Israël bombarde la maison du chef du Hamas à Gaza alors que les combats entrent dans le septième jour

Israël a bombardé la maison du chef du Hamas à Gaza tôt dimanche matin et le groupe islamiste a tiré des barrages de roquettes sur Tel Aviv alors que les hostilités se prolongeaient en un septième jour sans aucun signe de ralentissement.

Au moins quatre autres Palestiniens ont été tués dans des frappes aériennes israéliennes à travers l’enclave côtière, ont déclaré des responsables de la santé, et beaucoup ont été blessés alors que les bruits de bombardements violents rugissaient samedi soir.

Les Israéliens se sont précipités vers des abris anti-bombes alors que des sirènes avertissant de l’arrivée de tirs de roquettes ont retenti à Tel Aviv et dans la ville méridionale de Beer Sheva. Environ 10 personnes ont été blessées alors qu’elles couraient vers des abris, ont déclaré des médecins.

Au moins 149 ont été tués à Gaza depuis le début des violences lundi, dont 41 enfants, ont indiqué des responsables de la santé. Israël a fait état de 10 morts, dont deux enfants.

Les envoyés des États-Unis, de l’ONU et de l’Égypte s’efforcent de rétablir le calme, mais n’ont encore montré aucun signe de progrès. Le Conseil de sécurité de l’ONU devait se réunir plus tard dimanche pour discuter de la pire flambée de violence israélo-palestinienne depuis des années.

Israël et le Hamas ont insisté sur le fait qu’ils continueraient leurs tirs transfrontaliers, un jour après qu’Israël ait détruit un bâtiment de 12 étages dans la ville de Gaza qui avait abrité les opérations médiatiques de l’agence américaine Associated Press et d’Al Jazeera basée au Qatar.

L’armée israélienne a déclaré que le bâtiment al-Jala était une cible militaire légitime, contenant des bureaux militaires du Hamas, et qu’il avait averti les civils de sortir du bâtiment avant l’attaque.

Une boule de feu jaillit de la tour Jala, qui abritait la télévision al-Jazeera basée au Qatar et l'agence de presse Associated Press, alors qu'elle est détruite lors d'une frappe aérienne israélienne à Gaza, samedi.  Photographie: Mahmud Hams / AFP via Getty

Une boule de feu jaillit de la tour al-Jala, qui abritait la télévision al-Jazeera basée au Qatar et l’agence de presse Associated Press, alors qu’elle est détruite lors d’une frappe aérienne israélienne à Gaza, samedi. Photographie: Mahmud Hams / AFP via Getty

L’AP a condamné l’attaque et a demandé à Israël de présenter des preuves. « Nous n’avons eu aucune indication que le Hamas était dans le bâtiment ou actif dans le bâtiment », a déclaré l’agence de presse dans un communiqué.

Dans ce qu’il a appelé des représailles pour la destruction par Israël du bâtiment al-Jala, le Hamas a tiré des roquettes sur Tel Aviv et des villes du sud d’Israël tôt dimanche matin.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré samedi soir qu’Israël était «toujours au milieu de cette opération, ce n’est toujours pas fini et cette opération se poursuivra aussi longtemps que nécessaire».

Dans une rafale de frappes aériennes tôt dimanche, Israël a pris pour cible le domicile de Yehya Al-Sinwar, qui depuis 2017 dirige les ailes politiques et militaires du Hamas à Gaza, a indiqué la chaîne de télévision du groupe.

Une autre frappe aérienne a tué un neurologue de Gaza et blessé sa femme et sa fille, ont déclaré des médecins et des proches palestiniens.

‘Jérusalem, Jérusalem, Jérusalem’

Le Hamas a commencé son assaut à la roquette lundi après des semaines de tensions sur une affaire judiciaire visant à expulser plusieurs familles palestiniennes à Jérusalem-Est, et en représailles aux affrontements entre la police israélienne et les Palestiniens près de la mosquée Al-Aqsa de la ville, le troisième site sacré de l’Islam, pendant mois de Ramadan.

S’adressant à des foules de manifestants dans la capitale qatarie de Doha, le chef du Hamas Ismail Haniyeh a déclaré samedi soir que la cause sous-jacente des hostilités était Jérusalem.

«Les sionistes ont pensé. . . ils pourraient démolir la mosquée Al-Aqsa. Ils pensaient pouvoir déplacer notre peuple à Sheikh Jarrah », a déclaré M. Haniyeh.

«Je dis à Netanyahu: ne jouez pas avec le feu», a-t-il poursuivi, sous les acclamations de la foule. «Le titre de cette bataille aujourd’hui, le titre de la guerre et le titre de l’Intifada, c’est Jérusalem, Jérusalem, Jérusalem», a-t-il dit, utilisant le mot arabe pour «soulèvement».

Le système israélien de défense antimissile Iron Dome (à gauche) intercepte les roquettes tirées par le mouvement Hamas depuis la ville de Gaza vers Israël tôt dimanche.  Photographie: Mohammed Abed / AFP via Getty

Le système israélien de défense antimissile Iron Dome (à gauche) intercepte les roquettes tirées par le mouvement Hamas depuis la ville de Gaza vers Israël tôt dimanche. Photographie: Mohammed Abed / AFP via Getty

Le Hamas, le Jihad islamique et d’autres groupes militants ont tiré environ 2300 roquettes depuis Gaza depuis lundi, a annoncé samedi l’armée israélienne. Il a indiqué qu’environ 1 000 ont été interceptés par des défenses antimissiles et 380 sont tombés dans la bande de Gaza.

Israël a lancé plus de 1 000 frappes aériennes et d’artillerie dans la bande côtière densément peuplée, affirmant qu’elles visaient le Hamas et d’autres cibles militantes.

Crimes de guerre

Plus tôt cette semaine, la procureure en chef de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, a déclaré à Reuters que la cour «surveillait de très près» la dernière escalade des hostilités, au milieu d’une enquête actuellement en cours sur des crimes de guerre présumés lors des premiers épisodes du conflit.

M. Netanyahu a accusé le Hamas de «commettre un double crime de guerre» en ciblant des civils et en utilisant des civils palestiniens comme «boucliers humains».

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a rappelé à «toutes les parties que tout ciblage aveugle des structures civiles et médiatiques viole le droit international et doit être évité à tout prix», a déclaré samedi le porte-parole de l’ONU Stéphane Dujarric dans un communiqué.

Il y a eu une vague de diplomatie américaine ces derniers jours pour tenter d’étouffer la violence. L’envoyé du président Joe Biden, Hady Amr, est arrivé vendredi en Israël pour des entretiens. M. Biden s’est entretenu avec M. Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas samedi soir, et les a informés des efforts diplomatiques américains, a déclaré la Maison Blanche.

Un policier se tient sur les décombres d'un bâtiment abritant le bureau de l'Associated Press et d'autres médias dans la ville de Gaza qui a été détruit après que des avions de combat israéliens l'ont démoli samedi.  Photographie: Hatem Moussa / AP

Un policier se tient sur les décombres d’un bâtiment abritant le bureau de l’Associated Press et d’autres médias dans la ville de Gaza qui a été détruit après que des avions de combat israéliens l’ont démoli samedi. Photographie: Hatem Moussa / AP

Mais toute médiation est compliquée par le fait que les États-Unis et la plupart des puissances occidentales ne parlent pas au Hamas, qu’ils considèrent comme une organisation terroriste. Et M. Abbas, dont la base du pouvoir est en Cisjordanie occupée, exerce peu d’influence sur le Hamas à Gaza.

En Israël, le conflit s’est accompagné de violences entre les communautés mixtes juives et arabes du pays, avec des synagogues attaquées et des magasins appartenant à des Arabes vandalisés.

Il y a également eu une recrudescence des affrontements meurtriers en Cisjordanie occupée. Au moins 12 Palestiniens ont été tués par les troupes israéliennes en Cisjordanie occupée depuis vendredi, la plupart lors d’affrontements. – Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *