Cela pourrait arriver ici aussi: le Trumpisme européen ne s’arrêtera pas avec Trump

Appuyez sur play pour écouter cet article

Peter Geoghegan est l’auteur de «Democracy for Sale: Dark Money and Dirty Politics» (directeur de Zeus, 2020).

LONDRES – Au début de l’année dernière, j’ai interviewé Steve Bannon pour mon dernier livre. Le conseiller de l’époque du président américain Donald Trump est un narrateur peu fiable avec une histoire d’hyperbole, mais sur un point, il a été définitif: les dirigeants populistes européens se sont tournés vers la Maison Blanche de Trump pour s’inspirer.

Bannon se vantait d’avoir parlé à des personnalités politiques européennes de haut niveau sur une «base assez régulière» et qu’il «travaillait toujours dans les coulisses de la conduite». Il en a nommé quelques-uns en particulier: le Hongrois Viktor Orbán; L’Italien Matteo Salvini; La française Marine Le Pen.

Bannon est, bien sûr, l’homme d’hier, et il attend son procès, accusé d’avoir fraudé 1 million de dollars dans une campagne politique pour construire un mur le long de la frontière américano-mexicaine. (Il a plaidé non coupable.) Trump lui-même boitait à travers ses derniers jours au pouvoir, évité même par une grande partie de l’establishment républicain après que la foule qu’il a incendiée se soit déchaînée à travers Capitol Hill plus tôt cette semaine dans une tentative malheureuse de renverser la présidentielle de Joe Biden. la victoire.

Il est réconfortant d’imaginer que l’ère Trump touche à sa fin et que les scènes chaotiques à Washington ne pourront jamais se répéter – du moins pas de ce côté-ci de l’Atlantique. Assurément, une populace agitant des drapeaux confédérés et portant l’insigne QAnon ne pouvait être que le produit de ce que l’historien Richard J. Hofstadter a identifié comme «le style paranoïaque de la politique américaine».

Il y a de nombreuses raisons d’être moins optimiste. Ces dernières années, les mouvements d’extrême droite en Europe ont été encouragés comme presque jamais auparavant. Nous n’avons pas besoin de chercher à des milliers de kilomètres un exemple d’extrémisme en ligne et de théories du complot qui se répandent dans les rues: en août, des manifestants anti-lockdown à Berlin, dont beaucoup arboraient des drapeaux d’extrême droite, ont tenté de prendre d’assaut le Reichstag.

Tout l’élan derrière les populistes européens ne peut pas être attribué à l’effet Trump.

Il est juste de dire que beaucoup de la droite populiste européenne ont été animés par le président américain. Tout le monde, de l’ancien dirigeant de l’UKIP Nigel Farage au tueur de feu d’extrême droite néerlandais Geert Wilders, a parlé avec approbation de l’homme qui prétend toujours avoir remporté une élection «écrasante» qu’il a en fait perdue par plus de 7 millions de voix.

Mais bon nombre des mêmes dirigeants européens qui ont défendu ou recherché une relation étroite Le démagogue en chef américain sape depuis longtemps les normes et les valeurs démocratiques chez eux sans aucune orientation de la Maison Blanche.

En 2011, alors que Trump n’était encore qu’une star de la télé-réalité, Orbán a fait adopter une nouvelle constitution hongroise en seulement neuf jours. Les juges vétérans ont été forcés de prendre leur retraite afin que leurs sièges puissent être occupés par davantage de juristes qui étaient amis avec son parti au pouvoir, le Fidesz.

Inspiré par le gerrymandering des circonscriptions électorales dans certains États sous contrôle républicain aux États-Unis, le Premier ministre hongrois a redessiné la carte politique du pays à son avantage. En 2018, le Fidesz a remporté plus des deux tiers des sièges au parlement de Budapest malgré avoir recueilli moins de la moitié des voix. Pas étonnant que Bannon m’ait dit qu’Orbán était «Trump avant Trump».

En Pologne, le parti au pouvoir pour la loi et la justice a resserré son emprise sur les médias et la justice. Un rapport récent de la Commission européenne brosse un tableau sombre de la démocratie polonaise, mettant en garde en particulier contre la «vulnérabilité croissante du système judiciaire à l’influence politique». Les mêmes donateurs politiques chrétiens conservateurs américains qui ont soutenu Trump ont, pendant des années, versé de l’argent dans les projets politiques de dirigeants populistes européens tels qu’Orbán et Salvini, le chef du parti d’extrême droite de la Ligue italienne.

La propension de Trump à faire fi des freins et contrepoids est loin d’être unique. En Grande-Bretagne, le Premier ministre Boris Johnson – l’homme que Trump lui-même avait autrefois qualifié de «Grande-Bretagne Trump» – a illégalement suspendu le Parlement en 2019. Le Brexit s’est accompagné d’une augmentation spectaculaire du pouvoir exécutif: un accord vendu comme restaurant de la souveraineté britannique n’a été alloué que cinq heures débat à la Chambre des communes.

La désinformation qui s’est répandue sur les réseaux sociaux n’est pas non plus un phénomène exclusivement américain. En 2016, la députée travailliste Jo Cox a été assassinée par un sympathisant nazi qui a contesté ses opinions pro-UE, quelques jours à peine avant le référendum sur le Brexit. Un peu plus de la moitié des Français disent qu’ils refuseront de se faire vacciner contre le COVID-19, car ils ont été influencés en partie par la désinformation en ligne sur les effets secondaires présumés. Le mouvement sectaire QAnon – qui soutient, entre autres, que Trump mène une croisade individuelle contre un réseau mondial d’agresseurs d’enfants sataniques – a gagné du terrain dans de nombreux pays non anglophones.

La présidence Trump arrive peut-être à sa conclusion dystopique, mais le Trumpisme – inspiré par le président américain ou antérieur à lui – devrait se poursuivre.

L’Europe a supposé, lorsque Trump a été élu en 2016, que sa marque de politique ne pourrait jamais traverser l’étang. À bien des égards, il était déjà là. Les populistes européens ont peut-être perdu une pom-pom girl et une source de validation, mais les forces qui les soutiennent dans les sondages – polarisation politique, désinformation en ligne, argent conservateur – n’ont pas disparu. Loin de là.

  • CYRILLUS T-shirt en lin col V dentelle femme blanc taille: S
    S - https://www.cyrillus.fr/t-shirt-en-lin-col-v-dentelle-femme-blanc.htm?ProductId=010170862&FiltreCouleur=6369&FiltreTaille=XS - Cyrillus s'engage... Ce produit est en 100% lin. Nous avons choisi des fibres de lin européennes. Production locale, le lin est une fibre naturelle 100% éco-responsable plus douce pour nous et la planète, sa culture ne nécessite aucune irrigation, ni de pesticides. Elle est aussi biodégradable et
  • CHAISE EMPILABLE HERA-S
    livraison gratuite dans notre magasin! - Originale et peu encombrante, la chaise Hera-S est empilable et ne demande que peu d'entretien. Issue de la collection Papatya, il existe une version avec accoudoirs également disponible sur notre site. C'est une fabrication européenne.
  • CYRILLUS T-shirt en lin col V dentelle femme marine taille: S
    S - https://www.cyrillus.fr/t-shirt-en-lin-col-v-dentelle-femme-marine.htm?ProductId=010170862&FiltreCouleur=6399&FiltreTaille=XS - Cyrillus s'engage... Ce produit est en 100% lin. Nous avons choisi des fibres de lin européennes. Production locale, le lin est une fibre naturelle 100% éco-responsable plus douce pour nous et la planète, sa culture ne nécessite aucune irrigation, ni de pesticides. Elle est aussi biodégradable et

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *