Ministre turc des affaires étrangères: les nouvelles sanctions de l’UE «  vont tout ruiner  »

Si l’UE décide d’imposer de nouvelles sanctions contre la Turquie, cela ruinera le dialogue entre Ankara et Bruxelles, a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu.

Cependant, si l’UE choisit d’éviter les sanctions et de relancer les négociations d’adhésion, alors Ankara est prête à remplir tous les critères, a déclaré Çavuşoğlu à POLITICO lors d’une interview lors d’une visite de deux jours à Bruxelles cette semaine, où il a rencontré de hauts responsables de l’UE, dont des Européens. La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, et le président du Conseil européen, Charles Michel, ainsi que quelques eurodéputés et le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg.

En décembre, les dirigeants de l’UE ont convenu d’imposer de nouvelles sanctions à la Turquie pour des forages non autorisés de gaz naturel en Méditerranée orientale, tout en gardant la porte ouverte à un dialogue plus approfondi. Ils ont chargé Josep Borrell, le plus haut diplomate de l’UE, de préparer un rapport sur la voie à suivre avec la Turquie, qui sera présenté lors d’un sommet de mars. Borrell informera les ministres des Affaires étrangères de l’UE de l’état d’avancement des travaux avec la Turquie lors d’une réunion lundi.

La décision d’ajouter plus de noms à la liste des sanctions est intervenue après plusieurs mois de tensions avec Ankara sur plusieurs fronts, de la migration à la réunification de Chypre. Depuis lors, le président turc Recep Tayyip Erdoğan a lancé une offensive de charme en tendant la main à Paris et à Athènes, et l’avenir de ces sanctions n’est plus clair.

Selon certains diplomates européens, des sanctions pourraient être imposées, mais ne viseraient que les fonctionnaires de bas niveau. Mais Çavuşoğlu s’y oppose également. Lors de ses réunions de cette semaine, «j’ai dit à tout le monde que toute mesure restrictive contre la Turquie allait tout ruiner», a-t-il déclaré. «Ce dialogue doit être basé sur la confiance afin que personne ne puisse justifier des mesures restrictives contre la Turquie.»

Les réunions étaient «franches», a-t-il dit.

Certains responsables de l’UE pensent que l’offensive de charme turque peut s’expliquer par le changement d’administration aux États-Unis. D’autres soutiennent que la menace de sanctions et la position dure de pays comme la France ont fonctionné.

Çavuşoğlu a donné une explication différente. «Nous avons commencé à donner des messages positifs parce que nous avons pris la déclaration conjointe du sommet de décembre comme une main tendue à la Turquie. C’est pourquoi nous avons rendu la pareille. »

Il a fait valoir que le langage utilisé par les dirigeants de l’UE lors d’une réunion en octobre était simplement «menaçant» alors que le langage de décembre était «meilleur» mais contenait toujours des parties avec lesquelles Ankara n’était pas d’accord.

Un diplomate de haut niveau de l’UE a déclaré qu’il était sceptique quant à cette explication, arguant qu’il ne voyait pas une si grande différence entre le langage utilisé en octobre et en décembre. Un deuxième diplomate a déclaré avoir trouvé l’explication turque «surprenante», soulignant que le texte de décembre «n’était qu’un suivi» bien que les dirigeants aient insisté pour garder la porte ouverte «et c’était probablement une raison de soulager» la Turquie.

De nombreux responsables à Bruxelles sont encore sceptiques quant aux intentions de la Turquie, et Borrell et von der Leyen ont tous deux appelé la Turquie à faire plus pour renforcer les relations. Çavuşoğlu a déclaré à propos des efforts mutuels que «cela doit être durable» plutôt que «avoir un programme positif pour quelques jours ou un mois».

Çavuşoğlu a renouvelé l’appel de la Turquie à l’UE pour qu’elle revisite et mette pleinement en œuvre l’accord de mars 2016 conclu avec Ankara au lendemain de la crise migratoire de 2015-2016, dans laquelle le bloc a effectivement sous-traité à la Turquie la gestion de quelque 3,5 millions de réfugiés syriens. L’accord comprenait des engagements sur la libéralisation des visas pour les citoyens turcs, sur la modernisation de l’union douanière et «l’engagement de relancer le processus d’adhésion».

Ce processus d’adhésion est effectivement gelé depuis juin 2018. L’adhésion potentielle à l’UE était une question litigieuse pour États membres depuis le début, mais cela est devenu encore plus controversé à la suite de la répression turque contre les opposants à la suite d’un coup d’État manqué en juillet 2016.

«Si nous pouvons revoir cette déclaration conjointe, nous continuerons à honorer nos obligations comme nous l’avons fait dans le passé», a déclaré Çavuşoğlu. «Nous avons besoin d’une meilleure coopération, de plus d’obligations des deux côtés et la Turquie le fera. Si nous redynamisons le processus d’accès aux négociations, la Turquie respectera tous les critères d’ouverture et de clôture des chapitres. »

Ces repères en vue de l’adhésion comprennent le renforcement de l’état de droit, qui est un autre problème majeur pour l’UE. Çavuşoğlu a déclaré que la Turquie adoptait des réformes. «Aujourd’hui, quelle que soit cette relation avec l’UE, nous nous concentrons plus que jamais sur le programme de réforme», a-t-il déclaré. «Nous avons eu des traumatismes dans le passé, des tentatives de coups d’État… et maintenant nous travaillons sur le plan d’action pour les droits humains. Le ministre de la Justice en a expliqué un peu hier un peu et il a dit que c’était presque prêt et [there’s] aussi une stratégie de réforme judiciaire [and] autres réformes nécessaires pour la Turquie, pour la démocratie, pour l’économie. »

Ces réformes «seront également utiles pour changer l’atmosphère, en particulier avec le Parlement européen», même si «je ne peux pas vous promettre que toute l’atmosphère sera changée», a-t-il déclaré.

Lors de la réunion avec le Stoltenberg de l’OTAN, Çavuşoğlu a défendu l’achat par Ankara du système de missiles S400 à la Russie, ce qui a alarmé les alliés de l’OTAN, a incité les États-Unis à imposer des sanctions à Ankara et a vu la Turquie suspendue pour aider à construire le nouvel avion de combat F35.

« Nous en avons discuté et je lui ai dit que notre proposition à l’administration précédente était sur la table, d’établir un groupe de travail conjoint d’experts pour examiner très attentivement les revendications des États-Unis et que l’OTAN devrait y participer », a-t-il déclaré. «C’est la seule façon dont nous pouvons continuer à traiter ce problème, au lieu de sanctions.»

«Ce que j’ai dit était très clair: à moins que nous ne soyons assurés d’acheter des systèmes de défense aérienne aux États-Unis… ou à d’autres alliés… nous devons chercher d’autres alternatives.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *