La Commission devrait augmenter les détentions de ressortissants de l’UE avec le Royaume-Uni

AccueilActualitésLa Commission devrait augmenter les détentions de ressortissants de l'UE avec le...

La Commission devrait augmenter les détentions de ressortissants de l’UE avec le Royaume-Uni

LONDRES – La Commission européenne évoquera les récentes détentions de ressortissants de l’UE dans les aéroports britanniques pour des motifs d’immigration avec le gouvernement britannique lors d’une prochaine réunion, ont déclaré les députés.

Au moins 30 ressortissants de l’UE d’Allemagne, de Grèce, d’Italie, d’Espagne et de Roumanie ont été arrêtés dans des aéroports britanniques et détenus dans des centres de retrait des migrants après avoir été identifiés par les autorités frontalières britanniques comme ayant l’intention de travailler dans le pays sans visa de travail, comme l’a révélé POLITICO en dernier lieu. semaine.

Certaines des personnes touchées ont déclaré avoir été arrêtées après avoir dit aux autorités frontalières qu’elles se rendaient à un entretien d’embauche, ce qu’elles sont autorisées à faire sans visa.

Dacian Cioloș, ancien Premier ministre roumain devenu député européen, a déclaré vendredi que le vice-président de la Commission, Maroš Šefčovič, lui avait dit lors d’un appel téléphonique mercredi qu’il inclurait cette question dans sa prochaine réunion avec les autorités britanniques, qui sera Comité mixte UE-Royaume-Uni, un organe chargé de superviser le retrait du Royaume-Uni de l’UE.

Cioloș est l’un des huit députés du groupe Renew Europe qui a récemment appelé la Commission à aborder la question des détentions.

Dans une lettre envoyée mercredi à la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen et Šefčovič, le huit eurodéputés ont écrit que la Commission devrait exiger des éclaircissements du gouvernement britannique sur le nombre de ressortissants de l’UE détenus à la frontière et les raisons de ces détentions. Bruxelles devrait également presser Londres «de s’abstenir d’adopter des mesures aussi disproportionnées sur les citoyens européens et de suivre plutôt une approche plus raisonnable basée sur la bonne foi et la coopération», ont-ils écrit.

Quelques heures après l’envoi de la lettre, Cioloș a appelé Šefčovič pour s’assurer qu’elle avait été reçue, a déclaré à POLITICO un porte-parole de la délégation roumaine de députés européens.

«M. Šefčovič lui a dit que la lettre était prise très au sérieux et qu’il s’était déjà entretenu avec l’ambassadeur de l’UE au Royaume-Uni pour interroger ses homologues britanniques sur la question. M. Šefčovič a déclaré à M. Cioloș qu’il inclurait cela dans l’ordre du jour de la prochaine discussion qu’il aura avec les autorités britanniques dans environ une semaine », a-t-il déclaré.

Au moins cinq Roumains ont été détenus dans des centres de retrait d’immigration au Royaume-Uni et plus de 150 se sont vu refuser l’entrée à la frontière britannique depuis janvier, selon les chiffres du ministère roumain des Affaires étrangères.

Dans un tweeter Vendredi, Cioloș a exprimé sa gratitude à Šefčovič pour «avoir accepté de soulever la question de la détention de ressortissants de l’UE auprès des autorités britanniques».

La Commission n’a pas encore répondu formellement à la lettre et n’a pas confirmé le contenu de la conversation téléphonique entre les deux hommes politiques. Un porte-parole de la Commission a évoqué sa dernière déclaration sur le sujet, publiée lundi, exprimant sa «préoccupation» concernant les conditions et la durée de la détention, qui dans certains cas était de quatre jours ou plus, et a déclaré qu’il s’agissait d’un «problème consulaire».

Pendant ce temps, le chien de garde des droits des citoyens de l’UE dans la Grande-Bretagne après le Brexit, l’Autorité de surveillance indépendante (IMA), a déclaré vendredi avoir demandé des informations au ministère de l’Intérieur britannique sur cette question plus tôt cette semaine dans le but de savoir s’il y avait des ressortissants de l’UE. avec le droit de résider en Grande-Bretagne après que le Brexit ait été arrêté par erreur. L’IMA a été créée en janvier pour superviser la mise en œuvre par le Royaume-Uni des dispositions relatives aux droits des citoyens dans l’accord de retrait du Brexit.

«Nous sommes conscients de ce problème, il a été porté à notre attention en début de semaine», a déclaré Pam Everett, directrice de la livraison opérationnelle à l’IMA. «Nous avons vu les articles de presse et avons eu d’autres conversations sur cette question… Nous essayons de comprendre du Home Office ce qui se passe et oui, bien sûr, nous sommes inquiets. Ce n’est pas une bonne position. »

Everett a encouragé tous les citoyens de l’UE touchés par une situation comme celle-ci à en parler à leur consulat au Royaume-Uni et à envisager de déposer une plainte directement auprès du ministère de l’Intérieur et de l’IMA elle-même. Cependant, elle a noté que le chien de garde ne peut traiter que les cas concernant des ressortissants de l’UE qui se sont installés en Grande-Bretagne avant la fin de la transition au Brexit le 31 décembre 2020.

Êtes-vous un professionnel qui suit l’impact du Brexit sur votre industrie? Brexit Transition Pro, notre service premium pour les professionnels, vous aide à naviguer dans la politique et les changements réglementaires à venir. E-mail [email protected] pour demander un essai.

- Advertisement -spot_img
Actualités
- Advertisement -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

error: Content is protected !!