Westminster Insider Pilot: L’histoire des pandémies – et comment les politiciens réagissent

Dans notre épisode pilote, l’hôte de Westminster Insider Jack Blanchard explore comment les dirigeants occidentaux aux prises avec la pandémie de coronavirus ne font que répéter les mêmes vieilles erreurs que les politiciens ont toujours commises.

Il est frappant de constater à quel point peu de dirigeants politiques du monde occidental peuvent prétendre avoir particulièrement bien géré la pandémie de coronavirus. Dans de grandes parties de l’Europe et des Amériques, les politiciens ont été pris au dépourvu, réagissant lentement et maladroitement à la catastrophe en cours. Pour leur défense, ces dirigeants ont généralement blâmé ce qu’ils insistent sur la nature sans précédent de la catastrophe de Covid.

Mais un coup d’œil à travers les livres d’histoire montre à quel point cette crise est vraiment nouvelle. Comme Edith Hall, professeur de classiques au King’s College de Londres, raconte le podcast, dès 430 avant JC, le grand héros de Boris Johnson, Périclès, a lui-même été abattu par une épidémie mortelle – la désastreuse peste d’Athènes. Ce leader tout-puissant de la Grèce antique était extrêmement populaire auprès du public et semblait intouchable, dit-elle, jusqu’à ce qu’une nouvelle maladie mortelle arrive sur ses côtes. Johnson, spécialiste des classiques dans sa jeunesse, ne doit que trop bien connaître l’histoire. Il ne semble pas avoir tenu compte de ses leçons.

En plus de l’étincelant Professor Hall, j’ai été ravi d’interviewer Sir Richard Evans, professeur émérite d’histoire à l’Université de Cambridge, pour cet épisode. Dans son rôle de doyen du Gresham College, le professeur Evans a donné une merveilleuse série de conférences en 2012 sur l’histoire des pandémies, que j’ai écoutées pendant le verrouillage l’année dernière. Il raconte au podcast comment les politiciens ont commencé à lutter contre les pandémies au Moyen Âge avec exactement les types de verrouillages et de quarantaines que nous avons vus l’année dernière – mais ont souvent été sapés par leur incapacité à appliquer les restrictions, et par un trop grand – lenteur familière à réagir.

Mon dernier invité est une véritable superstar de la pandémie. John M. Barry est l’auteur de «The Great Influenza», le livre fondateur sur la réponse américaine à l’épidémie de grippe espagnole de 1918, qui a contribué à inspirer Bill Gates à consacrer tant de temps et de ressources à la recherche sur la pandémie. S’exprimant depuis son domicile à la Nouvelle-Orléans, Barry donne un compte rendu saisissant de cette maladie incroyablement brutale – et des dirigeants politiques de certaines régions des États-Unis qui ont laissé tomber leur peuple en faisant passer le profit avant la santé publique.

Si vous avez apprécié cet épisode pilote, veuillez vous abonner à Westminster Insider via votre chaîne habituelle – et laissez-nous une note et une critique si vous le pouvez.

Bibliographie / Lectures complémentaires:

Ces livres, articles et conférences étaient tous des ressources inestimables alors que je recherchais cet épisode du podcast.

Les grandes plaies: les épidémies dans l’histoire du Moyen Âge à nos jours, Richard J. Evans.

Fléaux et peuples, William H. McNeill

L’histoire de la guerre du Péloponnèse, Thucydide

Mort à Hambourg: société et politique dans les années du choléra, Richard J. Evans.

Petites oubliettes qui ont conduit à la grande peste de Marseille (1720-1723), Christian A. Devaux

The Black Death, édité et traduit par Rosemary Horrox

Le journal de Samuel Pepys

L’origine de la quarantaine, Philip A. Mackowiak

Expulser la peste: le bureau de la santé et la mise en œuvre de la quarantaine à Dubrovnik 1377-1533, Zlata Blazina Tomic & Vesna Blazina

Un journal de l’année de la peste, Daniel Defoe

La grande grippe, John M. Barry

Pale Rider: La grippe espagnole de 1918, Laura Spinney

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *