Le test de Twickenham risque de se révéler à nouveau un peu trop sévère pour l’Irlande

Coupe des nations d’automne: Angleterre v Irlande, Twickenham, samedi, 15h – En direct sur RTÉ One et Channel 4

Si jamais un jeu concernait autant la performance que le résultat, c’est celui-ci. Bien sûr, toute victoire sur l’Angleterre est à chérir, d’autant plus après trois défaites successives. Mais les dégâts obsédants causés par ces pertes, aggravés par la suite lorsque Leinster a été effrayé par les Sarrasins, signifie d’abord et avant tout que l’Irlande a quelques démons à exorciser.

Ce n’est pas un match des Six Nations après tout, mais c’est important dans le contexte de la rencontre de l’année prochaine au stade Aviva, prévue pour la finale samedi dans quatre mois. Vu sous cet angle, ce jeu n’est pas différent de faire le «simulacre» avant le Leaving Cert.

À tout le moins, l’Irlande doit entrer dans le match de mars prochain contre les finalistes de la Coupe du monde et récemment couronnés champions des Six Nations, se sentant mieux mentalement. Donc, quel que soit le résultat de samedi, ils ont besoin de mini-victoires, que ce soit le coup de pied arrêté, ne pas être dominé dans les collisions, atteindre le seuil de rentabilité, ou mieux, à la panne, faire plus de sauts de ligne. Des choses tangibles sur lesquelles bâtir.

Cela dit, il n’y aura pas besoin de vidéos d’avant-match dans le vestiaire extérieur pour attiser les joueurs irlandais, non pas que ce soit nécessairement une mauvaise idée le week-end anniversaire qui y est.

Cependant, même sans fans, celui-ci pourrait être assez épicé dès le départ. Les joueurs irlandais doivent être fatigués du récit d’avant-match qui tourne en grande partie autour du fait d’être intimidé par l’Angleterre trois fois, de se faire dire qu’ils sont «  doux  ».

Pensez simplement à la colère palpable de James Ryan de tous les aiguillons dirigés par Maro Itoje ici en février dernier et à lui en utilisant ces souvenirs après son élévation au poste de capitaine.

Comme les autres, Peter O’Mahony, négligé pour le poste de capitaine malgré sa plus grande expérience du travail au niveau provincial et avec l’Irlande (neuf fois) et les Lions, ne sera pas non plus enclin à faire un pas en arrière.

Il apportera également un chien Munster, de grands jeux, des compétences d’alignement suprêmes et un autre braconnier, tandis que le jeu puissant et tout terrain de Caelan Doris est fait pour des jours comme ceux-ci, tout comme le rythme de travail de CJ Stander. Pourtant, Will Connors a contribué à l’annulation de Billy Vunipola dans ce quart de finale Leinster-Saracens, mais son tacle pour amener les braconniers dans le match a été maintenu en réserve.

Une grande partie de l’approche de l’Angleterre sous Eddie Jones est basée sur l’imposition de ce qu’il appelle avec dégoût leur «brutalité absolue». Sans Manu Tuilagi et face à une combinaison Bundee Aki-Chris Farrell à l’allure musclée, l’Angleterre n’a pas l’air aussi bien équipée pour intimider les échanges au milieu de terrain, mais si Vunipola et ses coéquipiers commencent à réussir des tacles, et leurs tireurs défensifs commencent à clouer irlandais. porteurs derrière la ligne de gain comme ils l’ont fait en février dernier, cela pourrait être un autre long après-midi à Twickenham.

C’est dans ce scénario que l’Angleterre peut faire tourner la vis, plus grâce à leurs coups de pied inventifs qu’à leur jeu de course. Quiconque se connectait uniquement pour les six essais de l’Angleterre contre la Géorgie samedi dernier, avec trois entraînements d’alignement, aurait pu supposer qu’il y avait un barrage de pénalités dans le coin.

En fait, cinq des essais provenaient de coups de pied en champ libre qui ont trouvé de l’herbe dans le champ arrière géorgien. Il y avait une puce à l’intérieur de la ligne des 10 mètres après six phases de la base par Ben Youngs pour Elliot Daly à poursuivre; le ballon de mêlée à mi-chemin est passé à Jonny May, qui a grignoté la ligne de touche; un long coup de pied derrière par Ollie Lawrence; une longue diagonale d’Owen Farrell et enfin un grubber Henry Slade à l’extérieur du 22 après un passage de mêlée.

Cinq coups de pied différents de cinq arrières différents, et il y en a eu d’autres qui ont valu des coups de pied arrêtés. Presque tous étaient pré-planifiés. Après avoir concédé deux tentatives d’attaques de coups de pied derrière à Twickenham en février, l’Irlande n’a pas besoin de rappeler cette tactique anglaise. Oui, l’Angleterre a eu de la chance avec les rebonds, mais comme toujours, la poursuite était aussi bonne que le coup de pied.

Cela explique peut-être en partie pourquoi l’expérience de Keith Earls (85 sélections) a été restaurée pour aider à guider Hugo Keenan (trois sélections) et James Lowe (une). Au moins tous les trois jouent dans leurs postes de spécialistes. L’Angleterre n’est pas l’opposition à jouer à l’extérieur des arrières hors de la position, pensez à Robbie Henshaw à l’arrière au stade Aviva l’année dernière. Ou la France, une semaine plus tard, employant un ailier, Yoann Huget, à l’arrière et un centre, Gaël Fickou, sur l’aile, quand Les Bleus ont été lancés en lambeaux et ont perdu 44-8. Les trois arrières français avaient l’air de chasser des écureuils.

Ce n’est pas que l’Angleterre soit particulièrement créative, plus il y a si peu de faiblesses apparentes, et ils font tout si bien, que ce soit leur mêlée, leur alignement offensif et défensif, leur prise et leur dynamisme, leur travail de dépannage, leur travail dans les collisions, leur défense agressive, et ce jeu de coups de pied. Ils ont également du punch sur le banc.

Ils semblent également plus susceptibles de livrer dans tous ces domaines. En termes de profil d’âge, les deux équipes correspondent presque à l’identique, l’équipe d’Angleterre ayant une moyenne d’âge de 27,1 ans et l’Irlande de 27,9 ans. Mais en termes de plafonds, l’Angleterre (832) est nettement plus expérimentée au niveau Test que l’Irlande (634). C’est encore plus vrai des XV de départ (725 contre 433).

L’écart n’est nulle part plus marqué qu’au demi-arrière, où le jumelage de Jamison Gibson-Park avec son coéquipier Leinster Ross Byrne en l’absence forcée de Johnny Sexton est un signal d’intention de jouer un rythme élevé dès le départ. Mais la paire a 11 sélections et seulement deux départs. En comparaison, Youngs et Farrell ont un total de 192 sélections, y compris les Lions, et un total de 155 départs de test.

Ici et ailleurs, l’Angleterre a un regard plus éprouvé et plus stable sur eux. Leur défaite finale de la Coupe du monde les a choqués, mais en revenant à sept du peloton et à 11 du XV qui ont battu les All Blacks en demi-finale de la Coupe du monde, Jones entre également dans ce match avec 10 de la formation de départ qui était loin d’être flatté par la victoire 24-12 sur l’Irlande en février dernier.

Les cinq changements voient Slade (qui a marqué deux essais au stade Aviva un an auparavant) et Lawrence former un nouveau milieu de terrain, tandis que les Vunipolas sont restaurés avec Joe Launchbury. Pas de Tuilagi, mais potentiellement encore plus fort.

Cette équipe irlandaise, ne conservant que cinq des XV de cette dernière rencontre, a l’air plus inventive, avec des jeux de frappe plus intelligents, mais aussi plus d’un travail en cours, avec des combinaisons moins éprouvées, et elles seront probablement testées à fond et partout. Ce serait autre chose s’ils réussissaient tous les tests avec les honneurs.

Mais inverser la tendance récente de cette rivalité, générant ainsi un véritable encouragement pour les Six Nations de l’année prochaine, et en particulier l’examen final en mars prochain à Dublin, ferait l’affaire pour l’instant.

ANGLETERRE: Elliot Daly (Sarrasins); Jonathan Joseph (Bath), Ollie Lawrence (Worcester), Henry Slade (Exeter), Jonny May (Gloucester), Owen Farrell (Saracens, capitaine), Ben Youngs (Leicester); Mako Vunipola (Sarrasins), Jamie George (Sarrasins), Kyle Sinckler (Bristol); Maro Itoje (sarrasins), Joe Launchbury (guêpes); Tom Curry (vente), Sam Underhill (Bath), Billy Vunipola (Saracens).

Remplaçants: Tom Dunn (Bath), Ellis Genge (Leicester), Will Stuart (Bath), Jonny Hill (Exeter), Ben Earl (Bristol), Dan Robson (Wasps), George Ford (Leicester), Max Malins (Bristol).

IRLANDE: Hugo Keenan (Leinster); Keith Earls (Munster), Chris Farrell (Munster), Bundee Aki (Connacht), James Lowe (Leinster); Ross Byrne (Leinster), Jamison Gibson-Park (Leinster); Cian Healy (Leinster), Rónan Kelleher (Leinster), Andrew Porter (Leinster); Quinn Roux (Connacht), James Ryan ((Leinster, capitaine); CJ Stander (Munster), Peter O’Mahony (Munster), Caelan Doris (Leinster).

Remplaçants: Rob Herring (Ulster), Ed Byrne (Leinster), Finlay Bealham (Connacht), Iain Henderson (Ulster), Will Connors (Leinster), Conor Murray (Munster), Billy Burns (Ulster), Jacob Stockdale (Ulster).

Arbitre: Pascal Gaüzère (France).

Assistants: Mathieu Reynal (France), Alexandre Ruiz (France).

TMO: Nigel Owens (Pays de Galles).

Prévoir: L’Angleterre pour gagner.

  • Médecine. Vers un nouveau défi - Robert Saubens Le Loch - Livre
    Santé - Occasion - Etat Correct - Collage un peu cassé, deux pages se détachent - Documents - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Le socialisme se porte bien - Michel Jouet - Livre
    Occasion - Etat Correct - Un peu usé - Avant Garde - Nouveau Clarté - Poche - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Loisirs, détente et délices à Paris Coffret cadeau Smartbox
    Paris se révèle sous un nouveau jour aux cœurs les plus curieux le temps d’un repas savoureux, d’une parenthèse de bien-être ou d’une aventure palpitante. Ce merveilleux coffret dédié à la Ville Lumière renferme une multitude d’opportunités de vivre des moments magiques, seul ou à deux, qui feront naître des

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *