Le Parlement européen vote pour «  geler  » l’accord d’investissement jusqu’à ce que la Chine lève les sanctions

Les membres du Parlement européen ont voté à une écrasante majorité jeudi en faveur du gel du processus législatif de ratification du pacte d’investissement de l’UE avec la Chine, jusqu’à ce que Pékin lève les sanctions contre les législateurs européens.

La motion a été adoptée par 599 députés, avec 30 voix contre et 58 abstentions, portant un coup dur au sort du pacte, officiellement connu sous le nom d’accord global sur l’investissement (CAI).

« Le CAI est définitivement dans le congélateur. La Chine a mal calculé et s’est tiré une balle dans le pied », a déclaré Reinhard Bütikofer, président de la délégation du Parlement pour les relations avec la Chine, sur Twitter.

Bütikofer est l’un des cinq députés européens sanctionnés par la Chine, qui a également imposé des mesures similaires au sous-comité des droits de l’homme du Parlement européen après que les 27 pays de l’UE aient sanctionné quatre fonctionnaires chinois impliqués dans l’internement massif de Ouïghours dans la région du Xinjiang.

Selon la motion, le Parlement a estimé que « toute considération de l’accord global sur l’investissement UE-Chine, ainsi que toute discussion sur sa ratification par le Parlement européen, ont été à juste titre gelées parce que les sanctions chinoises sont en place ».

Il exige également que «la Chine lève les sanctions avant de traiter avec la CAI, sans préjudice du résultat final du processus de ratification de la CAI», et dit que les députés attendent de la Commission européenne «qu’elle consulte le Parlement avant de prendre des mesures en vue de la conclusion et de la signature du CAI. « 

Pékin avait précédemment déclaré qu’il attendait des députés européens qu’ils « réfléchissent profondément » et ratifient l’accord le plus rapidement possible. Il n’y a pas encore de signes de Pékin qu’il envisage de supprimer les sanctions, qu’il a qualifiées de «nécessaires, légitimes et justes».

Interrogé sur le vote du Parlement lors d’une conférence de presse plus tard jeudi, le commissaire européen chargé du commerce, Valdis Dombrovskis, a déclaré: «C’est quelque chose que nous avons également exprimé très clairement du côté de la Commission européenne.

«Nous ne pouvons pas voir ce processus de ratification en dehors du contexte plus large des relations UE-Chine. Le fait que la Chine ait introduit des sanctions de représailles, y compris contre des membres du Parlement européen, n’est certainement pas un environnement propice pour travailler à la ratification de l’accord », a-t-il déclaré.

Giorgio Leali a contribué au reportage.

Cet article a été mis à jour avec le commentaire de Valdis Dombrovskis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *