Le Royaume-Uni n’est pas bon pour négocier des accords commerciaux – un examen plus approfondi aiderait

Appuyez sur play pour écouter cet article

Lord Jeremy Purvis de Tweed est un membre libéral démocrate de la Chambre des lords du Royaume-Uni et le porte-parole du parti pour le commerce international..

Ça allait être si facile. Tous les accords commerciaux auxquels la Grande-Bretagne faisait partie en tant que membre de l’UE allaient être reconduits d’ici mars 2019. Ils ne l’étaient pas. Ils ne l’ont pas encore fait et ne le seront pas à la fin de la période de transition du Brexit le 31 décembre.

Le récent accord commercial de la Grande-Bretagne avec le Japon a été salué comme «stupéfiant» par le Daily Express, un signe de confiance de 15 milliards de livres sterling dans le «Brexit Britain». Mais ce qui est stupéfiant, c’est que l’accord profitera en fait moins à la Grande-Bretagne que la part du Royaume-Uni dans le précédent accord UE-Japon – sous-dépassant de 25% l’ambition du gouvernement en matière d’exportations vers le Japon.

Et que dire de ces 15 milliards de livres? Nous savons maintenant grâce à un examen parlementaire que 13 milliards de livres sterling représentent un gain pour le Japon et que le gain du Royaume-Uni ne dépasse guère 2 milliards de livres sur 15 ans. Nous en savons beaucoup plus sur cet accord après un tel examen, et une chose a uni toutes les parties lors d’un récent débat à ce sujet à la Chambre des lords: il a été excessivement survendu. Le vieil adage, selon lequel celui qui a le plus besoin de l’accord donne le plus, s’est avéré vrai.

Ce gouvernement a besoin d’accords à des fins politiques, pour montrer au pays que le train du Brexit est toujours sur la bonne voie. Mais il s’est montré mauvais pour les négocier – un mélange puissant, qui risque de laisser la Grande-Bretagne céder du terrain dans des domaines sensibles où nous n’accepterions pas de bouger autrement. Cela a été un thème constant alors que la Chambre des lords examine le projet de loi sur le commerce, maintenant dans sa deuxième itération.

Les superpuissances de négociation comme les États-Unis et l’UE ont tiré leurs propres dures leçons en matière commerciale. Les dépassements du représentant américain au commerce (USTR) ou de la Commission européenne sont contrôlés par le pouvoir parlementaire du Congrès et européen sur la définition des mandats de négociation, puis l’approbation de tout accord. Ces mesures visant à renforcer le pouvoir du peuple, par opposition à l’exécutif, renforcent la main des négociateurs, qui savent qu’ils auront également leurs parlements respectifs de côté – et connaissent les limites des concessions qui peuvent être faites.

Le gouvernement britannique, en revanche, a choisi de ne pas concevoir une nouvelle approche de négociation commerciale pour 2021 et est plutôt revenu à 1973, avec des pouvoirs minimaux pour le Parlement. À l’heure actuelle, si la Chambre des communes est préoccupée par un accord après en avoir obtenu les derniers détails, elle n’a que le pouvoir de retarder la ratification – de la mettre dans les limbes pendant un certain temps. Après cette courte période, le gouvernement peut alors le ratifier de toute façon. Les députés britanniques avaient plus de pouvoir sur les accords auxquels nous avons participé en tant que membre de l’UE que les députés britanniques n’auront à l’avenir.

Les membres du Congrès américain seraient surpris par cette limitation de leur pouvoir et, bien que je doute que les votes sur l’accord avec le Japon aient été remis en question (parce qu’ils ont obtenu une si bonne affaire à nos dépens), au moins le parlement japonais a voté sur il. Un amendement important entre les partis au Trade Bill vise à combler ce déficit de responsabilité britannique. Alors que le gouvernement considère le Trade Bill comme une mesure de minimis – uniquement de nature technique et le strict minimum de ce qu’il doit faire – beaucoup de Lords ne sont pas satisfaits et souhaitent que le Trade Bill encadre l’approche britannique du commerce mondial en l’avenir.

Aujourd’hui, les accords commerciaux sont beaucoup plus concernés par les normes, les réglementations, le contrôle des données et la confidentialité. Le commerce a un impact sur la politique climatique et environnementale, les droits de l’homme et les normes du travail. Des amendements pourraient très bien être adoptés par les Lords, visant à garantir que la politique commerciale respecte les normes britanniques et les normes internationales, et protège à la fois le service national de santé dans le pays et les droits de l’homme à l’étranger. Les protections sur l’utilisation des données (un sujet sur lequel le gouvernement a gardé un silence inquiétant) et l’adoption d’une approche internationale des différends commerciaux figureront également fortement dans nos débats et nos propositions d’amendements.

Et qu’en est-il des accords de renouvellement qui ne sont pas en cours? Deux d’entre eux couvrent nos échanges avec certains des pays les plus pauvres du monde, qui doivent maintenant faire face à des coûts, des charges et des barrières supplémentaires en raison de l’incapacité de maintenir les accords commerciaux préférentiels en place en tant que membre de l’UE. Jetez un coup d’œil à cette banane dans votre panier la prochaine fois que vous ferez vos courses et pensez à l’ouvrier agricole qui l’a préparée et qui verra sa valeur diminuer en janvier.

L’amendement du projet de loi sur le commerce est un effort ultime pour s’assurer que le travailleur agricole ghanéen est, au moins, une personne qui ne paiera pas le prix de l’approche britannique. Le projet de loi sur le commerce est l’occasion de contribuer à façonner notre politique commerciale pour l’avenir – et les Lords cherchent à la saisir.

  • Les études n°5221 : Royaume-uni, les années Blair - Mougel François-Charles - Livre
    Information / Culture - Occasion - Bon Etat - Les études - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Blaklader Polo professionnel bicolore Blaklader
    Ce polo Blaklader, avec ses nombreux coloris bicolores, est idéal pour s'accorder avec n'importe quel vêtement de travail. Conçu en coton-polyester et certifié Oeko-Tex® 100, ce polo de travail bicolore avec aération latérale offre un bon confort. Un modèle durable, tant au niveau des coloris que du tissu
  • Colombine Housse De Couette2 pers 240x220cm - Jaune Linge de lit en coton bio - Blancheporte
    Avec Colombine® le linge de lit uni se décline en coton bio et nous fait voir la nuit du bon côté... Et quand on sait que la qualité est là, on n'hésite pas à composer notre parure idéale ! - Couleur jaune - Taille Housse de couette 2 pers : 240x220cm - COMPOSITION • 100% coton (57 fils/cm²), issu de

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *