Les négociations sur le Brexit bloquent après une semaine de négociations tendues

Les pourparlers entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne sont au point mort après une semaine de négociations à Londres, avec une pression croissante sur Bruxelles pour qu’elle déploie des plans d’urgence sans accord.

Les deux négociateurs en chef, Michel Barnier et David Frost, ont publié une déclaration commune dans laquelle ils ont déclaré qu’il était clair qu’aucun accord ne pouvait être trouvé à l’heure actuelle, les deux parties étant divisées sur trois questions qui ont longtemps empêché une percée.

«Après une semaine d’intenses négociations à Londres, les deux principaux négociateurs ont convenu aujourd’hui que les conditions d’un accord ne sont pas réunies, en raison de divergences importantes sur l’égalité des chances, la gouvernance et la pêche», indique le communiqué conjoint.

«Sur cette base, ils ont convenu de faire une pause afin d’informer leurs dirigeants de l’état d’avancement des négociations.»

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, tiendra une conversation téléphonique avec le Premier ministre britannique Boris Johnson samedi « pour discuter de l’état des lieux », a ajouté le communiqué.

À quelques semaines à peine de la fin de la période de transition britannique, l’incapacité de réaliser une percée soulève la perspective d’un changement brusque des conditions commerciales par défaut, y compris des tarifs sur les ventes à la Grande-Bretagne, un résultat qui devrait provoquer des perturbations généralisées et dévaster certains exportateurs irlandais.

Manque de confiance

À Dublin, des sources gouvernementales ont déclaré que si un accord restait possible, les deux parties restaient sensiblement séparées sur les questions en suspens. Cependant, il est entendu que des concessions significatives des deux côtés qui pourraient conduire à un accord étaient toujours susceptibles d’être à l’appel du Premier ministre et du président de la commission, en consultation avec les États membres.

Une source a suggéré que de grands écarts subsistaient entre les deux parties, mais qu’ils pouvaient être comblés. L’analyse irlandaise est que l’issue des pourparlers dépend de manière significative de la possibilité pour M. Johnson de vendre un accord de compromis aux députés conservateurs comme «reprendre le contrôle», le slogan de la campagne du Brexit.

Des sources ont souligné les difficultés techniques à se mettre d’accord sur un document de 800 pages et comportant de multiples compromis.

Mais une autre source gouvernementale à Dublin était plus pessimiste, affirmant que le plus gros problème était un manque de confiance entre les deux parties.

La rupture fait suite à une semaine tendue au cours de laquelle les États membres de l’UE, dont la France et les Pays-Bas, ont averti M. Barnier de ne pas aller au-delà de son mandat dans ce qu’il a offert à la Grande-Bretagne pour conclure un accord, tandis que le Français a averti qu’il pourrait avoir besoin de plus de flexibilité pour un accord. à atteindre.

Clauses de rupture de traité

M. Barnier a averti M. Frost cette semaine qu’une percée devait être atteinte d’ici vendredi, sinon il ne pouvait être garanti qu’un accord serait en place d’ici le 1er janvier, car il doit être ratifié par les parlements des deux côtés dans un processus qui exige plus de temps que disponible.

Plus tôt vendredi, la partie européenne a averti qu’un accord serait subordonné à la pleine mise en œuvre par la Grande-Bretagne de l’accord de retrait, y compris des dispositions pour l’Irlande du Nord destinées à éviter une frontière dure.

Cela vient après qu’un porte-parole du gouvernement britannique a déclaré que M. Johnson avait toujours l’intention de réintroduire les clauses de rupture du traité du projet de loi sur le marché intérieur du Royaume-Uni qui ont été supprimées par la Chambre des lords.

Les clauses permettraient aux ministres britanniques de violer l’accord de retrait du Brexit en décidant unilatéralement comment mettre en œuvre certaines parties du protocole d’Irlande du Nord.

Le porte-parole a également confirmé que le gouvernement britannique présenterait la semaine prochaine un projet de loi sur la fiscalité qui devrait inclure des clauses permettant aux ministres britanniques de déterminer quelles marchandises transportées de la Grande-Bretagne vers le Nord devraient être considérées comme risquant d’entrer dans le marché unique de l’UE et soumises à tarifs.

Le ministre des Affaires étrangères, Simon Coveney, a déclaré cette semaine qu’il ne serait pas possible de conclure un accord si le gouvernement britannique poursuivait un tel plan, tandis que le président du Conseil européen Charles Michel l’a décrit comme une question d ‘«État de droit». .

  • Manuel de négociation complexe : Menaces, mensonges, insultes... méthodes et techniques pour faire face à toute situation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *