L’armée britannique va aider l’Irlande du Nord à lutter contre le coronavirus malgré les tensions

DUBLIN – Des soldats britanniques dotés d’une expertise médicale sont déployés dans les hôpitaux d’Irlande du Nord, une mesure délicate évitée auparavant en raison de l’opposition du parti nationaliste irlandais Sinn Féin.

Le ministre de la Santé, Robin Swann, a annoncé mercredi que le ministère britannique de la Défense avait approuvé le déploiement de plus de 100 techniciens médicaux de l’armée «au secours de l’autorité civile» pour lutter contre le COVID-19.

Swann a déclaré qu’il espérait qu’aucun extrémiste anti-britannique n’exploiterait le déploiement de soldats pour marquer des points politiques «ou même pour cibler n’importe quel individu au sein de notre service de santé», compte tenu notamment de la profondeur de la crise médicale.

La dernière fois qu’un gouvernement d’Irlande du Nord a sollicité l’aide militaire britannique pour étouffer une urgence, c’était en août 1969, lorsque des émeutes entre les communautés protestantes britanniques et catholiques irlandaises ont submergé les forces de police principalement protestantes de la région du Royaume-Uni – l’acte d’ouverture de trois décennies d’effusion de sang surnommé «les troubles». »Qui a coûté 3 700 vies.

Ce déploiement de l’armée de 1969 a inspiré la montée en puissance d’une nouvelle faction de l’armée républicaine irlandaise, l’IRA provisoire, engagée à attaquer ces troupes et à renverser l’Irlande du Nord par la force. En conséquence, les soldats britanniques ont opéré dans ses rues pendant 37 ans mais ont mis fin à leur rôle de soutien de la police en 2007, à la suite du désarmement provisoire de l’IRA en 2005 et de l’acceptation formelle par le Sinn Féin en 2007 de l’autorité policière.

Néanmoins, environ 5 000 soldats sont toujours en garnison aujourd’hui en Irlande du Nord étant donné qu’elle fait toujours partie du Royaume-Uni. Ces forces s’entraînent pour un déploiement outre-mer, pas localement.

Cette présence discrète et continue des forces britanniques irrite certains nationalistes irlandais qui veulent voir l’Irlande du Nord quitter le Royaume-Uni et rejoindre la République d’Irlande. Les factions Splinter IRA restent déterminées à attaquer le personnel de sécurité britannique, y compris un effort plus tôt ce mois-ci le long de la frontière irlandaise pour tirer sur ce qui s’est avéré être un hélicoptère civil.

«Sensibilités»

Malgré ces tensions, Swann a initialement demandé l’aide militaire britannique en avril alors que le bilan de la pandémie en Irlande du Nord dépassait 100.

Le Sinn Féin a alors réussi à faire appel au gouvernement britannique de Londres pour qu’il ne le permette pas, arguant que cela enflammerait ce qu’il appelait les «sensibilités» de la communauté.

Ce bilan est aujourd’hui proche de 1700, dont 22 autres décès confirmés mercredi. Les hôpitaux d’Irlande du Nord sont de plus en plus débordés, les ambulanciers paramédicaux étant parfois contraints de continuer à traiter les patients atteints de coronavirus à l’extérieur dans des ambulances car aucun lit n’est disponible.

Swann, le seul membre du parti unioniste d’Ulster à l’exécutif de l’Irlande du Nord, a déclaré qu’il espérait que personne ne chercherait à arrêter l’utilisation des forces britanniques dans les mesures de lutte contre la pandémie. Lorsqu’on lui a demandé, il a refusé de préciser comment ils seraient utilisés.

«Ce n’est pas pour faire valoir un argument politique. Il s’agit de fournir un soutien essentiel aux personnes travaillant dans nos services de santé qui sont sous pression », a-t-il déclaré.

Le co-chef de l’exécutif du Sinn Féin, la vice-première ministre Michelle O’Neill, a signalé que son parti avait abandonné son opposition à l’utilisation de l’armée britannique contre le virus.

«Nos priorités sont de sauver des vies, d’assurer la sécurité des personnes et de protéger le service de santé. Nous n’excluons aucune mesure », a-t-elle déclaré. «Tout effort pour transformer la menace posée par le COVID-19 en un problème vert et orange est source de division et de distraction.»

La crise du COVID-19 a alimenté des tensions plus larges au sein de l’exécutif, un gouvernement intercommunautaire qui constitue la pierre angulaire de l’accord de paix du Vendredi saint de 1998 en Irlande du Nord.

Le gouvernement d’unité exige que les syndicalistes protestants – déterminés à maintenir l’union politique de l’Irlande du Nord avec la Grande-Bretagne – partagent le pouvoir avec le Sinn Féin, parmi lesquels des personnalités autrefois impliquées dans les attentats et fusillades provisoires de l’IRA.

Mais depuis sa renaissance au début de 2020, la coalition s’est fréquemment disputée au sujet de la politique de pandémie, chaque partie accusant l’autre d’imprudence. Le principal parti soutenu par les protestants, les unionistes démocrates, a souvent résisté aux arguments de verrouillage en faveur du maintien des entreprises. En juin, le Sinn Féin a ouvertement bafoué les règles de verrouillage pour organiser des funérailles publiques de masse pour un membre provisoire de l’IRA.

Avant que les Provisoires n’appellent un cessez-le-feu durable en 1997, le Sinn Féin soutenait ouvertement les attaques contre les forces britanniques et les civils qui les soutenaient et les décrivaient comme des «occupants». L’IRA a organisé des attaques contre des installations médicales dans le cadre de cette campagne, y compris un attentat à la bombe en 1991 contre l’aile militaire de l’hôpital Musgrave Park à Belfast.

Cet article fait partie de POLITICOService de police premium: Pro Health Care. De la tarification des médicaments, de l’EMA, des vaccins, de la pharmacie et plus encore, nos journalistes spécialisés vous tiennent au courant des sujets qui régissent l’agenda de la politique de santé. Email [email protected] pour un essai gratuit.

  • Pharma Nord CLA Duo Minceur boite de 60 capsules
    CLA Duo Minceur boite de 60 capsules est un complément alimentaire conçu pour aider à r affermir son corps et éliminer la graisse en excès Un régime express n'est pas une bonne idée car la perte rapide de poids entraîne une fonte de la masse musculaire. La solution, les C.L.A. (Acides Linoléiques Conjugués)
  • Pharma Nord ChromaSvelt 100 - 60 comprimés
    Description : Pharma Nord ChromaSvelt 100 c'est un complément alimentaire pour aider à contrôler les envies de sucré. Il est conseillé de prendre ce complément lorsque le besoin de grignoter est supérieur à la normale. Il est possible que le niveau de sucre dans le sang soit instable. L'oligo-élément chrome
  • Belle et Bio Tonic Bio 120 gélules - Contre la fatigue
    Véritable tonique naturel, le complément alimentaire de Belle et Bio Tonic associant Ginseng, Gingembre, Maca et l’Acérola vous aide à retrouver tonus, dynamisme et vitalité tout au long de la journée. Un complément alimentaire naturel pour lutter co

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *