Les Américains ont ruiné la pizza, la Saint-Patrick et le château de cartes. Maintenant ils ruinent l’Eurovision

AccueilActualitésLes Américains ont ruiné la pizza, la Saint-Patrick et le château de...

Les Américains ont ruiné la pizza, la Saint-Patrick et le château de cartes. Maintenant ils ruinent l’Eurovision

Euny Hong est journaliste et auteur, plus récemment, de «The Power of Nunchi: The Korean Secret to Happiness and Success» (Penguin, 2019). Elle a vécu et travaillé aux États-Unis, en France, en Corée et en Allemagne. Elle tweete @euny.

PÉZENAS, France – Tout au long de ses 65 ans d’histoire, le Concours Eurovision de la chanson a été un spectacle strictement européen. Mais maintenant, dans un cas rare de culture pop voyageant vers l’ouest à travers l’Atlantique, le spectacle de mauvais goût typiquement européen se dirige vers l’Amérique.

Le plan de l’Eurovision d’organiser un «American Song Contest», opposant les 50 États américains les uns aux autres pour la meilleure – ou du moins la «meilleure» – chanson. Retardé par COVID-19, l’événement est désormais prévu pour les fêtes de fin d’année. Cela laisse à peu près six mois à quelqu’un, quelque part, pour empêcher le concours de la chanson américaine d’avoir lieu.

Il y a de nombreuses raisons de protéger l’Eurovision des Américains. Pendant des décennies, le concours de chansons a été l’un des très rares symboles de l’unité continentale à découler de la culture populaire (par opposition, par exemple, à la politique monétaire).

Créée pour la première fois en 1956, l’Eurovision est le fruit de la naissance de l’Union européenne de radiodiffusion (UER), elle-même fondée sur les cendres de la Seconde Guerre mondiale. Le spectacle a été présenté comme un moyen pour 20e-Européens du siècle pour ressentir frisson de rivalité nationale sans recourir aux combats, comme ils l’ont fait trop souvent ce siècle.

Cela fait de l’Eurovision un an de plus que la Communauté économique européenne elle-même. Il est plus établi que l’euro et plus fiable que des frontières intérieures sans friction. Son plus proche rival en tant que symbole du consensus européen est Nutella.

La résistance de l’Eurovision est remarquable étant donné à quel point l’Europe a changé au cours des 65 années écoulées depuis sa conception. Au fur et à mesure que la politique européenne évoluait, le concours de chansons a démontré avec brio qu’il pouvait aussi – et devenir encore plus significatif pour lui.

L’entrée de la Russie et de six autres anciens pays du bloc de l’Est en 1994 représentait un pas loin de la guerre froide. Lorsque l’Estonie a accueilli l’Eurovision en 2002, deux ans avant son adhésion à l’UE, des représentants du gouvernement, y compris le président, ont prononcé des discours émouvants sur la signification du concours et la place de leur pays en Europe.

En 2016, le Premier ministre britannique de l’époque, David Cameron, a ressenti le besoin de rassurer publiquement les Britanniques inquiets sur le fait que le Brexit ne signifierait pas Eurovexit. «Je pense qu’étant donné qu’Israël et l’Azerbaïdjan, et quiconque à proximité de l’Europe semble être en mesure de [participate], Je pense que nous sommes assez à l’abri de celui-là. Cameron pensait ce qu’il disait, mais le ton moqueur qu’il a utilisé a révélé son incompréhension fondamentale non seulement de l’Eurovision, mais de l’Europe.

Regarder l’Eurovision sans la prendre au sérieux, mais aussi l’aimer, fait partie de la tradition du concours. Le regretté Terry Wogan, qui a assuré la couverture du concours par la BBC pendant des années, l’a compris mieux que Cameron, couvrant l’événement avec beaucoup de sérieux et de probité année après année, alors qu’il était ivre.

C’est pourquoi l’invasion américaine dans cette tradition la plus européenne est si dangereuse. Beaucoup de Yanks n’ont pas nécessairement une oreille pour le double registre de Wogan, c’est pourquoi la moquerie est si souvent périlleuse lorsque les États-Unis se moquent. Et puis il y a le principe Heisenberg de l’observation américaine – quand l’Amérique observe quelque chose dans votre culture, l’objet observé ne va pas s’échapper inchangé.

Exemple concret: après que la star de la pop américaine Justin Timberlake a donné une performance d’invité de deux chansons à l’Eurovision 2016, pleine de mouvements de danse taillés en diamant et d’Elvis-ish savoire-faire, cela ne nous a pas seulement divertis pendant cinq minutes exotiques. Cela a déclenché une américanisation subtile de tous les concours ultérieurs.

Dans les années AT (After Timberlake), le concours est devenu plus lisse – son chaos essentiel a été réduit à des rappels sporadiques et glorieux à des temps plus simples. La chanson italienne de 2017, «Occidentali’s Karma» – qui comprenait un homme dansant dans un costume de gorille sans raison qui n’a jamais été expliquée ni attendue – est devenue l’exception, pas la règle.

Parce que l’Eurovision n’a jamais été destinée aux yeux des Américains, elle a également eu pour effet de créer un espace sûr pour que le reste du monde puisse trash talk l’Amérique. Les conférences de presse de l’Eurovision sont l’un des rares forums où les artistes interprètes ou exécutants lâchent impunément des tirades anti-américaines – précisément parce qu’ils sont certains qu’aucun Américain ne les regarde.

En 2003, au milieu de débats tendus sur l’invasion de l’Irak par les États-Unis, le leader polonais a dit quelque chose lors de la conférence de presse sur le «putain de problème de Bush». J’étais là pour couvrir le concours et j’ai posé une question de suivi, me présentant en tant que journaliste indépendant écrivant sur le concours pour Le New York Times. Le chanteur polonais recula lentement.

Il y a tellement d’aspects de l’Eurovision qui ne s’adapteront pas bien à la culture outre-Atlantique, qu’il vaut la peine de dresser une courte liste de tout ce qui risque de mal tourner avec le concours de la chanson américaine.

1: Les règles de vote de l’Eurovision n’auront aucun sens pour les Américains, car elles interdisent aux gens de voter pour les leurs. (Les électeurs sont limités à soutenir les candidatures d’autres nations, pour empêcher les pays peuplés de monopoliser le concours.) Les Américains qui sont fanatiques de leur État, comme les Texans, préfèrent ne pas voter du tout plutôt que de voter pour l’un de leurs rivaux.

2. Eurovision est une entreprise à but non lucratif. Cela n’aura aucun sens pour les Américains – d’autant plus que des millions de dollars de revenus publicitaires deviennent disponibles pour être dépensés pour des spectacles et des costumes. La meilleure chanson, pas la meilleure performance, est destinée à gagner, mais c’est une distinction subtile que les Américains auront du mal à faire alors qu’ils s’affairent à calculer le retour sur investissement.

3. L’Amérique n’a qu’une seule langue officielle. L’un des attraits de l’Eurovision est sa diversité linguistique, qui est déjà en train de s’éroder: à l’ère AT, certaines paroles anglaises des chansons ont commencé à s’améliorer, laissant derrière elles des paroles classiques comme «Hello, is it God? Quoi de neuf, chien? (Islande, «Félicitations», 2013) ou «Veux-tu jouer à nouveau au cyber-sexe?» (Saint-Marin, «Facebook, Uh, Oh, Oh», 2012).

(En remarque, cette dernière entrée a été en fait interdite de la diffusion de cette année-là, et non pour le contenu sexuel, mais parce qu’elle mentionnait Facebook, une marque d’entreprise. Les règles de l’Eurovision interdisent la vérification des noms des marques. ?)

4. La diversité musicale est l’une des choses qui donne son étincelle au concours. Les traditions musicales régionales américaines, comme le country / western ou le hip-hop, sont depuis longtemps devenues nationales – ce qui signifie que le concours sera un miasme plutôt qu’une vitrine de différentes traditions régionales. En Europe, les Orientaux apportent des touches mineures distinctives, tandis que les Français excellent dans le gazouillis, ajoutant la variété qui est l’épice de l’Eurovision.

5. Dans le pire des cas, l’Amérique rendra l’Eurovision cool. Si l’American Song Contest réussit, la version européenne du concours ne sera plus jamais la même. Ce sera: Bonjour, Jennifer Lopez, au revoir, Verka Serduchka (Ukraine, «Dancing Lasha Tumbai», 2007); bonjour chorégraphie professionnelle, au revoir, roue de hamster humain. (Ukraine, encore une fois, «Tick-Tock», 2014).

L’Eurovision était un moyen sûr et socialement acceptable pour les Européens de grincer des dents. Mais quand les Américains grincent des dents, le plaisir est terminé.

- Advertisement -spot_img
Actualités
- Advertisement -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici