Coronavirus: que se passe-t-il lorsque le verrouillage prend fin en mars?

A plusieurs reprises, mardi, le Taoiseach et ses ministres, après avoir annoncé que le verrouillage se poursuivrait jusqu’au début du mois de mars, se sont vus poser la question: que se passe-t-il alors? Il n’y avait pas de réponse claire.

«Nous serons prudents et conservateurs», a affirmé à plusieurs reprises le Micheál Martin. Mais ce n’est pas une stratégie pour ce qui se passe après la baisse des chiffres, comme ils montrent des signes de le faire, malgré la situation désespérée dans certaines unités de soins intensifs des hôpitaux alors que la vague de Noël se fraye un chemin lentement dans le service de santé.

«Il n’y a aucun sens d’un plan», a déclaré un haut responsable. Le sentiment a été repris par plusieurs autres sources.

On ne sait pas ce qui suivra la suppression du virus ni à quoi ressemblera la prochaine réouverture. Quel niveau de nouvelles infections permettrait, par exemple, la réouverture des écoles? Que signifie être «prudent et conservateur» dans la pratique? Les initiés haussent les épaules pour dire que cela sera réglé dans les prochaines semaines. Mais tout comme le hasard favorise l’esprit préparé, Covid-19 punit la dérive et l’incertitude. Ce verrouillage devrait se terminer en mars; le déploiement à grande échelle du vaccin ne sera pas disponible avant l’été. Le gouvernement a besoin d’un plan pour ce qui se passe entre les deux.

Le plus gros changement mardi, ont déclaré les ministres, a été l’introduction pour la première fois d’une quarantaine obligatoire et surveillée, ne serait-ce que pour les voyageurs d’Afrique du Sud et du Brésil, et pour ceux qui arrivent sans test Covid-19 négatif. Les nombres sont probablement petits; ceux qui n’ont pas de test négatif devront également payer des amendes de 2 500 €, il est donc difficile d’en voir beaucoup voyager. Et les voyages sans visa ont été suspendus pour l’Afrique du Sud et toute l’Amérique du Sud.

En vérité, les restrictions de voyage introduites mardi sont considérées par de nombreux ministres et hauts fonctionnaires comme davantage une question de politique que de santé publique. Les chiffres du Centre de surveillance de la protection de la santé du HSE indiquent que les voyages sont un contributeur mineur aux sources d’épidémies. Selon deux hauts fonctionnaires, il y a peu d’espoir, y compris parmi les dirigeants du Nphet, que les mesures annoncées feront une grande différence. La vérité est que, a déclaré une source principale mardi soir, les chiffres des infections chutent de toute façon.

Mais avec l’opposition fusionnant autour de l’idée de «zéro Covid», il faut voir le gouvernement faire quelque chose.

Une rencontre difficile

Il y a peu de soutien au sein du gouvernement – parmi les ministres, les fonctionnaires ou les experts de la santé publique – pour l’option zéro-Covid. Mais cela ne signifie pas qu’ils n’introduiront pas de restrictions plus strictes pour conduire une stratégie de suppression plus stricte. Si la discussion de mardi au Cabinet – une réunion difficile, disent les sources présentes ou informées par la suite, avec beaucoup de mécontentement exprimé autour de la table – est quelque chose à faire, la question d’une restriction plus générale pour tous les voyageurs reviendra à l’ordre du jour en les prochaines semaines.

Les responsables examinent les aspects pratiques et le Tánaiste Leo Varadkar a signalé la possibilité. L’idée est qu’une fois que les chiffres sont en baisse, la mise en quarantaine de tous les voyageurs entrants contribuerait à les maintenir en bas. Mais le gouvernement aura encore besoin d’un plan de réouverture. Cela sera probablement plus délicat.

  • Que se passe-t-il au pays des lutins ? - Laurie Sartin - Livre
    Occasion - Etat Correct - Un peu gondolé - Chantecler GF - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Que se passe-t-il dans mon corps ? Guide à l'usage des jeunes filles - Elisabeth Raith-Paula - Livre
    Occasion - Etat Correct - Livre de bibliothèque, tampons présents - Cycloshow - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Paris Match n°398 : Que se passe-t-il au Kremlin ? - Collectif - Livre
    Occasion - Bon Etat - Paris Match - Revue - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *