Le Royaume-Uni importera des doses de vaccin d’Inde dans le cadre de la course mondiale aux jabs

Le Royaume-Uni recevra sa première tranche de 10 millions de doses d’Oxford / AstraZeneca de fabrication indienne la semaine prochaine, selon des responsables britanniques, permettant à la Grande-Bretagne d’accélérer les vaccinations pendant que les pays moins riches attendent.

Au 28 février, l’Inde, avec une population d’environ 1,4 milliard d’habitants, avait vacciné 14,3 millions de personnes. Le Royaume-Uni, quant à lui, avait vacciné 21 millions de ses citoyens à la même date, sur une population d’environ 70 millions d’habitants.

« Le Royaume-Uni a commandé 100 millions de doses du vaccin COVID-19 d’AstraZeneca, dont 10 millions de doses proviendront du Serum Institute of India », a confirmé mardi un porte-parole du gouvernement britannique.

Les 10 millions de doses font partie de l’accord initial de 100 millions de doses entre le Royaume-Uni et AstraZeneca. Le SII a été inspecté par l’autorité britannique de réglementation des médicaments et des produits de santé et les lots seront testés avant utilisation au Royaume-Uni.

Le porte-parole a ajouté: « Le Serum Institute fait partie de notre chaîne d’approvisionnement pour le vaccin AstraZeneca, qui comprend également la production dans certaines parties de l’UE ainsi qu’ici au Royaume-Uni »

Le Royaume-Uni avait demandé à SII l’assurance que la fourniture de doses britanniques ne se ferait pas au détriment de la fabrication du vaccin pour les pays plus pauvres, a ajouté le porte-parole.

Cependant, cette décision intervient au milieu d’un débat acharné sur l’aide apportée aux pays les plus pauvres pour vacciner leurs populations. Sandy Douglas, chercheur à l’Université d’Oxford qui a travaillé sur le vaccin Oxford / AstraZeneca, a appelé le Royaume-Uni à envoyer de «petites portions» de ses doses à l’étranger, arguant que cela donnerait à la Grande-Bretagne un coup de pouce en puissance douce et favoriserait la «stabilité» dans des pays sous le choc de la pandémie. « 

Le mois dernier, le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a accusé les pays riches de se procurer des vaccins au détriment de COVAX, un mécanisme destiné à fournir des vaccins aux pays à revenu faible et intermédiaire. Il a fait valoir que même si les pays riches envoient de l’argent à COVAX, ils s’emparent maintenant de toutes les doses disponibles, en laissant peu pour les pays moins aisés.

COVAX n’a ​​commencé à envoyer ses premières livraisons de vaccins au Ghana et en Côte d’Ivoire qu’à la fin de la semaine dernière.

Pendant ce temps, le Royaume-Uni et l’UE semblent désormais prêts à obtenir Oxford / AstraZeneca du Serum Institute of India (SII), qui devrait être la principale source d’approvisionnement des pays moins riches.

Lundi, Reuters a rapporté que l’Agence européenne des médicaments audite le SII pour éventuellement importer la substance médicamenteuse du producteur. Jusqu’à présent, seules trois usines en Belgique, aux États-Unis et au Royaume-Uni sont autorisées à fabriquer la substance pour les doses d’Oxford / AstraZeneca de l’UE.

Il n’est pas encore clair si l’UE recevrait réellement des doses du SII. La Commission n’a pas voulu commenter et l’EMA a déclaré qu’elle ne commenterait pas ses inspections « jusqu’à la publication d’un rapport d’évaluation ».

Le SII a accepté de produire jusqu’à 1 milliard de doses de vaccin contre le coronavirus et a constitué une étape majeure pendant la secrétaire britannique au commerce, Liz Truss ‘ visite récente dans le pays. Truss a discuté des doses indiennes qui devaient être envoyées en Grande-Bretagne lors de son voyage, selon des personnes proches du dossier. Un responsable n’a pas nié que les discussions avaient eu lieu, mais a déclaré qu’elles n’étaient pas substantielles.

AstraZeneca a refusé de commenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *