Des progrès bloqués suggèrent que Varadkar avait raison dans l’interview de Claire Byrne

Comme il devient évident que le verrouillage de niveau 5 ne fonctionne pas encore autant que les responsables de la santé publique et le gouvernement l’avaient espéré, il ne faut pas à Mystic Meg pour détecter l’émergence de la discorde dans le camp des décideurs alors que la date limite pour la réouverture se profile.

C’est toujours un risque lorsqu’un plan A semble caler et qu’il n’y a pas de plan B. clair.

L’équipe politique de l’europe-infos.fr a rapporté jeudi des affrontements entre des responsables gouvernementaux et Tony Holohan, le médecin-chef, sur les détails du plan de sortie des restrictions de niveau 5 au début du mois prochain.

Si cette divergence devient un gouffre qui affecte la clarté de la prise de décision, les entreprises du commerce de détail et de l’hôtellerie en paieront le prix sous la forme de conseils confus. C’est pourquoi Ibec, le groupe de pression patronal, s’est autant exercé cette semaine dans sa lettre aux ministres plaidant pour une approche décisive.

Il serait toutefois plus préoccupant s’il n’y avait pas de lignes, car cela signifierait que les besoins économiques essentiels de l’État ne seraient même pas pris en compte à la table de décision. Toute évaluation juste devrait également tenir compte du fait que de tels désaccords se forgent dans le feu de la plus grande bataille de santé publique que l’Irlande a livrée depuis plus de 100 ans. Ça devrait être un peu fougueux.

Cela vaut la peine de jeter un œil en arrière il y a un peu plus de six semaines lorsque les premiers signes de discorde entre le gouvernement et l’équipe nationale d’urgence de santé publique (Nphet), présidée par Holohan, sont apparus à la suite de la tentative initiale de Nphet de faire passer les ministres à un niveau de quatre semaines. 5 arrêt.

Le tánaiste Leo Varadkar a accordé une interview télévisée désormais tristement célèbre à la chaîne de télévision de RTÉ, Claire Byrne, dans laquelle il a éviscéré le raisonnement de Holohan, avant de céder deux semaines plus tard et d’accepter une fermeture pendant six semaines.

Varadkar a par la suite justifié son demi-tour sur la base du fait que les taux d’infection quotidiens avaient continué à s’accélérer, une justification raisonnable. Il est également raisonnable de soupçonner qu’il a peut-être été en partie motivé pour changer d’avis en sachant que, si le virus était devenu incontrôlable, il resterait à jamais dans les mémoires de cet entretien combatif et blâmé pour tout désastre sanitaire qui suivrait.

Après avoir changé d’avis, le récit public s’est fusionné autour d’une vague notion que Varadkar était trop précipité quand il a soulevé des préoccupations concernant un passage au niveau 5, et qu’il avait eu tort de dire ce qu’il avait dit cette nuit-là.

Mais l’était-il vraiment? Rappelons-nous ses plaintes concernant le passage de quatre semaines alors proposé au niveau de restrictions le plus strict, et comparons cela à la situation actuelle de l’État, un peu plus de quatre semaines après le dernier cycle de restrictions. Il ne semble pas trop mal de ce point de vue.

Varadkar s’est plaint qu’il n’y avait aucune preuve qu’un verrouillage de niveau 5, qui a mis des centaines de milliers de personnes au chômage, serait «suffisant», bien qu’il n’ait pas défini ce qui pourrait être suffisant. Il a posé une question raisonnable sur ce qui se passerait si le niveau 5 ne réduisait pas suffisamment le nombre de virus.

Alors que la baisse du nombre d’infections a stagné au cours de la semaine dernière et que le taux quotidien s’est stabilisé entre 350 et 450 nouveaux cas, la thèse de Varadkar semble être sur le point d’être testée.

Certains experts en santé publique ont suggéré ces derniers jours que la baisse du taux quotidien pourrait avoir stagné temporairement en raison de la pause de mi-parcours des écoles et des célébrations autour de l’Halloween. On peut encore espérer que cela s’avère être le cas et que la trajectoire descendante reprend dans une certaine mesure.

Mais que faire si ce n’est pas le cas?

Varadkar a déclaré sur Claire Byrne Live que, si les progrès sous lock-out stagnaient, l’État devrait faire un choix entre «abandonner le processus ou continuer malgré tout». Nphet, a-t-il soutenu, n’avait pas «envisagé» cette situation. À moins que la situation actuelle ne s’améliore, il semble qu’il faudra peut-être y réfléchir bientôt.

Les ministres, y compris le ministre de la Santé Stephen Donnelly, ont suggéré qu’il n’y avait «aucun désir» d’étendre les restrictions de niveau 5 au-delà du 1er décembre, qu’il y ait ou non d’autres améliorations. Les lobbyistes économiques, quant à eux, prennent les armes.

Le fait est que Varadkar semblait prévoir il y a six semaines qu’un verrouillage pourrait ne pas fonctionner aussi bien qu’il l’espérait et que le soutien du public pourrait diminuer, alors que Nphet ne semblait pas avoir considéré cela comme un problème réel. Les conseillers en santé publique semblaient prêts à gaspiller l’économie pendant un mois ou plus parce qu’ils étaient apparemment si sûrs que cela en valait la peine. Mais la situation actuelle suggère que Varadkar a peut-être eu raison de faire part de ses préoccupations.

Bien que certaines frictions entre le gouvernement et le Nphet puissent en fait être une bonne chose pour aider à trouver le bon équilibre entre les préoccupations de santé publique et l’économie, elles présentent un inconvénient majeur: elles donnent une licence aux manivelles d’entre nous qui ne sont que trop joyeuses. pour fustiger tout le monde pour le laxisme à adhérer à ce qui est parmi les régimes antivirus les plus stricts en Europe.

Ici, Nphet a commis des erreurs claires. Par exemple, l’adjoint de Holohan, Ronan Glynn, a été, je crois, mal avisé cette semaine de parler publiquement d’une soi-disant «minorité égoïste» que quelques manivelles ont ensuite cherché à blâmer pour le blocage des progrès sur le nombre de cas.

Glynn répondait à la dernière d’une longue série de vidéos honteuses de comportement sur les réseaux sociaux, qui montraient cette fois des gens buvant des pintes à emporter à l’extérieur en petits groupes, bien que tous dans la même rue, à Dublin.

Le pharisaïque a senti le signe de tête d’en haut et a passé une journée sur le terrain, même s’il n’y a pas de risque significatif lié à la consommation d’alcool à l’extérieur en petits groupes, et la vidéo était trop récente pour que le comportement capturé soit un facteur dans la trajectoire du virus. chiffres que nous voyons maintenant.

Il faut s’attendre à un certain échec humain dans toute stratégie cohérente. Ne brûlons donc pas encore nos concitoyens en jeu pour leurs échecs. Il reste également une semaine et demie avant les restrictions de niveau 5 et l’espoir qu’un minimum de progrès puisse reprendre ne s’est pas encore complètement évaporé. Ensuite, il sera temps de rouvrir l’économie, et aussi de garder notre sang-froid.

  • crisp sheets Taie d’oreiller de pureté de coton dans 2-pack - Jaune clair
    Ensemble de pureté de 2 taies d’oreiller de la marque d’Amsterdam Crisp Sheets. Cet ensemble est fait de coton confortable et dispose d’un tissage subtil avec un effet « itt », ce qui donne l’impression que le lit vient d’être changé alors que le tissu est au moins pli.
  • Erborian Coffret Clair Welcome To BB Land !
    Erborian Coffret Clair Welcome To BB Land ! est un coffret idéal pour se faire plaisir ou faire plaisir à ceux que l'on aime. BB Crème Clair, 15ml : est une formule coréenne pour une peau comme parfaite. BB CRÈME AU GINSENG 5-en-1 est une crème de teint-soin multi-usages qui puise dans l'expertise de la
  • broste copenhagen Moulin à poivre ou à sel en chêne 13 cm - Marron clair
    Sel de chêne & moulin à poivre de Broste Copenhagen. Le moulin est en bois de chêne et présente un design minimaliste. En raison de la conception et de l'utilisation des matériaux, le moulin à sel et à poivre a un look moderne et intemporel. Le moulin a deux positions, tournez dans le sens horaire pour une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *