Dilemme majeur au sommet pour les dirigeants européens et africains

AccueilActualitésDilemme majeur au sommet pour les dirigeants européens et africains

Dilemme majeur au sommet pour les dirigeants européens et africains

Le président du Conseil européen, Charles Michel, est confronté à l’un des problèmes les plus délicats à l’ère de la politique de pandémie: comment annuler un sommet en personne avec les dirigeants africains prévu le 9 décembre, tout en insistant pour qu’un sommet des dirigeants de l’UE se tienne en personne le jour suivant.

Michel n’est pas seul dans le pétrin. Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, actuellement président de l’Union africaine – l’union continentale des 55 pays membres – a récemment annoncé qu’un important sommet de l’UA prévu le 5 décembre se tiendrait pratiquement en raison de la situation sanitaire. Cela rend difficile de justifier un voyage à Bruxelles quatre jours plus tard.

Dans le but de s’entraider sur la pointe des pieds sur la voie perfide de la politique au sommet, Ramaphosa a envoyé cette semaine une lettre confidentielle à Michel et à d’autres dirigeants de l’UE, exhortant l’UE à déplacer la réunion du 9 décembre vers un format virtuel, selon deux responsables qui ont vu il. Mais si cela protège Ramaphosa des critiques sur son propre continent, cela laisse toujours Michel dans une situation délicate en insistant sur le fait que les 27 chefs de l’UE devraient toujours venir à Bruxelles plutôt que d’organiser une vidéoconférence.

Selon des responsables familiers avec la pensée de Michel, le président du Conseil est catégorique sur le fait que les dirigeants de l’UE ne peuvent pas gérer leur agenda de décembre, rempli de sujets controversés, par télésiège. Les dirigeants doivent discuter d’une impasse continue sur le plan budgétaire et de redressement de 1,82 billion d’euros du bloc; les négociations de fin de partie avec le Royaume-Uni sur un accord commercial post-Brexit; des objectifs plus ambitieux pour lutter contre le changement climatique; sanctions potentielles contre la Turquie; ainsi que la riposte en cours à la pandémie. L’infiltration par un journaliste néerlandais d’une réunion virtuelle des ministres de la défense de l’UE a également mis en évidence les risques sécuritaires des vidéoconférences.

Alors que ces derniers mois ont montré qu’il est extrêmement difficile, voire impossible, de négocier des questions épineuses par vidéoconférence, de nombreux dirigeants nationaux de l’UE sont sous pression pour faire preuve de solidarité avec leurs électeurs qui sont confrontés à une saison des vacances d’hiver limitée par les mesures de confinement en cours.

Plusieurs fonctionnaires et diplomates de l’UE ont exprimé des objections à l’idée d’un sommet en personne avec les Africains, compte tenu des risques pour la santé. La lettre de Rampahosa, au moins, donne à Michel une couverture pour avoir déclaré qu’il a changé le format UE-UA à la demande de ses invités, plutôt qu’en raison des propres préoccupations de l’UE en matière de sécurité.

Changer la rencontre avec les Africains, cependant, est également compliqué. L’UA compte 55 pays membres, mais une vidéoconférence avec un si grand nombre de dirigeants est compliquée. En conséquence, Michel et son équipe envisagent un changement de format qui rassemblerait un nombre plus limité de leaders institutionnels.

Le report probable de la réunion n’est que le dernier revers cette année pour ce que l’UE avait envisagé comme un pivot dramatique vers son voisin du sud. La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, s’est rendue au siège de l’Union africaine en Éthiopie la toute première semaine après sa prise de fonction l’année dernière.

Le dialogue avec les dirigeants africains est une priorité personnelle pour Michel qui a fait un effort concerté pour cultiver ses relations dans les capitales africaines pendant son mandat de Premier ministre belge. Michel avait retardé les appels précédents à abandonner le sommet en personne dans l’espoir que la situation sanitaire s’améliorerait suffisamment pour permettre aux dirigeants africains de se rendre avant la fin de l’année.

- Advertisement -spot_img
Actualités
- Advertisement -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici