Les perspectives de l’accord sur le Brexit s’améliorent alors que l’UE et le Royaume-Uni conviennent de poursuivre les négociations

Les chances d’un accord sur le Brexit se sont améliorées hier soir après que l’Union européenne et le gouvernement britannique ont accepté de poursuivre les négociations cette semaine dans une ultime poussée pour un accord avant un non-accord le 31 janvier.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le Premier ministre britannique Boris Johnson se sont entretenus par téléphone et ont ensuite publié une déclaration commune, déclarant qu’ils «feraient un effort supplémentaire» pour tenter de parvenir à un accord.

La décision d’abandonner l’échéance d’hier et de poursuivre les négociations est intervenue après que des sources du gouvernement irlandais ont déclaré que des progrès avaient été accomplis au cours du week-end et ont suscité un optimisme prudent à Bruxelles et à Dublin sur le fait qu’un accord pourrait après tout être possible après quelques jours sombres.

Mais M. Johnson a cherché à atténuer les attentes selon lesquelles un accord était imminent, disant aux radiodiffuseurs que les deux parties restaient très éloignées sur des questions clés et qu’aucun accord ne restait le résultat le plus probable. Cependant, il a déclaré qu’un accord pouvait être conclu si l’UE le souhaitait et il était heureux de continuer à parler et de progresser dans la mesure du possible.

Le négociateur en chef de l’UE, Michel Barnier, doit informer les ambassadeurs de l’état des pourparlers lundi matin avant de retourner au siège de la Commission européenne pour se réunir à nouveau avec son homologue britannique David Frost.

« Malgré l’épuisement après presque un an de négociations, malgré le fait que les délais aient été maintes fois dépassés, nous pensons qu’il est responsable à ce stade de faire un effort supplémentaire », a déclaré Mme von der Leyen.

«Nous avons en conséquence chargé nos négociateurs de poursuivre les pourparlers et de voir si un accord peut même être conclu à ce stade tardif.»

La déclaration, publiée conjointement par les parties européenne et britannique, faisait suite à un appel téléphonique entre M. Johnson et Mme von der Leyen pour discuter de l’état des négociations. Les deux parties avaient indiqué que dimanche serait décisif, le temps presse pour obtenir et mettre en œuvre un accord avant le 1er janvier.

Mise en garde

À Dublin, des sources gouvernementales ont salué la nouvelle mais ont exprimé leur prudence, soulignant des différences importantes entre les parties. Cependant, certaines sources à Dublin affirment que les bruits durs en provenance de Londres ce week-end peuvent être un signe que M. Johnson se prépare à conclure un accord, qu’il est susceptible de revendiquer comme une victoire.

S’exprimant à Cork hier soir, Taoiseach Micheál Martin a déclaré que «là où il y a une volonté, il y a un moyen» de parvenir à un accord.

«La véritable échéance est bien sûr la fin de l’année. . . mais de toute évidence, les prochains jours sont cruciaux en ce qui concerne les aspects pratiques de la mise en œuvre de tout accord qui serait conclu », a-t-il déclaré.

«À mon avis, c’est extrêmement important et il est impératif que les deux parties fassent tout ce qu’elles peuvent pour éviter un Brexit sans accord, car un Brexit sans accord serait très préjudiciable à l’économie du Royaume-Uni, à l’économie irlandaise. , à l’économie de l’Union européenne, aux travailleurs et aux entreprises qui ont besoin de certitude et qui ont besoin de clarté et je pense qu’il est bon qu’ils poursuivent les pourparlers.

«Je ne sous-estime pas les difficultés et les défis auxquels sont confrontés les deux groupes de négociateurs, mais à mon avis, là où il y a une volonté, il y a un moyen.»

Des sources proches des pourparlers affirment qu’un travail technique important a été effectué et que la structure générale d’un accord a été convenue, mais qu’il est difficile de voir comment les désaccords restants peuvent être résolus sans un changement politique supplémentaire vers le compromis.

L’UE souhaite avoir un recours si la réglementation britannique évolue au fil du temps d’une manière qui crée un avantage pour les entreprises britanniques par rapport aux concurrents de l’UE. Il n’est pas convenu comment mesurer la distorsion du marché, quelle autorité pourrait arbitrer un différend ou quelles sanctions seraient applicables.

En ce qui concerne le poisson, un désaccord persiste sur la part des quelque 650 millions d’euros de captures annuelles dans les eaux britanniques que les bateaux de l’UE pourront conserver ou sur le délai auquel les industries de la pêche devraient s’adapter.

  • Calvin Klein Underwear Peignoir de bain Calvin Klein en coton blanc brodé ton sur ton sur les manches - BLANC - L-XL
    BLANC - Peignoir de bain Calvin Klein - Coton éponge (100%) - Blanc - Col Châle
  • Les Edenyles Session de modelage du corps de 30 ou 60 min visant à affiner le corps à l'institut Les Édenyles
    Bulle détente et beauté visant à remodeler la silhouette
  • Les Alizes Le Vent Du Bien Etre Extension de cils "découverte" de 30 min ou complète de 60 min à l'institut Les Alizés - Le vent du bien-être
    Ouvrir et donner du peps à son regard avec des extensions posées dans un institut professionnel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *