La police belge recherche un suspect «  violent  » qui a menacé un virologue

La police belge est à la recherche d’un homme lourdement armé qui figure sur la liste des terroristes du pays pour sympathie avec l’extrême droite, après avoir déclaré qu’il avait proféré des menaces contre l’un des plus grands virologues du pays et d’autres.

« Il y a des indications selon lesquelles il est violent, et au cours des dernières 24 heures, des indications sont apparues que l’homme représentait une menace grave », a déclaré mardi soir le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, à la télévision belge.

Les autorités craignent que l’homme, qui a reçu une formation militaire, veuille commettre un acte de violence contre lui-même ou contre autrui, après avoir fustigé sur les réseaux sociaux plusieurs virologues dont l’un des conseillers nationaux en coronavirus du pays, Marc Van Ranst, selon le Belge médias. Van Ranst a confirmé à l’agence de presse Belga que lui et sa famille avaient été transférés dans un lieu sûr.

Depuis que la pandémie a frappé, Van Ranst est une figure omniprésente de la télévision belge. Il est aussi très vocal sur des médias sociaux et souffle régulièrement l’extrême droite dans la région de langue néerlandaise du nord de la Flandre. Il est protégé par la police depuis l’été dernier en raison des menaces de la droite dure et des anti-vaxxers flamands.

« Je suis simplement allergique à l’extrême droite », a déclaré Van Ranst à POLITICO en janvier. « Pourquoi un universitaire aurait-il peur de dire cela à voix haute? »

Cet article fait partie de POLITICOService de police premium de: Pro Health Care. Qu’il s’agisse de prix des médicaments, d’EMA, de vaccins, de produits pharmaceutiques et plus encore, nos journalistes spécialisés vous tiennent au courant des sujets qui régissent l’agenda de la politique de santé. E-mail [email protected] pour un essai gratuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *