prenons des mesures aussi importantes pour mettre en place ce très large système de règlement de l’UE, que des millions de personnes ont adopté.»

Êtes-vous un professionnel qui suit l’impact du Brexit sur votre industrie? Brexit Transition Pro, notre service premium pour les professionnels, vous aide à naviguer dans la politique et les changements réglementaires à venir. E-mail [email protected] pour demander un essai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *