Séamus Woulfe officiellement inscrit pour la première fois au poste de juge à la Cour suprême

La Cour suprême a désigné le juge Séamus Woulfe pour rejoindre certains de ses collègues le mois prochain pour traiter, en chambre, des demandes d’autorisation de faire appel devant la Cour.

Ces demandes sont entendues par des jurys de trois juges, siégeant en chambre, et leurs décisions sont ensuite officiellement publiées sous forme de «décisions» sur le site Web des tribunaux.

Le dernier journal de la Cour suprême mis à jour indique que le juge Woulfe entendra de telles demandes d’autorisation les 4, 12 et 19 février prochains. Il n’a pas encore été répertorié pour entendre les appels réels.

Il entendra les trois demandes d’autorisation aux côtés du juge Donal O’Donnell et du juge Peter Charleton.

Le juge a été nommé à la Cour suprême en juillet dernier mais n’avait jusqu’à présent pas été répertorié pour effectuer les travaux de la Cour suprême depuis la controverse sur sa présence le 19 août dernier au dîner de la société de golf Oireachtas dans un hôtel de Clifden. Quelque 80 personnes ont assisté au dîner.

Le juge Woulfe, ancien procureur général, a déclaré qu’il n’était pas au courant des lignes directrices annoncées par le gouvernement la veille, visant à réduire à six le nombre autorisé lors d’un événement en salle. Le 21 août, le juge en chef, le juge Frank Clarke, a contacté son collègue, se déclarant préoccupé par les dommages causés à la justice et déclarant que l’opinion publique était «formée par des gens raisonnables et non par une frénésie médiatique».

Les démissions du commissaire européen Phil Hogan et de la ministre de l’Agriculture Dara Calleary en raison du tollé public suscité par le «  Golfgate  » ont accru la pression sur le juge Woulfe, qui a présenté des excuses mais a toujours soutenu que sa démission n’était pas fondée.

L’ancienne juge en chef Susan Denham a été invitée par la Cour suprême à examiner les questions concernant sa présence. Dans sa revue non statutaire publiée le 1er octobre, elle estimait que le juge Woulfe, pour des raisons de convenance judiciaire, n’aurait pas dû assister au dîner mais que les appels à sa démission seraient injustes et disproportionnés.

Les choses auraient pu rester là sans certains développements, en particulier la publication, le 2 octobre, d’une transcription de l’entretien de Denham avec le juge Woulfe, révélant ce que beaucoup considéraient comme un manque de perspicacité et d’humilité de sa part.

Le second était la réaction du juge à ce qu’une délégation de la Cour suprême lui a dit le même jour ce qui était attendu de lui dans le cadre d’un processus de «résolution informelle». Le juge Woulfe a déclaré qu’on lui avait présenté des «demandes» qui étaient «non négociables» et que le ton et le contenu de cette réunion étaient «bouleversants et traumatisants». Les «demandes» l’obligeaient à accepter une réprimande du juge en chef, à ne pas siéger en tant que juge de la Cour suprême pendant trois mois et à renoncer à son salaire pour cette période.

Une réunion avec le juge en chef dans le cadre du processus a été reportée trois fois à la demande du juge Woulfe jusqu’à ce que les deux se réunissent finalement le 5 novembre.

Le 9 novembre, le juge en chef a publié une correspondance échangée entre lui et le juge Woulfe entre le 5 et le 9 novembre. Il a clairement montré que l’opinion unanime des collègues de la Cour suprême du juge Woulfe était qu’il avait causé un préjudice «important et irréparable» au tribunal et à ses relations.

Le juge en chef a déclaré que son opinion personnelle était que le juge Woulfe devrait démissionner, mais ce dernier n’était pas d’accord et avait refusé de démissionner.

La controverse est passée au domaine politique jusqu’à ce que le gouvernement décide le 17 novembre de ne pas engager de processus pour destituer le juge Woulfe de ses fonctions, renvoyant effectivement l’affaire à la Cour suprême.

Étant donné que les dispositions relatives à la conduite judiciaire de la loi sur le Conseil judiciaire n’ont pas encore été introduites, le tribunal n’a pas le pouvoir d’imposer une sanction à Woulfe et ses options se limitent au processus de résolution informel.

Le juge Woulfe, qui a été vu à plusieurs reprises dans les quatre cours, commencera officiellement à travailler en tant que juge de la Cour suprême le 4 février.

On ne sait toujours pas si un élément proposé antérieurement du processus informel sera mis en œuvre – l’acceptation par le juge d’une réprimande du juge en chef.

  • Lampe éclairage poste luminaire extérieur jardin Patio allée cour lanterne lampe luminaire noir suspension crochet - White - JB1181
  • Masque barrière UNS1 en tissu conforme AFNOR SPEC S76-00 lavable 120 fois à 60° - lot de 2 - Blanc - Blancheporte
    Geste barrière en plus contre le coronavirus, le masque en tissu représente aussi une solution plus économique. Lavable 120 fois, réutilisable et recyclable, il protège tout en réduisant les déchets. Modèle conforme AFNOR SPEC S76-00. - Couleur blanc - Taille Lot de 2 - COMPOSITION • 57% coton, 38% polyester, 5% élasthanne TAILLE UNIQUE • Largeur : 17 cm env. • Hauteur au centre : 14,5 cm env. • Hauteur sur les côtés : 8 cm env. DETAILS • Ce lot de 2 masques répond aux prescriptions des autorités sanitaires. • L'efficacité de filtration vers l'extérieur des particules de 3 micromètres émises est supérieure à 98 %. • Masque catégorie UNS1 : masque individuel à usage des professionnels en contact avec le public. Ces masques sont réservés à des usages non sanitaires selon la note d’information du 29 mars 2020 des ministères chargés de la santé, de l’économie et du travail relative aux nouvelles catégories de masques réservés à des usages non-sanitaires. • Réalisé avec 2 couches de tricot • En matière confortable et respirable (135gr/m2 par couche) • Boucles en jersey élasthanne extensible • Achat responsable : réutilisable : supporte 120 lavages à 60°C • Conforme à la spécification AFNOR SPEC S76-001 : 2020 • Durée d'utilisation : 4h • Achat responsable : produit certifié STANDARD 100 by OEKO-TEX®. Ne comporte pas de substances nocives Ce dispositif n'est ni un dispositif médical au sens du règlement (UE) 2017/745 (masques chirurgicaux), ni un équipement de protection individuelle au sens du règlement (UE) 2016/425 (masques filtrants de type FFP2). ENTRETIEN • Lavage à 60°C, 30 minutes minimum • Séchage machine recommandé
  • null Jiaozi – outil de fabrication de boulettes, vous pouvez faire 8 moules de cuisson à la fois, pour
    Jiaozi – outil de fabrication de boulettes, vous pouvez faire 8 moules de cuisson à la fois, pour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *