Le projet du gouvernement français de réécrire le projet de loi sur la sécurité a les députés dans les bras

Le gouvernement français marche sur des œufs, avec des bottes de combat.

Le débat sur un projet de loi sur la sécurité très contesté qui, entre autres mesures, limiterait le tournage des forces de l’ordre, est devenu vendredi l’une des pires crises parlementaires du mandat d’Emmanuel Macron.

Le projet de loi, qui a été voté mardi par l’Assemblée nationale et devrait être débattu au Sénat en décembre, est devenu un casse-tête pour le gouvernement en raison de son article 24, qui interdirait le partage d’images des forces de police «dans le but manifeste de nuire. « 

Sous la pression des groupes de défense des droits civiques et de la presse, le Premier ministre Jean Castex a déclaré qu’un comité indépendant réexaminerait le projet de loi qui venait d’être approuvé par les législateurs.

Le mouvement s’est rapidement retourné contre lui. Richard Ferrand, le président de l’Assemblée nationale, a envoyé une lettre à Castex pour le gronder sur la séparation des pouvoirs, forçant à faire demi-tour.

Les députés de La République en marche de Macron ont exprimé leur frustration lors d’une discussion de groupe Telegram lors d’échanges rapportés par plusieurs médias et confirmés par un responsable parlementaire à POLITICO. «Le parlement et la majorité ne sont pas des paillassons sur lesquels on peut s’essuyer», a déclaré un député.

Sur la sellette

L’article controversé a été critiqué par les ONG et pratiquement tous les médias en France, a suscité des commentaires de la Commission européenne et de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies, et a été critiqué au sein du parti majoritaire. Dix députés de LREM ont voté contre le projet de loi et 40 se sont abstenus. «Nous nous dirigeons lentement vers un État autoritaire», a déclaré Nathalie Sarles, députée de LREM.

Des critiques comme Amnesty International affirment que la notion de «viser à nuire» pourrait donner lieu à des interprétations erronées et, en fin de compte, conduire à des abus qui pourraient mettre en danger la liberté d’expression des citoyens et la liberté de la presse.

Pour tenter d’éteindre l’incendie, Castex a annoncé jeudi soir qu’il avait mis en place une «commission indépendante chargée de proposer une réécriture de l’article 24.»

Mais il a juste versé plus de carburant sur le feu, disant à sa majorité parlementaire qu’il était essentiellement annulé.

«Parfois, il vaut mieux abandonner que persévérer», Hugues Renson, vice-président LREM de l’Assemblée nationale, m’a dit Jeudi soir. «Les comités obscurs destinés à sauver des mesures ne fonctionnent pas.»

«J’ai raconté ma surprise au Premier ministre», a déclaré Christophe Castaner, ancien ministre de l’Intérieur et actuel chef du groupe parlementaire LREM.

Le lendemain matin, Ferrand, connu pour sa loyauté envers Macron, a rencontré Castex et lui a envoyé plus tard un lettre soigneusement rédigée pour lui rappeler la répartition des responsabilités.

«Je connais notre attachement mutuel au strict respect de la séparation des pouvoirs. Dans l’intérêt d’un bon fonctionnement démocratique, il est important que les procédures constitutionnelles soient scrupuleusement respectées, ce qui implique que les prérogatives du parlement ne doivent pas être foulées aux pieds », indique la lettre.

«Le gouvernement peut consulter à loisir des comités d’experts», a ajouté Ferrand. «Cependant, nous avons convenu que ceux-ci ne remplaceraient pas le travail parlementaire.»

Ministre-délégué aux relations avec le Parlement Marc Fesneau a également pesé sur Twitter: «Un autre article 24 (celui-ci de la constitution de 1958):« le Parlement vote la loi. Il contrôle l’action du gouvernement. Il évalue les politiques publiques ». Voici. Clair et simple. »

Dans un communiqué, le président du Sénat, Gérard Larcher, a demandé à Castex d’abandonner simplement le comité.

Face à la réaction des deux chambres, Castex n’a eu d’autre choix que de se contredire. «La réécriture d’une disposition législative ne sera pas du ressort de ce comité, car c’est la seule prérogative du parlement», a déclaré Castex dans une lettre à Ferrand, vue par POLITICO.

La crise se déroule à un moment de tension nationale autour du projet de loi sur la sécurité. La semaine dernière, plusieurs enquêtes sur les forces de police ont été ouvertes en raison de la diffusion d’images sur les réseaux sociaux.

Lundi soir, à la veille du vote à l’Assemblée nationale, des vidéos du démantèlement violent d’un camp de migrants à Paris ont provoqué un choc. «Changeons la réalité plutôt que de chercher à limiter les images», m’a dit Fiona Lazaar, l’un des députés LREM qui ont voté contre le projet de loi. L’inspecteur général de la police nationale (IGPN) a ouvert trois enquêtes sur des allégations d’abus de force.

Jeudi, une séquence vidéo a été diffusée montrant trois policiers battant et gazouillant Michel Zecler, un producteur de musique noir, dans son bureau parisien pendant plusieurs minutes. La vidéo, publiée par le média numérique Loopsider, a été vue plus de 20 millions de fois en 24 heures sur diverses plateformes de médias sociaux.

Les trois policiers et un autre impliqué dans l’incident, qui a eu lieu samedi dernier, ont été suspendus jeudi. Le parquet de Paris a demandé à l’IGPN de mener une enquête sur les policiers pour «violences et faux».

Une «marche pour les libertés» samedi pourrait être le prochain test pour le gouvernement, d’autant plus que les manifestants et les responsables de la police à Paris ne sont pas d’accord sur le type de manifestation que cela devrait être.

Citant les restrictions du COVID-19, le préfet de la police parisienne Didier Lallement a déclaré que la manifestation ne pouvait pas être une marche et qu’il interdisait aux manifestants de se rendre de la place de la République, où elle devrait commencer, à la place de la Bastille.

«La manifestation peut avoir lieu place de la République», a déclaré Lallement.

«Nous irons et nous marcherons pour défendre la liberté», ont déclaré à Lallement dans une lettre ouverte les organisateurs de la manifestation, qui comprennent des journalistes, des syndicats et des ONG. «Parce que l’histoire nous regarde. Parce que le monde nous regarde.

Elisa Braun a contribué au reportage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *