Les négociateurs du Royaume-Uni et de l’UE suspendent les négociations sur le Brexit après l’échec de la conclusion d’un accord

Les négociations commerciales entre l’UE et la Grande-Bretagne ont été suspendues vendredi à Londres, Downing Street ayant averti que les négociations avaient atteint un «point très difficile».

Les négociateurs travaillent pour une date butoir lundi, lorsque le Premier ministre britannique Boris Johnson a promis de rétablir dans le projet de loi sur le marché intérieur les clauses qui violeraient l’accord de retrait du Brexit.

Vendredi soir, le négociateur en chef de l’UE, Michel Barnier, a déclaré sur Twitter qu’après une semaine «d’intenses négociations», lui et Lord Frost, le principal négociateur du Royaume-Uni, avaient convenu que «les conditions d’un accord ne sont pas réunies, en raison de divergences importantes sur des règles du jeu équitables, la gouvernance et la pêche ».

Dans une déclaration commune, ils ont déclaré avoir suspendu les discussions tout en informant la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen et M. Johnson, de l’état d’avancement. Les deux dirigeants discuteront ensuite de la situation lors d’un appel samedi après-midi.

Plus tôt, un porte-parole de Downing Street a déclaré: «Ce sont des négociations en direct qui sont en cours. Il reste encore quelques problèmes à surmonter. Le temps presse et nous sommes à un moment très difficile des pourparlers.

«Ce qui est certain, c’est que nous ne pourrons pas conclure un accord qui ne représente pas nos principes fondamentaux de souveraineté et de reprise du contrôle. Cela comprend le contrôle de nos frontières, l’adoption d’un système de contrôle des subventions robuste et fondé sur des principes et le contrôle de nos eaux de pêche.

Signe que les pourparlers entrent dans leur phase finale, quatre responsables de l’équipe de communication de la Commission européenne ont rejoint les négociateurs à Londres.

Cependant, Clément Beaune, ministre français des Affaires européennes, a averti que si son pays n’était pas satisfait d’un accord négocié par M. Barnier, il y opposerait son veto.

«Je pense que c’est aussi le cas pour nos partenaires que s’il y avait un accord qui n’est pas bon, qui dans notre évaluation ne correspond pas à ces intérêts, nous nous y opposerons», a-t-il déclaré.

«Oui, chaque pays a un droit de veto, c’est donc possible. La France, comme tous ses partenaires, a les moyens d’un veto. Nous devons faire notre propre évaluation, bien sûr, de cet accord; C’est normal. Nous le devons aux Français, nous le devons à nos pêcheurs et aux autres secteurs économiques.

«Je veux croire que nous aurons une bonne affaire, mais pour obtenir une bonne affaire, vous savez qu’il vaut mieux être franc et dire nos intérêts. Nous avons été très clairs – parfois les Britanniques un peu moins – sur nos intérêts.

Texte légal

La majeure partie du texte juridique d’un accord couvrant des centaines de pages a déjà été approuvée, mais des divergences subsistent concernant la pêche, des règles du jeu équitables garantissant une concurrence loyale et la manière dont l’accord devrait être appliqué.

La question du règlement des litiges et de l’application est devenue plus centrale depuis que M. Johnson a menacé de violer le droit international avec le projet de loi sur le marché intérieur.

La question de la pêche est politiquement importante en Grande-Bretagne et dans un certain nombre d’États de l’UE, notamment en France, et M. Beaune a déclaré que son gouvernement n’accepterait pas un accord qui serait mauvais pour les pêcheurs français, ajoutant que le risque de non-accord était réel.

«Nous ne devons pas le cacher car il y a des entreprises, nos pêcheurs, des citoyens qui ont besoin de savoir, et nous devons donc nous préparer à un risque de non-accord. C’est-à-dire que le 31 décembre, il n’y aura plus de libre circulation et d’accès libre au marché britannique et vice versa », a-t-il déclaré.

«Mais ce n’est pas ce que nous voulons, et les négociations sont toujours en cours avec Michel Barnier, actuellement à Londres.

«J’espère toujours que nous pourrons conclure un accord, mais je dis aussi à nos pêcheurs, à nos producteurs, à nos citoyens, que nous n’accepterons pas un mauvais accord.»

  • La croissance des villes au XIXe siècle. France, Royaume-Uni, Etats-Unis et pays germaniques - Jean-Pierre Poussou - Livre
    XIXe siècle - Occasion - Bon Etat - Livre Bibliothèque avec étiq, tampon intérieur - Regards sur l'histoire - Poche - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Histoire culturelle du Royaume-Uni (1919-1959) - François-Charles Mougel - Livre
    Histoire - Occasion - Bon Etat - Regards sur l'histoire - Poche - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Lilipinso Papier peint Fleurs de l'Océan
    Apportez une note de romantisme et d’innocence à tout espace de vie à travers le papier peint Fleurs de l’Océan. Ce décor mural proposé par Lilipinso met en avant une grande variété de fleurs à petite échelle sur un fond uni. Ce design

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *