Les affaires européennes prises par des Irlandaises au cours de symphysiotomies déclarées irrecevables

Trois Irlandaises qui ont porté une affaire concernant une intervention chirurgicale controversée devant la Cour européenne des droits de l’homme ont été informées que la cour avait déclaré à l’unanimité les requêtes irrecevables.

Les décisions sont définitives, a déclaré le tribunal.

Les femmes ont reçu des symphysiotomies avant ou pendant le travail dans les années 1960 dans trois hôpitaux irlandais différents.

Une symphysiotomie est une intervention chirurgicale désormais dépassée dans laquelle le cartilage de la symphyse pubienne est divisé pour élargir le bassin permettant l’accouchement en cas de problème mécanique.

Les trois femmes ont déclaré qu’elles n’avaient pas été informées de la procédure et n’avaient pas donné leur consentement complet et éclairé. Ils affirment également avoir subi un traumatisme physique et psychologique à la suite de la procédure.

Les trois femmes – LF, KO’S et WM sont nées respectivement en 1939, 1934 et 1935, et vivent à Dublin, Co Cork et Co Meath.

Les cas de femmes figuraient parmi les 10 demandes déposées par des femmes qui avaient subi la procédure dans différentes maternités irlandaises dans les années 1960 et 1970.

Les femmes ont déclaré que le recours à la procédure n’avait pas fait l’objet d’une enquête interne conforme à la Convention européenne des droits de l’homme et qu’en outre, elles n’avaient pas été en mesure de plaider pleinement leur demande au niveau du droit interne irlandais. .

Une femme se plaignait également qu’en autorisant la tenue de symphysiotomies, l’État avait manqué à son obligation de protéger les femmes contre les traitements inhumains et dégradants.

Dans un cas, le tribunal a jugé la plainte irrecevable car la femme n’avait pas épuisé les recours internes. Dans les deux autres affaires, elle a jugé les plaintes des femmes manifestement mal fondées, indiquant qu’une question concernant l’épuisement des voies de recours internes se posait également.

On estime que jusqu’à 1 500 femmes irlandaises ont subi la procédure. En 2012, un projet de rapport sur la procédure controversée a révélé qu’elle avait continué à être effectuée à l’hôpital Notre-Dame de Lourdes, à Drogheda, dans le comté de Louth, près de 20 ans après son abandon dans d’autres hôpitaux irlandais.

Le projet de rapport du professeur Oonagh Walsh suggère qu’il a peut-être continué à être utilisé à l’hôpital de Drogheda en raison de son éthos catholique. L’hôpital avait à l’époque une interdiction absolue de la contraception artificielle, même lorsqu’elle est devenue à la fois légale et largement acceptable dans d’autres hôpitaux.

Un groupe de soutien appelé Survivors of Symphysiotomy a fortement contesté la conclusion du projet de rapport selon laquelle la procédure pourrait être plus efficace que les césariennes à l’époque.

Le groupe a décrit le rapport commandé par le gouvernement comme «défendant la pratique des derniers jours de la symphysiotomie, une opération mutilante qui a souvent conduit à des effets secondaires horribles», et a demandé que le délai de prescription soit annulé afin que toutes les femmes touchées puissent accéder au tribunaux.

À titre gracieux

En 2014, le ministre de la Santé a annoncé la mise en place d’un système de paiement à titre gracieux offrant une compensation aux femmes qui avaient subi une symphysiotomie chirurgicale dans n’importe quel hôpital d’Irlande entre 1940 et 1990. Les prix allaient de 50 000 € à 150 000 €.

Aucun des trois requérants à la Cour européenne des droits de l’homme n’a sollicité le régime de paiement à titre gracieux, car ils pensaient tous qu’il n’y avait aucune possibilité de reconnaissance d’une violation de leurs droits, entre autres raisons.

L’un des requérants a tenté de saisir les tribunaux irlandais mais la High Court a jugé qu’à l’époque des faits, la procédure, qui avait été effectuée deux semaines avant le travail après qu’il avait été établi qu’un accouchement par voie vaginale aurait été impossible, avait été une option raisonnable mais limitée. Un appel devant la Cour suprême n’a pas abouti. Après cela, les deux autres requérants à la Cour de Strasbourg se sont retirés des affaires pendantes en Irlande.

Un cas antérieur pris en Irlande, par une femme à qui la procédure avait été pratiquée après avoir subi une césarienne, a abouti et a abouti à une bourse de 325 000 €.

  • Drone Utility's Prise de photographies et de vidéos aériennes par drone d'1h chez Drone Utility's
    Prise de photographies et de vidéos aériennes par drone jusqu’à 150m d’altitude, images spectaculaires garanties
  • Full karaté académie IE Jusqu'à 1 an d'accès illimité à l'espace cardio/muscu et à un cours par semaine chez Full Karaté Académie IE
    Entretenir sa condition physique avec un cours au choix par semaine et accès illimité au cardio muscu pendant 1, 3, 6 ou 12 mois
  • Exclusiv'Golf De BéThemont Abonnement de golf avec1 cours maximum par jour et prêt de matériel à l'Exclusiv'Golf De BéThemont
    Des cours de golf en collectif dans une ambiance calme, agréable et reposante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *